Transport

Via Rail encore mis en cause

Par ,
Les meneurs de la Gaspésie craignent que Via Rail utilisent le prétexte d'un changement de parcours du train de Halifax pour abolir en permanence le service gaspésien.

Les meneurs de la Gaspésie craignent que Via Rail utilisent le prétexte d'un changement de parcours du train de Halifax pour abolir en permanence le service gaspésien. Photo : Gilles Gagné

CARLETON-SUR-MER – L’annonce conjointe du Canadien National et du gouvernement du Nouveau-Brunswick à l’effet d’investir à parts égales un total de 50 millions $ pour assurer la poursuite de certains services de transport de marchandises relance en fait l’inquiétude sur la survie du train de passagers entre Halifax et Montréal.

Ce train emprunte le parcours du nord du Nouveau-Brunswick, il touche la Gaspésie à Matapédia avant d’emprunter la vallée de la Matapédia, Rimouski et Rivière-du-Loup notamment. Toutefois, l’annonce de 50 millions $ confirme que le CN entamera sous peu l’exercice d’abandon ou de vente d’une partie de la voie ferrée reliant Moncton et Campbellton, plus précisément entre Miramichi et Bathurst.

Cet abandon, s’il n’est pas arrêté par une vente, viendrait couper le trajet actuel du train Océan entre Halifax et Montréal. Il inquiète François Roussy, de la Société du chemin de fer de la Gaspésie, parce que le transporteur de passagers pourrait couper ce train des Maritimes et le train reliant la métropole à la Gaspésie, un service suspendu depuis août pour des raisons de sécurité. M. Roussy et son équipe tentent de satisfaire les exigences de Via Rail afin de restaurer le service au plus vite.

« J’espère que le gouvernement du Nouveau-Brunswick et le CN vont revenir sur leur décision afin d’assurer l’avenir de tout le tronçon Moncton-Campbellton », note M. Roussy. Il constate que le gouvernement fédéral est absent de l’entente annoncée le 24 janvier, et qu’il « serait temps qu’il réinvestisse dans le rail ».

Le député fédéral de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, trouve pour le moins étonnant que l’annonce, faite en grandes pompes à Miramichi, ait été présentée comme un succès.

« C’est loin d’être un succès, c’est potentiellement une catastrophe. Je reconnais l’importance de protéger les services de marchandises entre Miramichi et Moncton, et entre Bathurst et Campbellton, mais pourquoi ne pas protéger l’ensemble de la ligne entre Moncton et Campbellton? Le service de passagers est également important et il aurait été possible de sauver les deux. Encore une fois, le gouvernement fédéral est absent. Il faut que le fédéral investisse dans ce chemin de fer et qu’il le fasse rapidement », réagit M. Toone.

Les trains de passagers de Halifax et de la Gaspésie roulent ensemble à partir de Matapédia en direction de Montréal, ce qui occasionne certaines économies pour Via Rail, du moins quand l’achalandage n’est pas en période de pointe.

Il est loin d’être assuré qu’un démantèlement d’une portion de la voie entre Moncton et Campbellton se traduirait automatiquement par un transfert du train de Halifax vers une autre ligne, celle reliant Moncton à Edmundston.

 

Mylène Bélanger, de Via Rail, précise que le transporteur « opérera sur cette voie (par le nord du Nouveau-Brunswick et la Matapédia) tant (qu’elle) sera ouverte » et « tant que l’infrastructure sera sécuritaire ». Elle ajoute que Via Rail « n'a pas les ressources financières requises pour acquérir et maintenir cette voie ».

Si le passage par le nord du Nouveau-Brunswick est coupé, Via Rail « va devoir considérer la viabilité commerciale de tout trajet alternatif pour relier Halifax et Montréal avant d'adopter un tel parcours ».

Le parcours passant par Edmundston est nettement moins peuplé que le trajet courant.

 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.