Affaires policières et juridiques

Traitement du dossier Marjorie Raymond : procès le 29 mai pour Langelier

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Carl Langelier, à sa sortie de la cour, mardi. Il devra revenir au même endroit pour subir son procès le 29 mai.

Carl Langelier, à sa sortie de la cour, mardi. Il devra revenir au même endroit pour subir son procès le 29 mai. Photo : Johanne Fournier

L'ex-journaliste Carl Langelier a assisté, mardi, au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts, à son enquête préliminaire. Le juge Michel Babin a fixé la date de son procès sans jury au 29 mai.

Selon les trois témoins appelés à la barre, l'ancien journaliste du FM 93 de Québec se serait faussement présenté comme un enquêteur de la Sûreté du Québec afin d'obtenir une entrevue qui aurait ensuite été diffusée à leur insu sur les ondes de la radio de Québec.

Les faits se seraient produits le 30 novembre 2011, deux jours après le suicide de la jeune Marjorie Raymond, en Haute-Gaspésie.

L'accusé, qui a quitté ses fonctions de journaliste en août, plaide non-coupable. Son avocat, Me Serge Goulet, entend bien prouver que son client n'a pas fait usage d'usurpation.

Peine possible de cinq ans de prison

L'accusation criminelle portée contre M. Langelier réfère à l'article 130 du Code criminel, qui interdit toute personne de s'identifier faussement au titre d'agent de la paix. L'ancien journaliste, qui se consacre actuellement à sa boîte de production vidéo, risque une peine de cinq ans de prison s'il était reconnu coupable.

Une ordonnance de non-publication empêche la divulgation de la teneur des propos prononcés par les trois témoins, dont deux sont mineures. La dernière est l'adulte ayant porté plainte à la Sûreté du Québec, suite à laquelle une enquête a été ouverte.

À sa sortie de la cour, Carl Langelier s'est abstenu de tout commentaire. Son procureur en a fait autant.

À lire aussi

Traitement du dossier Marjorie Raymond : un journaliste fait face à la justice

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.