Une pêche miraculeuse qui pourrait coûter cher

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Sylvain Arsenault (à gauche) ne se doutait pas des problèmes qui le guettaient lorsque le matin du 24 août dernier, un énorme thon s’est pris dans le cordage de son bateau de pêche.

Sylvain Arsenault (à gauche) ne se doutait pas des problèmes qui le guettaient lorsque le matin du 24 août dernier, un énorme thon s’est pris dans le cordage de son bateau de pêche. Photo : Courtoisie

Une prise accidentelle d’un thon de 575 lbs au large de Bonaventure risque de mener à une bataille juridique entre le pêcheur Sylvain Arsenault et Pêches et Océans Canada.

M. Arsenault ne se doutait pas des problèmes qui le guettaient lorsque le matin du 24 août dernier, un énorme thon s’est pris dans le cordage de son bateau de pêche. «On a senti une lourdeur assez imposante. Rapidement, on s’est rendu compte que c’était un thon. Il était pris dans la corde et il semblait être mort», raconte-t-il.
 
Le pêcheur ne détenait pas de permis pour la pêche au thon, mais a tout même décidé de sortir le poisson de l’eau et de le garder. «C’était un accident et il était noyé. S’il avait été vivant, je l’aurais laissé partir, explique-t-il. Mais dans les circonstances, je trouvais ça absurde de le laisser à l’eau. J’étais certain de ne pas être en infraction.»
 
M. Arsenault a contacté la propriétaire de l’entreprise Produits Marins St-Godefroi, Janick Aubut, pour lui demander si elle souhaitait acheter le poisson. Intéressée, elle est allée le chercher sur le quai de Bonaventure pour ensuite le vendre à une usine de la Nouvelle-Écosse qui transforme le thon.
 
Pêches et Océans Canada intervient
 
Trois jours plus tard, des agents de Pêches et Océans Canada informés de la situation ont débarqué à l’usine de St-Godefroi pour procéder à une saisie.
 
M. Arsenault a alors reçu un appel d’un de leurs agents lui indiquant qu’il était en infraction car il n’avait pas de permis. «J’ai essayé d’expliquer que c’était une prise accidentelle, que le poisson était noyé. Mais il n’a rien voulu entendre. Il m’a expliqué que peu importe l’espèce, morte ou pas, la remise à l’eau est obligatoire si le pêcheur n’a pas de permis», relate-t-il.  
 
M. Arsenault s’attend à recevoir une lettre de la Cour dans les prochains mois. «On m’a dit que j’étais en infraction, mais j’ai l’intention de me défendre. Je ne me laisserai pas faire pour quelque chose que je n’ai pas caché. Le poisson était mort, c’est absurde», lance-t-il.
 
Enquête en cours
 
Le porte-parole de Pêches et Océans Canada pour la région Gaspésie-les-Îles, Michel Plamondon, ne peut pas confirmer s’il y aura des accusations portées contre M. Arsenault. «On ne peut rien dire pour le moment, car l’enquête est en cours», mentionne-t-il.
 
M. Plamondon rappelle qu’il est interdit d’avoir un thon en sa possession sans permis. «Le règlement est clair, si le pêcheur n’a pas de permis, il est dans l’obligation de le remettre à l’eau, même s’il est mort et même si la prise est accidentelle», explique-t-il.
 
Un pêcheur qui contrevient à cette règle est passible d’une amende qui peut aller jusqu’à 100 000 $ en vertu de la Loi sur les pêches.

7 commentaires

Louis Cayouette a écrit le 8 novembre 2011

Monsieur Collin. Je ne suis pas votre ami. Vous êtes trop jeune. Je vais demander à mon gars de 12 ans de poursuivre cette discussion à ma place. Bon vent !!

Frédéric Collin a écrit le 6 novembre 2011

Il est triste de voir des joe connaissant estiner des professionnels de la pêche qui vie de ce milieu. Avoir des opinions, c'est bien, backer nos opinions c'est mieux. Solidarité entre braconniers vous dites? Demander a un propriétaire de permis de ce qu'il pense de ce moineau? Il a pas a dire, il a des gens naif en dehors de la pêche pour croire cela car ils ont jamais mit les pied sur un bateau.... Jamais vendu un thon de leurs vies, aucune idée de quelle technique il faut s'y prendre pour rammener de la qualité... De plus, continué de croire ce que vous voulez l'ami, écouter TVA, le banquier et rester informer de vôtre mieux, les biologiste ont aucun pouvoir a Pêche et Océans, 100% des décisions sont politique. J'ai plusieurs connaissance qui vont sur les commités de consultations avec pêche et Océans, et je crois fort heureusement qu'ils en connaissent plus que vous, ne vous en déplaise... Les politiciens décide de tout, les juges, les coupes d'arbre, qui pechera quoi, qui ne pêchera plus, les impots, deal with it, c'est dans la vie où l'ont vie... Cet article biaisé auraient été beaucoup plus crédible si ils auraient demandé a une association de pêcheur de quoi ils pensaient de notre braconneur du jours, vous verriez bien que notre vedette ce serait senti bien seul sur son île contre des pêcheur qui respecte leurs métiers et la nature...

