Développement économique et exportation

Vers de l'eau embouteillée à Sainte-Anne-des-Monts

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
La source Isabella

La source Isabella Photo : Gracieuseté

Chic-Chocs Ressources vise à commercialiser l'eau provenant de la source Isabella, située près du lac Sohier, à environ 15 kilomètres de Murdochville.

Pour ce faire, l'entreprise prévoit la construction d'une usine d'embouteillage à Sainte-Anne-des-Monts.

Si le promoteur peut maintenant amorcer la deuxième des trois phases prévues au projet, c'est parce qu'il vient d'obtenir, pour sa ressource, la désignation formelle d'eau de source du ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec. «Notre produit n'a rien à voir avec d'autres eaux embouteillées qui sont parfois des eaux du robinet qui ont été traitées, insiste le président et chef de la direction de Chic-Chocs Ressources, Dominique de Pasquale. On est dans les eaux de qualité comme Evian et Vittel.»

L'entreprise a également obtenu une autorisation du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs afin de pouvoir prélever la ressource en vertu de la réglementation de captage des eaux souterraines.

Autres phases

L'entrepreneur poursuit actuellement la réalisation de la deuxième phase visant la planification de la construction et des opérations. Celle-ci devrait être complétée à l'automne 2013. La troisième et dernière phase, qui prévoit l'achèvement de la construction de l'usine d'embouteillage et sa mise en opération à Sainte-Anne-des-Monts, devrait se réaliser à la fin de l'automne 2013 ou au début de 2014. Le président de Chic-Chocs Ressources, dont les bureaux sont actuellement dans la région montréalaise, prévoit installer son usine et le siège social de son entreprise à Sainte-Anne-des-Monts.

Projet ambitieux

Le projet, évalué à 31,7 millions de dollars, prévoit la création d'une trentaine d'emplois. Pour les quatre premières années d'exploitation, M. de Pasquale estime que de 30 à 50 millions de litres d'eau pourraient sortir annuellement de son usine.

Jusqu'à maintenant, Chic-Chocs Ressources et ses partenaires financiers privés ont investi quelques millions de dollars pour les travaux d'analyse et de planification, dont environ 200 000 $ proviennent de différentes sources gouvernementales québécoises.

Redevances et risques environnementaux

Dominique de Pasquale indique que sa compagnie prévoit retourner une part des profits au milieu, ce qui devrait être plus généreux comme contributions que les redevances prévues par le gouvernement du Québec. Celles-ci seraient d'à peine un cinquantième de cent par bouteille d'eau de 500 ml et moins.

L'homme d'affaires écarte aussi tout risque de contamination de la source Isabella qui pourrait être occasionnée par les activités d'Orbite Aluminae et de Petrolia réalisées à quelques kilomètres de là. «La distance est suffisamment éloignée pour éliminer tout risque de contamination», estime M. de Pasquale.

Origines de la source

La source Isabella est située dans la réserve faunique des Chic-Chocs, qui borde le parc de la Gaspésie. La source, localisée sur un plateau surélevé formé par les monts Cooper et McGerrigle, a jailli tel un geyser à la suite de travaux de forage de 644m de profondeur réalisés en 1996. Depuis seize ans, la source n'a jamais cessé de couler.

Il y a environ quatre ans, les dirigeants de Chic-Chocs Ressources se sont rendus sur les lieux avec le défunt prospecteur Jean-Marc Marin de Sainte-Anne-des-Monts, celui à qui on attribue la découverte du faux geyser. «À l'été 2010, on a décidé d'entreprendre des travaux plus formels et les analyses systématiques prévus au processus réglementaire imposé par le gouvernement, raconte Dominique de Pasquale. Nos études ont été soigneusement balisées pour s'assurer de la constance et de l'innocuité de la ressource.»

8 commentaires

eddy a écrit le 1 octobre 2012

d'accord avec toi greg :) ceux qui réclame un moratoire ou une bape a tout ce qui existe en Gaspésie sont une minorité d'écolos qui sont la plupart même pas de la région !!! et franchement ça commence a être tannant .... aussi je trouve que graffici se penche trop sur ces dossiers et leurs accorde trop d'importances ,ece un journal pour écolos ou pour tout le public ? faudrait a mon avis que toute la population décide ,pas seulement certains organismes ... c'est mon opinion !!!!!

Dany Blais Dansletrouble a écrit le 24 septembre 2012

Très bien dit Greg.

Greg Georges a écrit le 24 septembre 2012

C'est rendu complètement ridicule le développement en Gaspésie! Maintenant un projet d'eau suscite de la grogne chez les écologistes. Il faut protéger l'environnement, mais présentement c'est complètement fou! Je propose que tous les Gaspésiens arrête de conduire des voitures à cause des gaz à effet de serre, un bon cheval comme dans les années 1880. De plus, un moratoire sur le chauffage au bois les hivers, la pollution du chauffage du bois est trop dangereuse. Pourquoi le privé est toujous aussi méprisé? On a besoin d'un secteur privé fort pour assurer la croissance économique de notre province. Il y a plusieurs entreprenneurs avec une bonne conscience, arrêtons de mettre tous les entreprenneurs dans la catégorie "bandits", car penser d'une telle façon démontre un faible esprit!

Michel Denis a écrit le 22 septembre 2012

Merci pour la rectification.Cette phrase de Péloquin alors m'amène à penser ,sommes nous comme peuple en train de mourir à petit feu faute d'avoir accès à la richesse privatisé par l'exploitation de ressources en ce moment ou nous aurions bien besoin des redevances sur l'exploitation de celle-ci?Quelle fierté pouvons nous avoir à nous faire vendre l'eau embouteillé,la même eau gaspésienne qui coule dans mon robinet ,c'est un peu comme vendre un frigo à un esquimau . Ce n'est que pure spéculation ,acheter de l'eau embouteillé reviens à acheter de l'eau sur-taxé excepté que cette sur-taxe va directement dans les poches du privé sans qu'elle nous aides à financer nos services wow wow wow! Je suis bien d'accord avec Péloquin.,

Dany Blais Dansletrouble a écrit le 22 septembre 2012

WOW WOW WOW, je suis souvent d'accord pour dire que les projets en Gaspésie sont totalement pour la destruction de notre région, mais ce projet semble plutôt profitable pour la Gaspésie. On ne peut pas être contre tous les projets. On ne parle pas de gaz de schistes ou de pétrole, on parle d'eau embouteillé. Moi je crois que c'est un bon projet et tant qu'à boire de la Nestlé Pure Life, je préfère boire de Chics-Choc Ressources.

Albert Picard a écrit le 22 septembre 2012

Rectificatif : La phrase est du poète, chanteur et parolier Claude Péloquin et c'était plutôt ceci :"Vous n'êtes pas tannés de mourir, bande de caves?" Par ailleurs, à un dollar le litre, ça donne la soif.

Michel Denis a écrit le 22 septembre 2012

Bon encore une ressource commune qui passe au main du privé et cela sans en tirer bénéfice. Y'a t-il quelqu'un qui n'a pas acces à de l'eau potable ? Pourquoi alors privatiser une source ? Est -ce que les gens qui passeront par la pouront s,y approvisionner gratuitement? J' espère plutôt que les bouteilles seront soit en plastique récupéré ou en plastique cellulosique. Mais il me vient cette pfrase de Godbout je crois,ce à chaque fos que je nous vois se faire brader une ressource...«vous(nous) êtes pas tanné d'être cave»

Julie a écrit le 21 septembre 2012

Espérons que ce sera des bouteilles de verre, et non de plastique!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.