Vers un service de sages-femmes dans la Baie-des-Chaleurs

Par ,
La Baie-des-Chaleurs pourrait bientôt compter sur un service de sages-femmes.

La Baie-des-Chaleurs pourrait bientôt compter sur un service de sages-femmes. Photo : Michel Morin

La Baie-des-Chaleurs pourrait bientôt compter sur un service de sages-femmes.

Une étape de plus a été franchie mardi soir, alors que le conseil d’administration du CSSS a confirmé la mise en place d’un comité chargé d’analyser l’étude de faisabilité déposée en février.

Les conclusions du document, confectionné à la demande du centre de santé, sont d’ailleurs favorables à l’implantation d’un tel service sur le territoire.

Il s’agit d’une bonne nouvelle pour la porte-parole du Collectif Accès Sages-Femmes Baie-des-Chaleurs, Marie-Josée Racine. «C’est positif. On ne sait pas encore quelle décision va prendre le CSSS, mais il y a une volonté ministérielle et de l’Agence de santé et des services sociaux de la Gaspésie d’aller de l’avant.»

Bien qu’elle voit d’un bon œil les actions posées par les administrateurs du CSSS, un malaise des professionnels de la santé de la région est encore perceptible. «Certains médecins et infirmières du territoire sont un peu frileux. Oui, il y a une réticence qui s’explique peut-être par la peur du changement et de la reconnaissance du travail des sages-femmes. Ça implique des changements.»

Cette réticence, qui n’est présente dans le secteur de Gaspé, où un projet similaire va bon train souligne la porte-parole. «Le collectif de Gaspé profite d’une bonne ouverture et l’appui des médecins. Ça risque d’aller plus vite, mais nous sommes patients.»

Le groupe de la Baie-des-Chaleurs peut toutefois compter sur l’appui du ministre de la Santé Yves Bolduc, de l’Agence de santé et du député de Bonaventure, Damien Arsenault. Selon Mme Racine, la mise en place du service nécessiterait l’embauche de 3 sages-femmes pour couvrir le territoire.«Ça ne sera pas facile, mais nous sommes confiants compte tenu de la beauté de la région.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.