Tourisme, Développement économique et exportation

Le tourisme hivernal en pleine croissance

Par Karyne Boudreau, journaliste, graffici.ca
L’achalandage de l’hiver représente 25 % de la fréquentation totale du parc national de la Gaspésie.

L’achalandage de l’hiver représente 25 % de la fréquentation totale du parc national de la Gaspésie. Photo : Archives Graffici.ca

De 2011 à 2013, le parc national de la Gaspésie a vu sa fréquentation hivernale augmenter de 21 %. C’est ce qu’affirmait à Graffici.ca le directeur du parc Pascal Lévesque.

En effet, de 39 000 jours/visites pour la saison 2011-2012, le nombre de jours/visites est passé à 47 000 en 2012-2013. « L’achalandage de l’hiver représente 25 % de la fréquentation totale du parc et tout porte à croire que ça va encore augmenter », soutient M. Lévesque.

 

Plutôt cette semaine, le ministre délégué aux Régions Gaétan Lelièvre annonçait un investissement de 10 millions $ dans le parc national de la Gaspésie pour consolider le tourisme hivernal en Haute-Gaspésie.

 

« On est très heureux de cette annonce. Ça fait longtemps que c’était attendu. Ça va surtout nous permettre de mettre aux normes, c’est-à-dire de rendre nos infrastructures plus attrayantes pour les visiteurs qui sont de plus en plus nombreux à venir nous visiter l’hiver », dit M. Lévesque.

 

Des 10 millions $ investis, 7,5 millions $ ira à la seconde phase de mise en valeur des Chic-Chocs qui vise à développer l’offre hivernale du secteur pour en faire « la » destination montagne de l’est de l’Amérique du Nord.

 

L’objectif sera de renforcer les pôles d’activités que sont notamment l’Auberge de montagne des Chic-Chocs, le parc national de la Gaspésie, le Gîte du Mont-Albert et la réserve faunique des Chic-Chocs.

 

Précisément dans le parc national de la Gaspésie, une somme de 1,8 millions $ servira à la mise aux normes des refuges qui bordent le réseau de sentiers de longue randonnée.

 

La réserve faunique des Chic-Chocs obtient aussi un budget de 700 000 $ pour réaliser des travaux reliés à son réseau routier et à la mise aux normes d’infrastructures, dont les chalets.

 

Le ministre Lelièvre assurait dans son communiqué que ces investissements devraient créer 702 emplois, dont 384 emplois directs, et apporter 10 millions $ en revenus fiscaux dans les coffres de l’État d’ici 2016. D’ailleurs, il note aussi que ces investissements découlent de la Politique économique Priorité emploi annoncée il y a quelques semaines par le gouvernement Marois.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.