Art, culture et loisirs

Viviane Audet dans Le couloir des ouragans

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
Viviane Audet présente des textes sentis et épurés sur son deuxième opus.

Viviane Audet présente des textes sentis et épurés sur son deuxième opus. Photo : Karyne Boudreau

CARLETON-SUR-MER - Elle semble fuir sur sa pochette d’album, mais, comme l’a écrit Sylvain Cormier dans Le Devoir : « Elle est incroyablement présente dans les chansons, sans protection sur la ligne de front, le dedans d’elle dans notre face. Ça donne un disque franchement bouleversant, chavirant de proximité. »

Encensée par la critique depuis la sortie de son deuxième opus, Le couloir des ouragans, à Montréal le 11 février, c’est une Viviane inspirée et émue qui s’est présentée devant sa famille, ses amis et ses fans de la Gaspésie entassés au Foyer du Quai des Arts de Carleton-sur-Mer vendredi le 21 février dernier.

« C’est un peu comme dans mes rêves [la soirée de ce soir]. Ça correspond à ce que je souhaitais. C’est une belle preuve d’encouragement. Je me sens encore autant supportée qu’à l’époque de Petite Vallée ou de Cégep en spectacle. C’est fou comment le monde de la Gaspésie, pis c’est pas juste avec moi, ils sont super fidèles aux artistes, comme les sœurs Boulay par exemple. Ils sont fiers, fiers de Guillaume Arsenault. J’ai comme l’impression que je profite un peu de ce sentiment-là des gens qui sont fiers des artistes de la région », dit celle qui était enchantée de l’accueil obtenu ce soir-là.

L’artiste multidisciplinaire n’a pas quitté la scène ni le petit et le grand écran ces dernières années. De son deuxième album, elle dit qu’il a été fait beaucoup plus en retenue. « Je dirais qu’il est plus épuré, moins touffu au niveau du rendu, mais ça reste assez senti », décrit-elle.

« Le premier album avait beaucoup d’orchestration, ma voix était très chantée, ça peut avoir l’air drôle de dire ça, mais je pense que je chantais trop. J’ai eu envie dans cet album-là, avec le réalisateur Philippe Brault, d’aller beaucoup plus en douceur, en délicatesse. Les textes sont beaucoup plus profonds. Il y a plus de profondeur, j’ai creusé plus quand est venu le temps d’écrire les chansons. Je pense que je me suis un petit peu plus mise en danger. »

Heureuse de l’accueil obtenu jusqu’à maintenant, par exemple avec un 8 sur 10 du réputé Claude Rajotte de Musique Plus, Viviane Audet a le vent dans les voiles. « Ça fait tellement longtemps le premier album que j’avais peur de ne plus avoir ma place. Mais là, je vois que ma place est là, il ne reste plus qu’à la maintenir. »

Et c’est avec ses spectacles qu’elle s’affairera à maintenir cette place qu’elle s’est faite dans le cœur du public. Elle entreprendra une tournée à l’été qui l’a ramènera sans doute dans sa Gaspésie natale.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.