CSSS de la Haute-Gaspésie : la crise s’aggrave

Classé sous : Société

De nouveaux rebondissements plongent de plus en plus le Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Haute-Gaspésie dans une crise sans précédent.

«Les dirigeants ont perdu le contrôle, lance, tel un cri du cœur, le président du Syndicat des professionnels et techniciens du CSSS de La Haute-Gaspésie, Jacques Mimeault. Le bateau est en train de couler. On demande de l’aide. On demande au ministre de la Santé de mettre le CSSS sous tutelle et de nous venir en aide! C’est très déstabilisant! On se sent tout seuls… On veut être entendus!»

Les relations de travail malsaines expliqueraient, selon le syndicat, le manque criant d’employés au sein des divers départements. Depuis vendredi, le syndicat indique que le CSSS est en rupture de services en ergothérapie, en oncologie, en pharmacie ainsi qu’en soins infirmiers et psychosociaux. «Une vingtaine d’employés sont en congé-maladie, dont plusieurs en burn out», lance une employée. Le syndicat attend l’intervention d’un médiateur du ministère du Travail.

Rebondissements

Ces derniers jours, un nouveau coup de théâtre est venu secouer l’établissement. Quelques jours après avoir congédié le directeur des ressources humaines, Pierre Francoeur, à l’issue d’une enquête dont il a fait l’objet et pendant laquelle il avait été suspendu, voilà que la directrice générale, Hélène Laprise, quitte le navire en pleine tempête. Sa démission a été entérinée lors d’une séance extraordinaire du conseil d’administration tenue à huis clos jeudi soir. Mme Laprise, qui était en poste depuis trois ans, invoque des raisons personnelles pour expliquer son départ.

Le président du syndicat, affilié à la CSN, a sa petite idée pour expliquer la démission de la dirigeante. «Mme Laprise avait dit qu’elle quitterait seulement si cela était recommandé par l’observateur du ministère», tient à rappeler Jacques Mimeault. Celui-ci croit d’ailleurs que le départ des deux cadres résulte des recommandations de l’observateur récemment dépêché par le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, visant à cerner les sources de dysfonctionnement, à plusieurs égards, du Centre de santé.

Le syndicat exige d’ailleurs de pouvoir obtenir une copie du rapport déposé mardi par l’observateur René Lepage. Mais le ministre Bolduc a indiqué qu’il se donnait du temps pour examiner le document avant de décider s’il le rendrait public.

Maintenant qu’il a obtenu gain de cause par le départ des deux cadres dont il réclamait la tête depuis longtemps, le syndicat demande maintenant la démission de la présidente du conseil d’administration, Diane Lever et du directeur du Centre de réadaptation L’Escale, Jean Faucon.

«Les employés souhaitent que le ministre de la Santé nomme René Lepage au titre de directeur général par intérim», rapporte Jacques Mimeault. M. Lepage a déjà rempli une telle fonction au CSSS Côte-de-Gaspé et a déjà assumé la direction générale adjointe au CSSS Rimouski-Neigette. En attendant une nomination du ministre Bolduc, c’est la directrice générale du CSSS du Rocher-Percé, Chantal Duguay, qui agira à titre de répondante de l’établissement de Sainte-Anne-des-Monts.

À lire aussi

Les syndiqués du CSSS de La Haute-Gaspésie exigent la démission de la directrice générale

Situation de crise au CSSS de la Haute-Gaspésie

2 commentaires
Audrey Guimont a écrit le 3 août 2012

Quel manque de respect de traiter vos collègues de rats... J'aimerai bien vous voir comme gestionnaire, la on pourrait s'en reparler. Vous semblez très bon pour juger les gens. À la place pourquoi n'essayez vous pas de faire une différence au lieu de chialer et critiquer sur tout. Votre attitude ne fais que créer un climat négatif pour tout le monde.

Germain Brodeur a écrit le 31 juillet 2012

J'appui fortement les employé(e)s du CSSS de la Haute Gaspésie , car c'est l'exemple frappant de ce qui se passe dans la plupart des CSSS , l'incompetence des" multiples" gestionnaires et le manque de ressources sont à la source d'un climat de travail très malsain , à Gaspé aussi les "rats"commencent à quitter le navires....

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.