NOTRE MONDE

"NOS AÎNÉS"

BONAVENTURE, 24 ocotbre 2016 | Ce  printemps, je rendais visite à un voisin que je retrouvais en train de travailler dans son jardin. Cet homme cultive un espace aux dimensions lui permettant de fournir en légumes toute sa famille durant l'été. Il fait cela depuis de nombreuses années, même si aujourd'hui, à son âge (87ans), la nécessité n’est plus là.

Après cette visite, je me suis rendu chez un autre de mes voisins jardiniers, histoire de prendre de ses nouvelles. Il était lui aussi à préparer son jardin pour l'été. Très grand jardin qu'il cultive été après été pour le simple plaisir de manger de bons légumes frais et faire des cadeaux à ses enfants et petits-enfants. Lui, venait tout juste de célébrer son quatre-vingt-huitième printemps.

Loin d’être l’exception

Bien sûr, ces deux personnes ne sont pas l'exception, même si, à leur âge, à entendre le discours dominant à l'heure actuelle, elles devraient faire partie de la catégorie des personnes seules, malades et en grande perte d'autonomie. Plus souvent qu'autrement, à mon avis, c'est ce côté sombre des choses qui ressort quand on parle des personnes avancées en âge, ce qui ne reflète pas la réalité quotidienne de la très grande majorité d’entre elles.

Sachons que ce ne sont que 3,6 % des personnes de 65 ans et plus qui sont en ressource d’hébergement. Le taux monte à 12,6 % chez les 85 ans et plus. En CHSLD, c’est 2,9% des 65 ans et plus qui y sont hébergés et soignés. (Les ainés du Québec, quelques données récentes).

Bien sûr, avancer en âge signifie perdre peu à peu de ses acquis, faire ses deuils, personne n’y échappe. C’est le comédien Gilles Pelletier qui racontait à RDI dans un reportage lui étant consacré, comment, passé les 80 ans, il s’applique à faire ses deuils, un à un. En toute sagesse.

« Stéréotype » d’une population âgée

Dans un ouvrage intitulé « Le privé dans la santé » (Les Presses de L’Université de Montréal), une équipe de chercheurs du Réseau de Recherche en Santé des Populations du Québec parle du « stéréotype d’une population âgée en mauvaise santé, ou tout au mieux fragile ». Pour ajouter que « la forte utilisation des services sociaux et de santé se concentre ( ) dans une portion restreinte de la population âgée ».

Malgré cela, nous continuons de les considérer comme une catégorie de gens à part, dont il faut impérativement prendre soin et dont l’augmentation du nombre en proportion de l’ensemble de la population(le fameux vieillissement de la population) risque de coûter de plus en plus cher à la société. Selon les mêmes chercheurs, « Il semble assez naturel de penser que les individus vivant plus longtemps coûteront plus cher au système en consommant plus de services. Cependant, nous présentons ( ) maintes études qui ont démontré que la grande majorité des dépenses de santé par individu étaient encourues dans la dernière année de vie ». Autrement dit, quel que soit notre âge, c’est en toute fin de vie que nous avons besoin de plus de soins et de services.

Briser l’isolement ?

J’entendais récemment à la radio une personne ayant organisé un évènement pour les « personnes âgées », dire que cela allait contribuer à « briser leur isolement ». L’intention était fort louable, fort charitable diront certains ; mais qui a dit que les personnes avancées en âge souffrent plus que d’autres d’isolement ? C’est quoi, cette victimisation de personnes qui n’ont de particulier que d’être plus âgées que la moyenne des gens ?

Oui, « nos ainés » ! Comme si, en y pensant bien, elles devaient nous appartenir.
Considérées par la gente économique comme des êtres improductifs économiquement, il serait intéressant de convertir en taux horaire les centaines de milliers d’heures qui sont effectuées par ces personnes en bénévolat, nous verrions le produit intérieur brut(PIB) monter significativement au Québec et ailleurs ; mais ça, les économistes n’en tiennent pas compte.