Louis Cayouette a écrit le 1 novembre 2011

@ monsieur Collin. Monsieur, pêche et océan ont déjà reconduit des quotas sans avoir fait de décompte parce que le bateau devant servir au décompte était en réparation. Ils n'avaient pas de plan B . Ni hier ni aujourd'hui. Si ce même organisme est si au courant de la situation vous m'expliquerez, pour combler mon ignorance, pourquoi l'activité des pêches en gaspésie est sur une pente descendante depuis 30 ans. Selon moi ce n'est pas la faute des pêcheurs du moment qu' un organisme réglemente le tout. L'organisme devient imputable, pas à 100% mais quand même. Les biologistes sont des employés de pêche et océan pas des sous-ministres. Si pêche et océan n'a rien à dire sur 100% des décisions cela dépasse l'entendement. Mais au delà de tout celà monsieur je m'attendais à plus de solidarité entre pêcheurs. Et si vous pensez toujours que le gars avait un arrangement avant de partir du quai je crois que vos écrits ont précédés votre pensé. Sinon, vous repasserez pour la mesquinerie, les préjugés, la démagogie et le mensonge. Recevez mes salutations.

Frédéric Collin a écrit le 31 octobre 2011

@Louis Cayette Il n'a pas a dire, il a beaucoup d'amertume dans vôtre commentaire, de même que de préjuger. Premièrement, j'imagine que vous êtes capable de faire la distinction entre une pénurie mondial de thon et une abondance de ce dernier sur le banc Miscou. Deuxièmement, avez-vous utilisé un sophisme ou de la démagogie pour expliquer vôtre point de vue? Je m'explique, quelle est le rapport de tolérer un homme qui braconne avec le fait que Pêche et Océan ont des camions neuf? Donc, il faurait que les milliers de pêcheurs du Golf t-Laurent applique la même recette que nôtre idiot du village sur cette base? (Savez-vous qu'a chaque jours, les milliers de pêcheur de cette zone, pêche leurs lots de poissons mort d'autre espèce? Troisièmement, pour clouer le clou dans le cerceuil de nôtre homme convaincu qu'il ne savait pas la loi, tout pêcheur de thon vous le confirmerons. Si vous rammenez un thon au quai, pour souhaiter que les acheteurs font le voyage de Nouvelle-Écosse, vous êtes mieux que que le thon est de qualité A1 et pour être de qualité A1, ce n'est surement pas trouver un thon qui est déjà mort depuis on ne sait pas quand dans ses raies... Car, personne ne ferait 12 heures de truck pour rammener de la scrappe. 90% des criminelles en prison n'assume pas leurs crimes, on a un cas typique de personne qui n'assume pas sa faute... Je suis porté a croire que le gars avait un arrangement avant de partir du quai... Quatrièmement, mais là, dire que Pêche et Océans ne connaît pas l'état des stocks de poisson est vraiment une affirmation gratuite, lancé avec aucune connaissance de cause. Je suis moi-même propriétaire de deux permis de pêche professionnel, et tout pêcheurs sait très bien que 100% des décisions sont fait par la politique sur recommendations des scientifique mais, les politiciens ont toujours le dernier mots... Dire que Pêche et Océans est responsable de l'état des stocks de poissons alors qu'il n'a aucun veto sur chaque décision est mesquin, démagogique et mensongé.

Louis Cayouette a écrit le 20 octobre 2011

Monsieur Collin. Vous pouvez énoncer une chose et son contraire dans le même texte. ''le thon est abondant... une espèce en voie de disparition.'' Recevoir jusqu'à 10 000$ au noir est-ce la norme dans le secteur de la pêche au thon? Si monsieur Arsenault avait su les emmerdes que ramasser ce poisson pouvaient lui apporter il l'aurait sans doute laissé là, pas fait poser avec. Ce qui est absurde selon moi c'est que dans une région à économie moribonde ( comme le thon en question ) il y a toujours une industrie parasitaire qui elle se porte à merveille. Comme; Pêche et océan avec leurs beaux camions mais aussi leur incroyable ignorance des stocks de poisson. Le mapaq qui feuillette les petites annonces pour débusquer les vendeurs de poulets. Les contrôleurs de la saaq qui, par manque de camions de bois, se rabattent sur les derniers fermiers et les remorques des citoyens qui doivent maintenant faire 50 Km pour se débarrasser d'un vieux poêle. etc etc etc. Et j'en passe. Eux ils manquent jamais d'ouvrage quitte à en inventer. Laissez - la donc crever en paix la gaspésie.

Frédéric Collin a écrit le 9 octobre 2011

Haha, la seul chose qui est absurde, c'est qu'un pêcheur pour sa défense jure qu'il était ignorant de la loi. Tout pêcheur(je suis moi-même propriétaire d'un permis de Thon) sait très bien qu'en vendant une autre espèce, ce livre a du braconnage. A-t-il quelqu'un de 40 ans au Canada qui n'a jamais payé d'impôt? Autre information erroné de M.Girard, le thon est abondant maintenant dans la baie des chaleurs tout comme au banc de Miscou. Tierco, le pêcheur savait très bien ce qu'il fesait car, il aurait pu avoir jusqu'au 10 000$ non imposable pour ce poisson. Quatrièmement, déjà que le thon est une espèce en voie de disparition, si il faut excepter le braconnage car quelqu'un est pauvre, c'est mal parti pour le reste des espèces.

Michel Girard a écrit le 4 octobre 2011

Les lois de Pèche-océan, devraient ètre modifier, c'est complètement absurde ,puisqu'il ne devrais mème pas y avoir du thon dans cette région!!! et en plus c'est une prise accidentelle,mais nos bon(biologistes) dise que le mieux c'est la remise à leau.??? complètement absurde.les pècheur ne sont pas riches ',à part quelques un.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.