BLOGUE CITOYEN

GRAFFICI.CA présente ici son équipe de blogueurs, des citoyens de divers horizons, qui vous surprendront par leurs billets, leurs récits et leurs poésies bien sentis, diversifiés et accessibles.
Pour prendre votre tour dans vos lettres ouvertes... Écrivez à redaction@graffici.ca.

NOTE DE LA RÉDACTION

Les blogueurs sur GRAFFICI.CA ne sont pas à l'emploi de l'entreprise. Ils ont tous accepté de s'engager, bénévolement, pour apporter une diversité de point de vue dans notre média. Les opinions véhiculées dans ces textes n'engagent que leur signataire. Il en va de même pour les lettres ouvertes.

LA VIEILLE GOMME DE MADAME ARTHUR
Gaspésie

LA VIEILLE GOMME DE MADAME ARTHUR

31 octobre, 11h00 Par : Marie-Christine Bernard, auteure et blogueuse

ALMA, 31 OCTOBRE 2016 |On prenait ce qu’on avait. Les chemises de nos pères, les vieilles robes de nos mères. Des bottes trop grandes. Des chapeaux. Des foulards. Des guenilles. Des masques de clown en plastique du Continental. Du grimage.

Bonaventure

"NOS AÎNÉS"

24 octobre, 15h18 Par : Robert Arsenault, blogueur

BONAVENTURE, 24 ocotbre 2016 | Ce  printemps, je rendais visite à un voisin que je retrouvais en train de travailler dans son jardin. Cet homme cultive un espace aux dimensions lui permettant de fournir en légumes toute sa famille durant l'été. Il fait cela depuis de nombreuses années, même si aujourd'hui, à son âge (87ans), la nécessité n’est plus là.

NOUS CHEZ NOUS
Bonaventure

NOUS CHEZ NOUS

17 octobre, 10h42 Par : Philippe Garon, poète

BONVAVENTURE, OCTOBRE 2016 |

Someday I'll wish upon a star and wake up where the clouds are far behind me
Where troubles melt like lemon drops
high above the chimney tops
That's where you'll find me
Over the rainbow

Non, nous ne vous laisserons pas tranquilles
Bonaventure

Non, nous ne vous laisserons pas tranquilles

18 juillet, 13h31 Par : Philippe Garon, poète

En réponse au texte de Claude Dauphin intitulé « Détracteurs de la cimenterie… Laissez-nous donc tranquilles ! paru dans « Le Journal de l’Est Le Gaspésien » le lundi 11 juillet 2016

Le problème n'est pas de se tromper,
mais de persévérer dans l'erreur en la reconduisant,
une fois qu'on a pu tirer les leçons de l'Histoire.
- Jean-François Revel

L'arbre qui mangea le cheval
Bonaventure

L'arbre qui mangea le cheval

6 juillet, 11h45 Par : Robert Arsenault, blogueur

BONAVENTURE, 6 juillet 2016 | Il y a de ça trois ou quatre ans, à l'automne, je m'affairais à couper, dans le but d’en faire du bois d’allumage, un gros cèdre tordu sur la terre qui avait appartenu à mon père et que j'occupais à mon tour, quand je me rendis compte que je marchais sur quelque chose qui ressemblait drôlement à des ossements.

LE ROMAN D'UNE VIE IMAGINAIRE
Gaspésie

LE ROMAN D'UNE VIE IMAGINAIRE

26 juin, 06h30 Par : David Lonergan, blogueur culturel

CAP-CHAT, 26 juin 2016 - Marine a 40 ans. À 20 ans, elle était en crise. À 40 ans, le temps est venu de dresser le bilan. Cette histoire est aussi celle de La fille de Coin-du-Banc qui donne son titre à ce court et passionnant roman de Marie-Ève Trudel Vibert, publié aux Éditions 3 sista, une jeune maison qu’elle a fondée.

PRENONS-LE
Gaspésie

PRENONS-LE

17 juin, 17h55 Par : Philippe Garon, poète

(Discours prononcé le 27 mai 2016 au Musée de la rivière Cascapédia à la suite de la remise du Prix du CALQ – Œuvre de l’année en Gaspésie pour CR!ONS)

OTTAWA DOIT GARDER SES QUAIS
Gaspésie

OTTAWA DOIT GARDER SES QUAIS

16 juin, 09h48 Par : Gilles Gagné, éditorialiste

CARLETON-SUR-MER, juin 2016 – Il est impératif que le gouvernement fédéral recule dans le mouvement de rétrocession des quais commerciaux et des havres de pêche, considérant les impasses actuelles. Ce qui se déroule actuellement avec le quai de Percé constitue l’un des exemples les plus probants d’une situation largement dépourvue de sens.

PETIT SEGMENT DE LA VIE DE GEORGE
Bonaventure

PETIT SEGMENT DE LA VIE DE GEORGE

2 juin, 16h33 Par : Robert Arsenault, blogueur

BONAVENTURE, 31 mai 2016 | La nuit, Georges dort très peu, il se plaint que des visiteurs viennent le menacer, lui faire du mal. C'est presque toujours comme ça, toutes les nuits selon lui. Le jour, cela s'apaise un peu, il est plus calme.