Art, culture et loisirs

Vers une filière gaspésienne du cinéma ?

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
Le cinéaste Jean-François Aubé en tournage

Le cinéaste Jean-François Aubé en tournage Photo : Courtoisie

L’idée de la naissance d’une filière gaspésienne du cinéma fait son chemin depuis l’avènement du Festival international du cinéma et d’art de Percé.

Au sortir de la troisième édition du festival, qui s’est tenu du 18 au 20 août dernier dans l’ancien centre d’interprétation de la faune, son directeur François Cormier proposait de mettre davantage l’accent sur le cinéma gaspésien à l’avenir vu le succès remporté par les films d’ici lors de l’événement. «Ce que je retiens principalement de cette édition, c'est une curiosité de plus en plus grandissante pour des films gaspésiens»,  avait-il déclaré ajoutant que lors des prochaines éditions «on va développer ce créneau».

Des cinéastes d’ici

Des films de cinéastes originaires de Sainte-Anne-des-Monts, de la Baie-des-Chaleurs et de Gaspé y ont été présentés. D’ailleurs, c’est le professeur de cinéma au Cégep de Gaspé, Jean-François Aubé, qui a remporté les grands honneurs dans la catégorie Prix du meilleur film gaspésien avec son court métrage intitulé Des bruits de fourchettes.

En entrevue, il se réjouit de voir qu’une telle filière cinématographique pourrait émerger dans la région. «Je pense que faire du cinéma en Gaspésie c’est aussi facile que de le faire à Québec ou à Montréal. On a des ressources professionnelles, on a des ressources techniques, on a des comédiens et comédiennes de talent. Et le festival Les Percéides est vue comme un carrefour qui nous permet de mieux nous connaître et de communiquer nos expériences et notre travail».

La prochaine édition des Percéides aura lieu du 22 au 25 août 2012.

1 commentaire

François Cormier a écrit le 14 septembre 2011

L'un des défis avec le festival: Les Percéides est de faire exister ce que j'appelle et nomme: Le cinéma gaspésien! Ce cinéma est résolument identitaire et il permet de se reconnaître comme gaspésien. Il a un imaginaire propre et sensible, qui de plus, permet aux autres de ressentir l'universalité du regard.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.