Art, culture et loisirs

Tournage sur bois : un artisan de Caplan s’illustre

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Bernard Bujold pratique le tournage sur bois depuis plus de 8 ans.

Bernard Bujold pratique le tournage sur bois depuis plus de 8 ans. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Bernard Bujold, un retraité résidant à Caplan, passe en moyenne dix heures par jour dans son atelier pour fabriquer des objets en bois. Véritable passionné, l’homme s’illustre de plus en plus dans le domaine du tournage sur bois au Québec, un travail artisanal méconnu du grand public. 

Poivrière, chapeau de cowboy, casquette de baseball, toupie, verre à vin : les objets qui s’entassent dans l’entrée de la demeure à M. Bujold ne passent pas inaperçus. «C’est ce chapeau qui m’a fait gagner la médaille d’or au concours de l’Association des tourneurs sur bois du Québec en avril dernier», lance avec fierté l’artisan, quelques minutes après l’arrivée de GRAFFICI.CA.

Le tournage sur bois consiste à créer des objets en bois avec une tour à bois et des outils de coupe (voir vidéo). Cette forme d’artisanat demande beaucoup de précision et de dextérité manuelle. «Ça prend aussi de la passion et du temps», mentionne en souriant M. Bujold, qui a commencé à s’intéresser à cette pratique en 2004, soit quelques années après son retour en Gaspésie.

«Le tournage a été pour moi une révélation. J’ai même abandonné la pêche et la chasse pour m’y consacrer à temps plein», raconte-t-il, en faisant visiter son atelier situé derrière son garage.

C’est ce chapeau de cowboy qui a permis à Bernard Bujold de remporter la médaille d’or lors du dernier concours de l’Association des tourneurs sur bois du Québec.  

La transformation du bois n’a plus de cachette pour M. Bujold. Sa matière première provient de sa terre à bois à New Richmond. Et c’est à l’aide de son moulin à scie, de son séchoir et de ses équipements de tournage qu’il transforme son bois. «Et tous les objets que je confectionne sont uniques. Chaque fabrication se fait à l’œil», mentionne-t-il, avant d’entreprendre le tournage d’une pièce de bois pour en faire un verre à vin.

«Dix minutes, c’est ce que ça me prend», déclare-t-il une fois le travail complété. Malgré cette rapidité d’exécution, M. Bujold dit être «extrêmement sérieux et méticuleux».

C’est d’ailleurs probablement cette discipline qui lui a permis de multiplier les honneurs au cours des dernières années. En plus de sa médaille d’or obtenue au concours provincial de l’Association des tourneurs sur bois du Québec le printemps dernier, l’artisan gaspésien est arrivé premier dans la catégorie intermédiaire en 2006 et dans la catégorie avancé en 2007.

«Je suis dans mon atelier 10 heures par jour et 7 jours par semaine. Je consacre tellement de temps à cette passion. Je crois que c’est beaucoup plus le travail que la dextérité qui fait la différence», dit-il humblement.

Passionné par le tournage sur bois, Bernard Bujold passe en moyenne dix heures par jour dans son atelier. 

Même s’il pouvait forcer la note pour vendre ses produits à des commerçants, M. Bujold préfère participer à des salons, comme ceux à Bonaventure et à Maria pendant le temps des fêtes pour faire connaître ses objets.

«J’ai quelques points de vente, dont un à Sainte-Anne-des-Monts. Mais j’aime mieux rencontrer les gens dans des événements. Ça me permet de voir leurs réactions et d’obtenir leurs commentaires», explique l’artisan.

Selon l’Association des tourneurs sur bois du Québec, plus de 150 personnes pratiquent cette forme d’artisanat dans la province.

4 commentaires

albert clède a écrit le 29 mars 2016

J'habite en france et je collectionne les pommes en bois .Si cela vous intéresse me le faire savoir et m'envoyer une liste de bois ainsi que vos tarif merci et a bientot

francine Lévesque a écrit le 14 juillet 2015

on voit ici M. Bujold dans son ancien atelier qui a été incendié début 2014. Il a été remplacé par un nouvel atelier à la fine pointe de la technologie, à l'image de son propriétaire. Des outils et instruments ... WOW... qui lui permettent de faire encore mieux et plus. Il faut voir et l'atelier, et le «bonhomme» trop trop sympathique, passionné et passionnant, tout comme ce qu'il fait. Il a beaucoup voyagé récemment pour démontrer son art, même outre-mer et plusieurs fois.... À voir sans faute dès que vous voyez son nom. Il fait une démo d'un chapeau de cow-boy sur YouTube... Chapeau M. Bujold ! BERNARD BUJOLD TOURNEUR DE BOIS

Monique Lepage a écrit le 14 décembre 2014

bonjour, j'habite la région des basses Laurentides. Depuis peu je connais le nom de l'ostryer de Virginie. J'ai lu que ce n'est pas un bois d'une grande valeur commerciale. Mais les "tourneur " comme vous en fassiez de beaux morceaux . Que dois je faire si j'ai quelques longueurs. .

Julie Delisle a écrit le 28 septembre 2012

Intéressant de voir jusqu'où on peut aller quand on a du talent et de la passion! Ça me donne le goût d'essayer de travailler le bois!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.