Sport

Le Vélikite Fest 2012 perturbé par la tempête

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Plusieurs spectateurs et participants lors de la compétition, dimanche.

Plusieurs spectateurs et participants lors de la compétition, dimanche. Photo : Nelson Sergerie

La pratique du cerf-volant nécessite du vent, mais les organisateurs ne s’attendaient certainement pas à faire face à la fureur de Dame Nature qui a paralysé les activités de la quatrième édition du Vélikite Fest, samedi, sur la baie de Gaspé.

Les conditions de blizzard sur Gaspé, qui ont réduit la visibilité à moins de 200 mètres, samedi, ont forcé les organisateurs à annuler les activités.

Les compétitions sur la baie ont dû être remises au dimanche par un temps beaucoup plus propice avec du soleil, mais surtout un bon vent d’ouest, ce qui a permis aux spectateurs d’apprécier les prouesses de ces spécialistes du cerf-volant à traction.

Rencontré quelques instants après la clôture des activités, dimanche, le président du Club Vélikite, Dominic Bolduc, était tout de même satisfait.  «On espère toujours qu’il y ait plus de monde, mais ce qui est important, c’est que ceux qui sont venus aient eu du plaisir. Je pense qu’ils ont beaucoup apprécié ce qu’on a fait pour eux.»

Le festival était de retour sur un site plus accessible, près du Musée de la Gaspésie. «C'est le plus beau spot dans la région de Gaspé pour faire un événement de ce genre parce qu'on est au centre-ville et au niveau du vent, on n'a pas de surprise», a souligné M. Bolduc.

La mission du festival est de faire la promotion de ce sport encore assez jeune et méconnu et de montrer qu'il est accessible à toute la population.

L’événement attire en moyenne un millier de spectateurs chaque année. Toutefois, avec les caprices de Dame Nature, les organisateurs estiment qu’environ 400 à 500 spectateurs ont assisté dimanche aux compétitions, qui ont accueilli une quinzaine de participants.

Un financement plus difficile

Le contexte économique a compliqué la tâche des organisateurs. «Cette année, je dois avouer que cela a été plus difficile que les autres années. On travaille avec un budget un peu limité. C'est quand même un sport méconnu et les commanditaires sont moins intéressés à s'impliquer monétairement», a expliqué le président.

Malgré ces difficultés, le festival a toujours réussi à dégager de légers surplus chaque année. L’organisation comptabilisera les recettes au cours des prochains jours et espère tout de même terminer le festival en équilibre budgétaire.

Vers une cinquième édition

Même si la quatrième édition a fait vivre toutes sortes d’émotions aux organisateurs, la cinquième est déjà sur les planches à dessin. «J'ai des idées en tête comme intégrer les gens de toute la région. Jusqu'à maintenant, ça se passe beaucoup plus à Gaspé. On aimerait ça que les gens de tout le reste de la Gaspésie puissent s'impliquer et on pensait organiser une tournée de cerf-volant dans la région.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.