Théâtre à Paspébiac: des anciens témoignent

Classé sous : Art, culture et loisirs

PASPÉBIAC, mai 2018 – Le 26e Festival du TRAC aura lieu les 10, 11 et 12 mai à l’école polyvalente de Paspébiac, reconnue pour sa concentration théâtre qui a accueilli plus de 2000 jeunes au fil des ans. Le but premier n’est pas de former de futurs comédiens professionnels. Mais il arrive que certains aient la piqûre. GRAFFICI a interviewé trois femmes et un homme passés par Paspébiac et son TRAC. Deuxième de quatre : Tania Duguay-Castilloux.

« Happée » par le théâtre
Tania Duguay-Castilloux, de Paspébiac, a attrapé le virus du théâtre à l’âge de neuf ans, comme spectatrice. « Ma grand-mère m’avait amenée voir un spectacle au TRAC. C’était un clown qui évoluait dans un univers fantastique. J’ai été happée. »


Elle est retournée au TRAC chaque année. Une fois à la polyvalente, elle intégrera le programme arts-études offert à Paspébiac. « Il y avait quelque chose de collectif qui m’a donné les bases, qui est resté dans ma façon de travailler. On faisait de la création, on développait une idée ensemble », rapporte Mme Duguay-Castilloux.


« Ensuite, le TRAC était comme une grosse réunion de famille, l’occasion de performer devant d’autres que nos parents, l’occasion de découvrir le travail d’autres troupes [scolaires] et de troupes professionnelles », poursuit-elle.


Son secondaire complété, en 2001, Mme Duguay-Castilloux a poursuivi en théâtre au cégep puis à l’université. Elle a cofondé une compagnie de théâtre de tournée, Les Productions Tac-O-Tak, et y a travaillé pendant cinq ans.


Aujourd’hui, elle travaille davantage en cinéma, comme directrice de casting, la personne qui choisit les comédiens. Elle joue encore, en plus d’assumer les rôles de productrice ou d’assistante-réalisatrice, tout en planchant comme auteure sur des séries web et un long-métrage.


« Ça part du TRAC, cet aspect de toucher à tout. Ça m’allume, de jouer, mais ça me stimule autant de faire mes autres tâches », indique Mme Duguay-Castilloux.
-30-


À lire aussi :
José Babin : apprendre à créer

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.