La comptable devenue serveuse

Classé sous : Travail

GRANDE-VALLÉE, août 2018 – Ginette Éloquin, copropriétaire de l’Hôtel motel Grande-Vallée des Monts, s’est mise au service il y a 15 ans, quand elle a acheté l’entreprise avec son conjoint. « Au début, ça me stressait. Mais je ne m’en passerais plus. Maintenant, quand je fais de la comptabilité, je suis malheureuse ! »

Mme Éloquin était une Montréalaise aux origines madeliniennes. Elle travaillait comme commis comptable dans la métropole. Son conjoint, Bernard Beaudoin, est originaire de Grande-Vallée. Formé en cuisine, il occupait un emploi en gestion hôtelière. « On travaillait fort. On s’est dits : "tant qu’à travailler pour les autres, on va travailler pour nous". »


Ils ont acheté leur hôtel-restaurant à Grande-Vallée en 2003. « Je suis tombée dedans. Je n’avais aucune expérience en service. Il y avait deux serveuses d’expérience. C’est elles qui m’ont appris. Quand c’est ton entreprise, tu as intérêt à apprendre vite ! »


Mme Éloquin y a pris goût. « En restauration, les clients sont heureux, ils sont en vacances, ils viennent prendre une bonne bouffe. J’aime ce contact, on fait de belles rencontres. […] Tout le monde me connaît : on me dit "bonjour Ginette!" On n’est pas habitués, à Montréal, d’être reconnu. »


Pour offrir un bon service en restauration, « l’approche est importante, il faut savoir accueillir, être souriant même quand on est débordé, connaître ton produit, savoir le recommander », énumère Mme Éloquin. Mais par-dessus tout, « je sers les gens comme j’aimerais être servie », dit-elle.


La réputation d’un restaurant est « très fragile », « Ça prend de la rigueur. Il faut être à l’écoute. Si un client n’a pas aimé, il faut corriger », insiste Mme Éloquin.


La copropriétaire arrive à la salle à manger dès 6 h, pour superviser le petit déjeuner. Jusqu’à l’été dernier, elle faisait aussi le service du soir, parfois jusqu’à 23 h. « Entre les deux, je fais de la comptabilité et je prends une pause d’une heure ou deux. »


Cet été, l’embauche d’étudiants lui laissera « un petit répit » jusqu’en août, à la rentrée du cégep. « Je ne travaillerai pas le soir, sauf quand ça va déborder. »


En hiver, les horaires sont aussi exigeants. Les groupes de motoneigistes se couchent tard et se lèvent tôt, remarque Mme Éloquin. « On dort quatre ou cinq heures par nuit. »


Son rôle de copropriétaire, plus que de serveuse, lui impose une présence en tout temps, précise-t-elle. « C’est notre façon de contrôler la qualité »


Le couple prend une pause d’un mois en novembre et d’un mois en avril. « J’ai aussi beaucoup de clients locaux et des clients de Gaspé. Quand je pars en vacances, ils me disent : repose-toi bien, tu le mérites ! »


GRAFFICI a demandé à Mme Éloquin où elle souhaite en être dans dix ans. « J’ai 61 ans, j’espère être à la retraite! Mais on a encore la passion. »


À lire aussi :
À l’aube d’une 53e saison dans l’hôtellerie
Serveuses pour l’amour des clients

 

5 commentaires
transformice a écrit le 28 mai 2019

Very impressive at the same time, i'm going to be making - was stupendous! Thanks so much.

DJOGBE FIFA a écrit le 20 mai 2019

Retour d'affection : le succès des rituels d'amour. Le Vaudou offre bien des possibilités exceptionnelles pour tous les problèmes de retours d'affection,car les rituels effectués selon les règles de ses cérémonies magiques font appel non seulement aux grands esprits de la passion des hommes, mais aussi au coeur même de la chair vivante. C'est une alliance subtile et secrète de sons ancestraux, d'incantations magiques, de symboles telluriques, de substances et de lumières issues de bougies consacrées, le Vaudou n'est pas une magie en soi, c'est une religion qui concentre la puissance des esprits avec la force brute de la vie CONTACT MAITRE DJOGBE FIFA Téléphone WhatsApp : +22 999 80 31 73 E-mail: occulte01@hotmail.com SiteWeb: https://www.travauxoccultes-retouraffectif.com/ Page facebook: https://www.facebook.com/travailocculteprofetionnel/?modal=admin_todo_tour

Relojes Suizos a écrit le 20 février 2019

Cet été, l’embauche d’étudiants lui laissera « un petit répit » jusqu’en août, à la rentrée du cégep. « Je ne travaillerai pas le soir, sauf quand ça va déborder. »

Judith Bujold a écrit le 13 août 2018

Salut ! Ginette, prenez soin de vous !! Vous pouvez donner l'exemple qu'on peut s'amuser dans la vie !!! Je suis avec vous ! Pour ma part, dans la rivière à me baigner !!

Judith Bujold a écrit le 13 août 2018

Salut ! Ginette, prenez soin de vous !! Vous pouvez donner l'exemple qu'on peut s'amuser dans la vie !!! Je suis avec vous ! Pour ma part, dans la rivière à me baigner !!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.