Urgence à Murdochville : le maintien du service de nuit réclamé

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Uldège Theriault (à gauche) et Valerie Baker (à droite) estiment qu’ils doivent la vie à la présence de services d’urgence 24 heures sur 24 à Murdochville.

Uldège Theriault (à gauche) et Valerie Baker (à droite) estiment qu’ils doivent la vie à la présence de services d’urgence 24 heures sur 24 à Murdochville. Photo : Geneviève Gélinas

Environ 70 Murdochvillois se sont réunis devant leur CLSC lundi midi pour exiger le maintien de l’urgence 24 heures sur 24 et sept jours sur sept.

Uldège Theriault, un Murdochvillois de 66 ans, était de la manifestation. Il a subi un infarctus en 1998. Sans une urgence à Murdochville, il pense qu’il serait mort aujourd’hui.

Son malaise s’est déclaré à 23 heures. L’ambulance l’a transporté au CLSC de Murdochville, où un médecin lui a administré des chocs électriques et un médicament pour désagréger les caillots de sang dans son cœur.

«Depuis ce temps-là, ça va bien, je profite de mes enfants et de mes petits-enfants», dit M. Theriault. Mais si l’urgence fermait la nuit, l’homme n’est «pas sûr» qu’il resterait à Murdochville.

L’hôpital le plus proche de Murdochville est à Gaspé, est à 95 kilomètres de route, franchissables en 60 minutes.

Valerie Baker brandissait une pancarte «non à la fermeture du service de nuit». Ses crises d’asthme peuvent survenir à n’importe quel moment. Elle a dû se présenter plusieurs fois à l’urgence de nuit pour des crises aigües. «Je ne serais plus là» sans l’urgence, estime Mme Baker.

La mairesse confiante

La mairesse de Murdochville Délisca Ritchie Roussy, est confiante que les actions de la population porteront leurs fruits. «Les employés de l’Agence sont intelligents. Ils vont voir l’angoisse et l’anxiété des gens de Murdochville.»

Ces derniers jours, les directions du Centre de santé de la Côte-de-Gaspé et de l’Agence régionale de santé et de services sociaux ont répété qu’aucune décision n’était prise au sujet de l’urgence du CLSC de Murdochville.

L’inquiétude de la population est motivée par le fait que l’Agence a mis sur pied un groupe de travail pour évaluer les services offerts dans les milieux à faible densité de population.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.