Une adolescente de Rivière-au-Renard en croisade contre le tabagisme

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le taux de tabagisme, qui s’élève à 23 % au Québec, est stable depuis environ cinq ans.

Le taux de tabagisme, qui s’élève à 23 % au Québec, est stable depuis environ cinq ans. Photo : GRAFFICI.CA

Une adolescente de Rivière-au-Renard, Marie-Lou Denis, et 15 autres adolescents du Réseau conseil de la gang allumée se sont mobilisés pour produire une capsule vidéo afin de sensibiliser les Québécois à l’approvisionnement en produits du tabac aux mineurs.

La jeune gaspésienne de 17 ans et ses collègues profitent de la Semaine québécoise pour un avenir sans tabac pour interpeller les principaux fournisseurs de cigarettes aux jeunes Québécois dans une courte vidéo disponible sur YouTube.

Leur objectif : lancer un cri d’alarme à la population québécoise. «Il faut que ça cesse. C’est vraiment un jeu d’enfant pour un adolescent de se procurer des cigarettes», affirme Marie-Lou Denis.

Même si elle constate qu’il y a de moins en moins de fumeurs dans son cercle d’amis, la jeune fille confirme que beaucoup d’adultes acceptent de «sortir» des cigarettes aux mineurs. «Souvent, ce sont des amis majeurs, des parents ou même des gens dans la rue qui acceptent de le faire de façon complaisante», dit-elle.

Dans les faits, selon une étude de Santé Canada, un dépanneur ou autre détaillant sur cinq a vendu des cigarettes ou des petits cigares aux mineurs entre 2005 et 2010. Une étude de l’Institut de la statistique du Québec a par ailleurs révélé en 2008 que le tiers des élèves fumeurs du secondaire achètent eux-mêmes leurs cigarettes dans un commerce.

Les proches représentent aussi des sources d’approvisionnement pour les jeunes. Pas moins de 12 % des jeunes fumeurs ont déclaré obtenir gratuitement des cigarettes de leurs parents et 8 % de leur frère ou de leur sœur.

«Il y encore au-delà de 100 000 adolescents qui fument au Québec. C’est énorme quand on sait que de 80 à 90 % des fumeurs adultes ont commencé à fumer en âge mineur. Pour s’attaquer au fléau du tabagisme au Québec, les adultes doivent cesser d’être complices dans l’achat de produits de tabac aux ados», estime Mario Bujold, directeur général du Conseil québécois sur le tabac et la santé.
 
Selon M. Bujold, les Québécois sont de plus en plus sensibilisés aux dangers reliés à la consommation de cigarettes, mais beaucoup de travail reste à faire. «C’est important de répéter que les problèmes reliés au tabagisme sont la première cause de mortalité au Québec. C’est 10 000 décès par jour, soit 21 fois plus de morts causés par les accidents de la route. C’est un enjeu de santé publique majeur et il faut continuer à sensibiliser», rappelle-t-il.
 
Le taux de tabagisme, qui s’élève à 23 % au Québec, est stable depuis environ cinq ans. Selon Statistique Canada, 15,5 % des jeunes de 12 à 19 fument tous les jours ou à l’occasion. Dans la région Gaspésie-les-Îles-de-la-Madeleine, ce pourcentage s’élève plutôt à 17,6 %.
 
Le Réseau conseil de la gang allumée est un regroupement national formé de 16 garçons et filles, à raison d’un membre par région du Québec, dont le mandat est de conseiller le ministre de la Santé et des Services sociaux, Yves Bolduc, sur le tabagisme juvénile.

1 commentaire

Johanne Blais a écrit le 18 janvier 2012

Merci de contribuer à stoper ce fléau! On dirait que les gens sont de moins en moins sensibilisé au cours des dernières années. Pourtant, la cigarette, c'est comme une drogue, c'est juste qu'elle est légale.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.