Politique

Une aide financière pour neuf projets en Gaspésie et aux Îles

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
De gauche à droite : la députée des Îles-de-la-Madeleine, Jeannine Richard, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre et le député de Bonaventure, Sylvain Roy.

De gauche à droite : la députée des Îles-de-la-Madeleine, Jeannine Richard, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre et le député de Bonaventure, Sylvain Roy. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le ministre responsable de la Gaspésie-les-Îles et député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a annoncé mardi après-midi à Carleton-sur-Mer une aide financière totalisant 145 849 $ à neuf projets dans la région.

Parmi ces projets, quatre touchent le développement du secteur bioalimentaire et deux concernent le secteur touristique. Au total, les projets soutenus par le gouvernement du Québec devraient générer plus de 780 000 $ d’investissements dans la région.

L’organisme Gaspésie gourmande reçoit une aide financière totale de 20 881 $ pour son projet de mise en place d’un organisme de distribution régionale et pour le positionnement de son Tour gourmand. Toujours dans le secteur bioalimentaire, l’usine Cuisimer de Mont-Louis obtient une aide de 13 333 $ pour ses projets de transformation du maquereau. Les Bio-jardins Rocher-Percé empochent un soutien de 2 250 $ pour sa stratégie de commercialisation. 

Dans le domaine touristique, le Village en chansons de Petite-Vallée pourra compter sur un appui de 38 631 $ pour l’amélioration de ses infrastructures et de ses équipements. Aux Îles-de-la-Madeleine, la Corporation du Parc du Gros-Cap bénéficiera d’une aide de 13 000 $ pour la rénovation de son bâtiment d’accueil.

Parmi les autres entreprises et organisations soutenues, notons la firme Xpert’Son de Sainte-Anne-des-Monts (7 250 $), la coopérative Écovoile Baie-des-Chaleurs (24 260$) et les Ateliers Actibec 2000 de Grande-Rivière (26 254).

Les montants annoncés proviennent du Fonds d’intervention stratégique régionale (FIRS), un programme exclusif à la Gaspésie qui se termine le 31 mars 2013 et dont les «modalités de reconduction» sont actuellement évaluées par le gouvernement du Québec, a souligné Gaétan Lelièvre. «Dans les prochains mois, nous devrions être en mesure de confirmer le maintien, l’amélioration ou la modification de ce programme-là.» 

Le FIRS existe depuis cinq ans et permet à différents projets de la Gaspésie de se partager une enveloppe moyenne de trois millions de dollars par année.

Présent à l’annonce, le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a tenu à préciser que quatre projets sélectionnés par ce programme touchent le secteur bioalimentaire, ce qui «correspond à la vision de la souveraineté alimentaire» prônée par le Parti québécois, selon lui.

M. Roy a admis que les aides financières étaient modestes, mais qu’elles permettraient, à son avis, de concrétiser des projets qui auront des impacts concrets en Gaspésie et aux Îles.

Soulignons par ailleurs la présence de la députée des Îles-de-la-Madeleine, Jeannine Richard, au point de presse.

7 commentaires

Steve Arsenault a écrit le 19 octobre 2012

M. Pelletier. Je ne vois pas pourquoi vous citez mon nom. Je n'ai pas argumenté en faveur d'un parti ou d'un autre. J'ai même terminé mon commentaire en disant de ne pas faire de politique avec les annonces, puisque les décisions concernant le programme FISR ont été prises sous les libéraux et annoncées par les péquistes. Mon point, peu importe la couleur du parti, est que je crois humblement que l'avenir de la Gaspésie passe par le développement d'une identité propre: celle de sa non-industrialisation par des entreprises de centaines d'employés. Notre tissu économique et social en devient trop dépendant. À preuve, Murdochville, Chandler et New Richmond. Nous tentons de nous en remettre, ne mettons plus nos oeufs dans le même panier.

Steve Arsenault a écrit le 17 octobre 2012

En Gaspésie, si on veut vraiment concrétiser un plan de diversification, il faut diversifier! C'est pas en injectant 400M$ dans un seul projet (comme la gaffe de la Gaspésia) que l'on se diversifie. Imaginez, 10 ans plus tard, de quoi la Gaspésie aurait l'air aujourd'hui si on avait aidé financièrement 400 entreprises en leur octroyant 1M$ chacune pour améliorer leurs processus ou leur commercialisation. On aurait pu aussi subventionner 800 entreprises à raison de 500000$. Non seulement je suis pour la diversification, mais je suis contre le financement de multinationale pour s'implanter en Gaspésie. Qu'elles aillent ailleurs! Je crois qu'on aura plus de chance à long terme de se distinguer en étant la région la plus verte au Québec et la seule à n'avoir aucune usine avec une grosse cheminée. Les aides via le fonds FISR sont très structurantes pour le milieu, même si ce sont de petits montants. Cela dit, ne faisons pas de politique avec ces annonces. Toutes les demandes ont été déposées, analysées et décidées avant les élections de septembre.

Steve Arsenault a écrit le 17 octobre 2012

En Gaspésie, si on veut vraiment concrétiser un plan de diversification, il faut diversifier! C'est pas en injectant 400M$ dans un seul projet (comme la gaffe de la Gaspésia) que l'on se diversifie. Imaginez, 10 ans plus tard, de quoi la Gaspésie aurait l'air aujourd'hui si on avait aidé financièrement 400 entreprises en leur octroyant 1M$ chacune pour améliorer leurs processus ou leur commercialisation. On aurait pu aussi subventionner 800 entreprises à raison de 500000$. Non seulement je suis pour la diversification, mais je suis contre le financement de multinationale pour s'implanter en Gaspésie. Qu'elles aillent ailleurs! Je crois qu'on aura plus de chance à long terme de se distinguer en étant la région la plus verte au Québec et la seule à n'avoir aucune usine avec une grosse cheminée. Les aides via le fonds FISR sont très structurantes pour le milieu, même si ce sont de petits montants. Cela dit, ne faisons pas de politique avec ces annonces. Toutes les demandes ont été déposées, analysées et décidées avant les élections de septembre.

