Art, culture et loisirs

Une expérience internationale hors du commun pour l'ébéniste David-Yan Auclair

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Lors du vernissage, David-Yan Auclair (3e en partant de la gauche), explique ses œuvres au président du Syndicat mixte de Brouage et maire de Château d'Oléron, Michel Parent, ainsi qu'au maire d'Hiers-Brouage, Jean-Marie Petit.

Lors du vernissage, David-Yan Auclair (3e en partant de la gauche), explique ses œuvres au président du Syndicat mixte de Brouage et maire de Château d'Oléron, Michel Parent, ainsi qu'au maire d'Hiers-Brouage, Jean-Marie Petit. Photo : Bernard Gautier

SAINTE-ANNE-DES-MONTS – L'ébéniste David-Yan Auclair, de l'Atelier du Vieux Rabot de Sainte-Anne-des-Monts, est revenu enchanté de son récent séjour en France, où il exposait six de ses œuvres.

L'artisan a participé, en juillet, à la 12e exposition « Les traversiers des arts de Brouage », dédiée à la relève en métiers d'art. Deux Québécois avaient été sélectionnés à la suite d’un appel de dossiers, tous métiers d'art confondus. L'artiste verrier Marie-Hélène Beaulieu de Montréal faisait aussi partie de l'aventure.

« La nature du bois »

Six œuvres réalisées par l'artisan gaspésien, tirées parmi les 35 tableaux de la série « La nature du bois », font partie de l'exposition qui se poursuit à Brouage jusqu'au 15 septembre. Par l'utilisation de techniques de frisage et de placage, l'Annemontois cherche, par cette série de tableaux en bois précieux, à créer des images, parfois concrètes, parfois abstraites. Il en résulte des produits uniques qui, au fil du temps, gagnent de la profondeur, du contraste et de la couleur.

« L'Atelier se positionne de plus en plus comme leader en produits de bois gravés au laser, souligne l'ébéniste d'art pour décrire sa démarche. « La nature du bois » est la façon la plus innovante de garder le lien direct avec l'ébénisterie traditionnelle et le métier d'ébéniste. Le mot « ébéniste » vient du mot « ébène », qui est le premier bois à avoir été utilisé sous forme de placage. »

L'événement, qui se tient annuellement à la Tonnellerie de Brouage, en France, est le rendez-vous des jeunes créateurs de métiers d'art québécois et français, tout en leur offrant une vitrine importante. Pour les visiteurs, c'est notamment une occasion de découvrir des talents émergents.

Retour aux sources

David-Yan Auclair est demeuré à Brouage pendant 12 jours. « J'étais logé et nourri dans une résidence pour artisans, raconte-t-il. Pendant mon séjour, j'ai fait des visites touristiques et des découvertes culinaires. Ça a été un beau retour aux sources puisque mon ancêtre Auclair vient d'un village près de Brouage. »

Lors du vernissage de l'exposition à laquelle ont pris part une cinquantaine d'invités et de dignitaires, l'ébéniste portait fièrement une cravate de bois qu'il a fabriquée.

Bien qu'il s'agissait de sa quatrième visite en France, ce dernier séjour revêtait, pour l'artisan, un caractère particulier. « Je n'étais jamais allé dans une région excentrique, spécifie-t-il. C'était toujours dans les grands centres. Là, je vivais avec les gens du village d'à peu près une centaine d'habitants, dans une forteresse. C'est le village d'origine de Samuel de Champlain. »

3 commentaires

Lisette a écrit le 30 octobre 2013

Merci pour le partage. Le travail d'un ébéniste est apparemment très varié . J'ai trouvé cet article très intéressant.

Phi a écrit le 11 septembre 2013

Oups... Auclair... Pardon.

Philippe Garon a écrit le 11 septembre 2013

Bravo à David-Yan Auclaire et longue vie à l'Atelier du Vieux Rabot!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.