Une sage-femme pourra pratiquer à l’hôpital de Maria

Par ,
Les membres du collectif Accès Sages-Femmes Baie-des-Chaleurs.

Les membres du collectif Accès Sages-Femmes Baie-des-Chaleurs. Photo : Michel Morin

Le conseil d’administration du CSSS Baie-des-Chaleurs donne le feu vert à l’intégration d’une sage-femme dans l’équipe d’obstétrique de l’hôpital de Maria.

Un comité mis en place par le conseil d’administration à la suite du dépôt d’un rapport de faisabilité en mars dernier avait le mandat d’étudier les trois options mises de l’avant dans le document.

Après l’analyse de ces alternatives, le groupe a écarté l’implantation de trois sages-femmes sur le territoire et de deux sages-femmes assistées par un professionnel permettant l’accouchement à la maison.

«Nous ne pouvons pas créer une maison des naissances dans le contexte actuel. Le territoire est trop grand. Pour l’accouchement à domicile, le comité considère qu’il reste à baliser plusieurs choses. Un ordre professionnel au Québec nous dit non et un autre nous dit oui. Depuis 2004, il se fait des accouchements avec les sages-femmes dans les centres hospitaliers. C’est la voie que nous voulons emprunter», précise le directeur général du CSSS, Jean-Philippe Legault.   

Une sage-femme sera donc graduellement intégrée au Centre hospitalier de Maria afin d’offrir le service à la communauté. «Il reste encore beaucoup de travail à faire. Un comité sera formé pour baliser le terrain et s’assurer que toutes les modalités sont prévues en terme de qualité et de sécurité», indique le directeur général, qui ajoute que l’arrivée du service devra s’accompagner des budgets nécessaires du ministère de la Santé.

Déception

Bien que satisfaite de l’ouverture affichée par le CSSS, la porte-parole du collectif Accès Sages-Femme Baie-des-Chaleurs, Marie-Josée Racine, estime que la décision du conseil d’administration d’intégrer une sage-femme dans l’équipe d’obstétrique de l’hôpital de Maria a peu de chance de fonctionner.

«Une sage-femme qui viendrait pratiquer ici seule et qui ne peut pas procéder à des accouchements à la maison restreint son champ d’action. La démarche ne sera pas acceptée par l’Ordre des sages-femmes du Québec et du Regroupement des sages-femmes du Québec.»

L’étendue du territoire couvert par le Centre hospitalier de Maria pourrait causer des difficultés en cas de complications durant un accouchement à la maison, selon le comité.

Nicole Babin, également du collectif, explique que la problématique existe dans d’autres régions du Québec où le service de sages-femmes est offert. «Si le CSSS veut être créatif et inventif, il y a moyen d’instaurer le service. Ça existe ailleurs et ça se passe très bien.»   

1 commentaire

Josyane Giroux a écrit le 19 juin 2012

La sage-femme est une professionnelle de la santé autonome, qui accompagne les femmes dans le lieu d'accouchement qu'elles choisissent. Elle n'est pas rattachée à aucune équipe médicale, puisqu'elle est la spécialiste de la grossesse normale (80% des grossesses), mais elle travaille en partenariat avec les médecins en cas de consultation ou transfert obligatoire. La sage-femme n'est pas employée par un hôpital, mais par le CSSS. Il faut assurément user de créativité pour permettre d'offrir le service sage-femme aux femmes vivant dans les régions éloignées, mais cela ne passera pas par l'intégration de sage-femme dans une équipe obstétricale. Même si mon souhait le plus fort est que toutes les femmes aient accès à une sage-femme, je suis convaincue que pour maintenir la partacularité de ce suivi, il faut que l'intégration des sages-femmes se fasse d'une autre façon.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.