Gaston Poirier a écrit le 17 octobre 2012

Voilà, Mr Pelletier... Si vous n'êtes pas d'accord avec les petits projets, vous est contre le développement local en Gaspésie... Comme Gaspésiens, on a passé notre temps à se faire fourrrrrrer par des multinationales et leurs gros projets : on vide la ressource, on engrange les profits, on sacre le monde dehors et on sacre notre camp! Noranda, Smurfit Stone, Gaspesia, alouette! Quand il arrive des petits projets, pilotés par les gens du milieu, et qui donne 3-4-5-10 emplois, faut arrêter de cracher dessus. Le fédéral l'a pas encore compris, mais le Québec, oui. C'est pourquoi je suis 100% d'accord avec ces belles petites initiatives locales, et avec les quelques piasses que le Québec injecte là-dedans : quelques piasses qu'on prend collectivement dans nos poches pour générer surement beaucoup de piasses par la suite, M. Pelletier! Ces petits investissements sont l'un des meilleurs leviers économiques qu'on connait dans les petits milieux! 4-5 emplois à Val d'Espoir, ça équivaut à plusieurs centaines d'emplois à Montréal! Pour nous, c'est majeur! Et le plus beau là-dedans, c'est que c'est fait avec des idées et des initiatives du monde d'ici, de Gaspésiens, et non pas des idées imposées par des multinationales qui arrivent aussi vite qu'elles ne repartent! Et soit dit en passant, je ne suis pas contre les grosses usines, je suis seulement pour la DIVERSITÉ économique... et les petits projets en font partie et sont même l'une des meilleurs marques de notre avenir, surtout dans les petits villages. Merci.

Gaston Poirier a écrit le 16 octobre 2012

Mr Pelletier, à moins que je ne sache pas lire, ou à moins que vos écrits ne réflètent pas votre pensée, je ne crois pas qu'on pense pareil pantoute... Je ne parle pas ici du sujet que vous traitez dans ce présent commentaire, mais je parle de l'ensemble de votre ligne de pensée, que je lis quotidiennement depuis un bon bout de temps... Si on parle du sujet en cours, avant de commenter n'importe quoi n'importe comment, avez-vous vérifié quelle était la demande du Bio-Jardin Rocher-Percé? S'ils reçoivent 2000$, c'est surement pas parce qu'ils ont demandé 2 000 000$!!! Au Qubec, il y a des programmes pour des gros investissements, et des programmes pour les investissements modestes... Justement, des projets modestes que votre cher gouvernement cons-serviteur méprise et refuse toujours d'aider, et qui dont pourtant la différence dans nos milieux!

Gaston Poirier a écrit le 16 octobre 2012

Monsieur Pelletier est payer par ses cons-serviteurs pour faire du "Québec bashing". Je lis souvent ses positions extrêmistes et, à un moment donné, va falloir lui répondre! C'est ben beau de chiâler sur tout ce que le Québec fait pour la région, et de dire que le fédéral est si beau et si grand... C'est beau d'applaudir toutes les coupures du fédéral dans la région! C'est beau de voir les conservateurs tuer les travailleurs saisonniers! À part une poignée de gens d'extrême-droite comme vous, Monsieur Pelletier, pour dire de telles sottises, y a pas grand monde qui endossent vos propos en Gaspésie et au Québec! À preuve : combien de députés cons-serviteurs au Québec? 5 sur 75! Une idéologie qui colle seulement à votre réalité, une idéologie de westerners et de texans déconnectés de la réalité du Québec, de la Gaspésie et de notre avenir! Si vos idées de droite étaient bonnes, elles trouveraient écho dans les votes... À moins que vous affirmiez que les Québécois sont tous des cons ?! À moins que vous affirmiez que tous les Gaspésiens sont des lâches aveugles ?! Un moment donné, faut s'ouvrir les yeux! Le gouvernement du Québec veut tabler sur une phase 2 du plan de relance de la Gaspésie. À part la gaffe de la Gaspésia, tout le reste du plan de relance a bien fonctionné : développement éolien (plus de 700 emplois), centres d'appels publics et privés (plus de 400 emplois maintenus après certaines fermetures, on s'entend), développement et modernisation du Parc de la Gaspésie (Mont-Albert, etc.), etc... J'ai ben hâte de voir ce qui va sortir de la phase 2 promise, mais j'ai l'impression qu'avec un leader comme Lelièvre, un gars qui a à coeur sa région, j,ai l'impression que ça va être pas pire pantoute! Peut-être un autre 1000 nouveaux emplois? Peut-être un développement d'une nouvelle filière d'avenir, à l'instar de l'éolien? Peut-être un développement accru de nos ressources (petrole, mines, Orbite, pêches, forêt, etc. - faire de la 2e 3e transformation, cibole!!!), etc. On dit souvent que c'est à cause d'un manque de volonté politique que nos projets ne se développent pas : ben là, on a des gens qui ont cette volonté! Je parie qu'ils vont réussir, qu'on va réussir comme Gaspésiens à s'en sortir, cibole!

NIcolas Roy a écrit le 16 octobre 2012

Beaux sophismes mr. pelletier

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.