En réalité

Tout cela pour dire que les personnes avancées en âge dans leur grande majorité, sont encore actives et fort productives pour le bien-être de nos communautés ; même si elles ne sont plus statistiquement dans la machine officielle à créer de la richesse collective (celle qui est comptabilisée on s’entend). Comme si, en devenant vieux, on perdait peu à peu, avec ses moyens physiques, son statut de citoyen, son identité même, pour devenir un simple objet d’assistance et de bienveillance. Un journaliste (j’oublie son nom) dans une entrevue à la télévision alla même jusqu’à suggérer la confiscation du droit de vote pour ces personnes. Rien de moins…

Je me souviendrai toujours d’un moment marquant, au téléjournal de Radio-Canada, lors d’une interview du syndicaliste Michel Chartrand qui s’était présenté à l’élection provinciale et avait été défait. Après quelques questions d’ordre politique comme il se devait, Bernard Derome intervieweur de très grande expérience n’a pu cependant, se retenir d’amener le sujet sur le grand âge de son interlocuteur (il venait d’avoir 83 ans) et s’informer avec beaucoup de complaisance (j’oserais presque dire, de condescendance) de sa santé, en notant l’exploit d’être encore là très actif « à son âge ». Il reçut une réponse assez vive, directe, à la Michel Chartrand.

Dans notre propension à tout inclure dans des catégories (les vieux, les jeunes, les monoparentales, les handicapés et j’en passe…) nous oublions que les moules qui les façonnent servent plus souvent qu’autrement à marginaliser ceux et celles qui en demeurent captifs. Cela conforte en quelque sorte notre esprit un peu binaire qui tend toujours à simplifier les choses en les incérant dans une case bien définie.

Cependant, certains changements s’installent quand-même au fil du temps. On a compris chez-nous comme ailleurs qu’une communauté vivante est caractérisée par la variété de ses membres. C’est ainsi, que de plus en plus, on commence à voir apparaître dans le paysage immobilier, des immeubles intergénérationnels (dans l’esprit de nos maisons de jadis) permettant, comme dans la vraie vie, aux personnes de tous âges de communiquer et s’entraider en toute égalité.

Comme quoi, retourner en arrière permet parfois d’avancer…
Heureusement !

-30-

Note sur l'auteur
Actuellement à la retraite, M. Arsenault détient une Maîtrise en travail social.
Il a travaillé au CSSS Baie-des-Chaleurs, particulièrement au suivi dans la communauté de personnes atteintes de maladies mentales et au développement de ressources s'adressant à ces personnes.
Toujours actif, il est notamment impliqué sur le plan communautaire au niveau du logement social avec le Groupe Ressource en Logement Collectif Gaspésie-les-Îles dont il préside le conseil d'administration.

5 commentaires
VIP Financing Solutions Reviews a écrit le 23 septembre 2019

Most of the people take advantage of the list to be certain they have the many necessary elements, such as food and clothes.

اضرار الزنجبيل a écrit le 14 septembre 2019

To check out become in your blog nevertheless environment remedy obviously merely a small little submits. Reasonable way of possible long term, We're book-marking at a time safe types cease increases collectively.

먹튀폴리스 a écrit le 12 septembre 2019

I dugg some of you post as I cogitated they were very beneficial invaluable

Lise Savoie a écrit le 25 octobre 2016

La vitalité n'a pas d'âge!!! Merci pour cet article si pertinent!

marcel-marie a écrit le 25 octobre 2016

Chers Nous, Voilà, j'en suis...des âges... Notre société, par ses petites écoles, doit faire connaître et intégrer dès l'enfance l'image de l'âge qui ne nuit aucunement à l'évolution familiale... Quand les enfants sont éduqués à respecter les plus âgés qu'eux, aucun problème pour la suite....du temps.... L'âgisme sera donc mis au rancard et à l'oubli ! Je viens aussi de perdre un "mentor" âgé de 98 ans et, avec son épouse, travaillait au jardin à 97 ans.... " J'accumule les âges sans les perdre, qui fait que j'ai le sentiment de m'enrichir, pas de vieillir..."...Emmanuel Smith. Merci pour vos attentions monsieur Arseneaut...la Gaspésie doit supporter tous les bras en marche...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.