Correspondances

LE TOUR PARFAIT DU CALENDRIER

Par Roxanne Langlois, blogueuse, graffici.ca
Grande amoureuse des mots, Roxanne Langlois use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs.

Grande amoureuse des mots, Roxanne Langlois use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs. Photo : OFFERTE PAR L'AUTEURE

CARLETON-SUR-MER, 15 janvier 2016 — Chère Roxanne,     À l’an UN de ta participation à ce blogue citoyen, tu as entre autres écrit à Philippe Couillard, à Dame Nature, au Conseil du Patronat du Québec (CPQ), à ta filleule de trois ans et demi, au Père Noël et à Lorraine, ta mère. Tu commences l’an DEUX en t’écrivant à toi-même.
Tu t’écris À TOI-MÊME, Roxanne Langlois.

Est-ce là les signes avant coureurs d’un quelconque désordre mental?  L’indice d’une personnalité dédoublée ou soumise aux effets d’une drogue plutôt costaude?  Bref, es-tu tombée su’a tête, Roxanne?

Ben non, fâche-toi pas. On le sait, nous deux, que t’es pas complètement cinglée. Un peu susceptible, mais bon… c’est pas ça qui va te tuer.

Cette lettre, je te l’écris, parce que toi et moi Roxy, faut qu’on jase résolutions. Bon, je te vois déjà rouler les yeux (ce qui s’apparente beaucoup au look que tu as quand tu dors les yeux ouverts, en passant).

Tu sais comme moi que tu t’apprêtes à chantonner le même ver d’oreille que par les années passées. En 2016, tu vas encore vouloir te remettre au sport. Oui, tu vas adopter une alimentation anormalement saine, peut-être te lancer dans une chasse officielle aux calories. Ah oui! Tu vas essayer d’épargner, aussi.  Devenir la reine de la gestion des finances personnelles.

Ah! Pré-vi-si-ble Roxinette!  Comme ta naïveté est attendrissante.

On va se le dire: t’es peut-être une petite bête attachante, mais t’es nulle à chier quand c’est le temps de tenir tes résolutions. Viens pas me dire qu’en 2016 ce sera différent, je sais très bien de quoi t’as l’air quand tu mens.

Au final, avec un peu de chance, tes résolutions vont tenir jusqu’au début février. Ma-xi-mum. Je te soumets donc une proposition officielle. Rien de moins.

Si cette année, tu révolutionnais ton univers pourri de promesses non-tenues? Si on faisait une version remixée et funky de cette phase désespérante de l’année où tu tentes d’améliorer ta vie pour ensuite tout sacrer aux vidanges sans le moindre remord?

Il y a une prescription, je pense, qui te ferait du bien pour 2016. Une chose presque insignifiante, voire simpliste.

La gratitude, Rox.

Ça fera cinq ans en 2016 que tu as choisi la Gaspésie. Je sais que ce n’est pas cette année que tu commenceras à remettre en question cette décision. Mais en profites-tu vraiment? Réalises-tu vraiment ta chance? On dirait, depuis un petit bout, que tes yeux se sont habitués à la beauté des paysages, que tes narines ne s’émoustillent plus de l’air salin, que tes papilles s’émouvoient moins au goût des saveurs de chez nous. Est-ce la routine qui t’a gagnée? L’habitude qui s’est fait un nid?

Prends-tu ta situation géographique pour acquis?
Wake up, fille!

Vivre ici, Rock (doux surnom que ta mère t’a donné), c’est un privilège. Rien de moins. Avoir sous ses pieds les lieux exacts que l’on veut fouler chaque jour aussi. Des gens passeront leur vie à chercher la certitude d’être au bon endroit.

Toi, tu l’as.

Aies de la gratitude pour ce que tu as la chance de vivre. Pour les gens formidables qui t’entourent et qui ne sont pas que des points sillonnant la même carte routière que toi. Remercie ta bonne étoile de t’avoir donné une communauté, une vraie, qui se serre les coudes, se tape dans le dos et se donne un coup de main. Sois reconnaissante de pouvoir compter sur tes voisins, pour une tasse de sucre ou pour des litres de bienveillance. Sois consciente qu’en Gaspésie, on a les valeurs à la bonne place, même si on n’a pas grand chose dans les poches.

Quand tu regardes cette vaste région un peu frippée par les dernières années, un peu ecchymosée, chéries-la pour ce qu’elle est. Aime-la d’être encore là et de se reconstruire. Admire qu’elle ne se laisse pas abattre par quiconque ni par quoique ce soit. Vois sa résilience. Sens son humanité. Quatre saisons intemporelles, inéluctables.

Rappelle-toi chaque jour pourquoi tu l’as choisie. Et prends le temps de la savourer, de la vivre pleinement. Pendant toute une année.

365 jours de Gaspésie, le tour parfait du calendrier.

Roxanne Langlois, ton reflet dans le miroir

-30-

NOTE SUR L’AUTEURE
Diplômée du Cégep de Jonquière en Arts et technologie des médias (journalisme) et en Communication, politique et société (UQÀM), Roxanne Langlois a également débuté un baccalauréat en droit à l’Université de Montréal. Après une overdose de Station Berri-UQÀM, de tranches pizza à 0,99 $ et d’études, elle met le cap sur Carleton-sur-Mer à l’automne 2011. Objectifs : vivre à temps plein et au quotidien son coup de foudre pour la région ainsi que devenir une Gaspésienne d’adoption exemplaire. Après avoir travaillé en communications et en politique, on la retrouve aujourd’hui dans le domaine du développement régional. Passionnée des êtres humains et de leurs travers, la blogueuse est aussi mordue d’écriture depuis sa première peine d’amour. Grande amoureuse des mots, elle use de sa plume, de son humour, de son sarcasme et parfois de son impertinence pour faire sourire et partager ses humeurs.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.