Vers une 4e édition pour les Rencontres de la photographie

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Serge Clément lors du vernissage de l’une des installations de son projet Plateforme à Percé, en août dernier, qui regroupe des photographies prises en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine de 1970 et à aujourd’hui.

Serge Clément lors du vernissage de l’une des installations de son projet Plateforme à Percé, en août dernier, qui regroupe des photographies prises en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine de 1970 et à aujourd’hui. Photo : Gracieuseté

Huit jours après la fin de la 3e édition des Rencontres internationales de la photographie en Gaspésie, les organisateurs de l’événement préparent déjà l’édition 2013 qui se tiendra du 10 juillet au 11 septembre prochain.

Quelque 900 photos exposées dans 14 municipalités, des milliers de visiteurs et la venue d’une trentaine de photographes d’ici et d’ailleurs : la 3e édition de l’événement qui rend hommage à la photographie a été «emballante et enrichissante», commente son directeur général, Claude Goulet.

«Intéresser le grand public à la photographie est un travail de fond. Cette année, nous avons constaté une augmentation des visites des expositions. On s’y attendait, car nous avons prolongé l’événement d’un mois, mais c’est tout de même positif», se réjouit-il.

La photographie pour tous

Depuis quatre ans, l’événement se donne comme objectif de faire découvrir différentes approches et démarches photographiques.

En plus des expositions extérieures sur des sites enchanteurs de 14 municipalités de la péninsule, le rendez-vous des amoureux de la photographie offre au public d’assister à des rencontres avec les photographes participants dans le cadre de la «semaine professionnelle.»

Cette dernière a d’ailleurs été l’un des moments forts de la 3e édition, raconte M. Goulet. «Le mot rencontre prend tout son sens. C’est magnifique de voir des photographes qui proviennent d’un peu partout dans le monde partager entre eux pendant une semaine. C’est aussi une occasion unique pour eux d’échanger directement avec le public.»

Le photographe new-yorkais Nick Kline, qui a pris part aux Rencontres pour la première fois cette année, s’est d’ailleurs dit «emballé» par son expérience. «Participer aux Rencontres s’apparente à un marathon : la logistique de l’événement, les longues distances à parcourir, la joie que procurent la découverte d’œuvres magnifiques et la rencontre de personnes extraordinaires […] Je suis chez moi maintenant et je constate tout ce que cette expérience m’a apporté», a-t-il souligné dans un communiqué.

Vers des améliorations

Le jeune événement fait de plus en plus sa marque dans le milieu de la photographie au Québec. Ses organisateurs sont cependant conscients des défis que représente son organisation en Gaspésie.

Même s’ils peuvent actuellement compter sur des partenariats avec les quotidiens La Presse et Le Devoir ainsi qu’avec le mensuel L’Actualité, ils souhaitent améliorer les communications des Rencontres pour en faire un rendez-vous incontournable au pays et à l’échelle internationale. «Plus on va entendre parler de nous, mieux ce sera. Il faut trouver des manières originales de parler de photographie. On a tout ce qu’il faut en Gaspésie», souligne M. Goulet.

Appel de dossiers

L’organisation des Rencontres invite les photographes qui aimeraient prendre part à l’événement à déposer leur dossier. Ces derniers sont recevables en tout temps, mais doivent préférablement être déposés avant le 1er novembre pour être traités avant la prochaine édition.

À lire aussi

Les photographes sont à l’honneur en Gaspésie

La photo en vedette pour une 3e année en Gaspésie

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.