Tourisme

Tourisme : une saison décevante, selon l’industrie

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Les campings ont connu une bonne saison en 2013, contrairement aux hôtels, motels et gîtes.

Les campings ont connu une bonne saison en 2013, contrairement aux hôtels, motels et gîtes. Photo : Geneviève Gélinas

GASPÉ – L’Association touristique régionale (ATR) de la Gaspésie songe à réaligner le tir côté promotion après une saison jugée décevante, au cours de laquelle les campings ont toutefois eu la cote.

Selon Tourisme Québec, le taux d’occupation de l’hébergement gaspésien a baissé de 2,7 % en juillet 2013 par rapport à  2012. Une diminution de 1,4 % est aussi notée en août, révèlent ces données récoltées dans les établissements hôteliers et les résidences de tourisme.

Le mois de septembre, « vital » pour l’industrie, a connu une baisse de 8,2 %, a indiqué Jean Bouchard, consultant marketing de l’ATR-Gaspésie. M. Bouchard qualifie de « décevants » ces résultats présentés aux membres de l’ATR réunis jeudi et vendredi en colloque à Gaspé.

Des chambres plus chères

Une analyse plus fouillée des chiffres de Tourisme Québec montre toutefois une hausse marquée du prix moyen de location des unités en septembre, qui est passé de 79,90 $ en 2012 à 97,50 $ en 2013, un bond de 22 %. Les hausses de prix en juillet et août (11 % et 17 %) sont moindres mais tout de même significatives.

Plus de campeurs

Les campings gaspésiens ont cependant connu une bonne saison, avec une augmentation de 4,8 % de la fréquentation en 2013 par rapport à l’année précédente. Olivier Nolleau, directeur de la Chambre de commerce et de tourisme de Gaspé, observe cette tendance vers le camping, et plus seulement avec des roulottes récentes et luxueuses.

« On a vu des gens avec des vieux "campeurs" des années 70 ou 80. C’est devenu un mode alternatif de voyage », estime M. Nolleau.

Les campeurs dépensent évidemment moins que les touristes hébergés dans des hôtels ou des gîtes, a fait remarquer Jean Bouchard.

Promotion à revoir

L’enveloppe de promotion de l’ATR a fondu, passant de 1,1 million de dollars il y a quelques années à 650 000 $ en 2013, déplore M. Bouchard. Dans ce contexte, la Gaspésie devra faire des choix, insiste-t-il. « Nos visiteurs vieillissent. Est-ce qu’on leur offre des services [adaptés à leurs besoins] ou est-ce qu’on renouvelle notre offre pour attirer des jeunes? Il faudra qu’on ait cette réflexion. »

En 2013, l’ATR a concentré sa campagne de promotion en avril-mai, puis en septembre. « On aurait dû re-cogner tout de suite sur le clou après la grève de la construction [en juin] », a fait remarquer Jean-François Gagné, du Pic de l’Aurore à Percé. L’horaire de la promotion est sans doute à revoir, a convenu l’ATR. 

3 commentaires

Jean-François Tapp a écrit le 19 novembre 2013

Bien de parler du transport et de la promotion, mais il faudra bien renouveler nos produits un de ces quatre! Les moteurs que sont Percé, Forillon et le Parc de la Gaspésie n'ont pas beaucoup changé ces 10 dernières années, bien que c'est mieux que les 10 précédentes! On a mis des écrans plats et des couettes de duvet dans les chambres pour améliorer notre hébergement...reste maintenant à améliorer les raisons de nous visiter!

Jean-Philippe Chartrand a écrit le 17 novembre 2013

Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais ce n'est pas catastrophique non plus. Ce sont de très faibles fluctuations. Quand on regarde les hauts et les bas en foresterie, agriculture, mines, pêcheries et même l'éolien, on constate que le secteur du tourisme est très stable. Je ne me rappelle pas d'un grand titre "200 emplois perdus en tourisme pour la Gaspésie" au cours des 20 dernières années. Saluons également le travail rigoureux de Graffici qui a couvert le colloque et qui a rapporté rigoureusement les faits et les échanges. Quant à Radio-Canda, qui a tenté d'un faire un traitement sensationnaliste, "La Gaspésie n'a pas réussi son virage web", c'est très discutable comme approche et inexacte. Vive les médias régionaux contrôlés localement!

Gaston Langlais a écrit le 17 novembre 2013

Bonjour, Triste constat que l'affaiblissement de l'industrie touristique en Gaspésie. Cependant, tant et aussi longtemps que l'on ne se donnera pas la peine de réfléchir et d'agir concernant le transport aérien, il est possible et même certain que d'autres baisses surviendront sur une base régulière au cours des prochaines années entrainant l'industrie dans la marginalité. Le tourisme et le transport aérien forment déjà depuis longtemps un couple indissociable. Gaston Langlais - Gaspé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.