Politique

Toujours pas de BAPE pour la cimenterie, dit Québec

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Gaétan Lelièvre rappelle que Québec ne peut demander un BAPE en vertu des règles actuelles.

Gaétan Lelièvre rappelle que Québec ne peut demander un BAPE en vertu des règles actuelles. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ – Malgré les demandes faites plus tôt cette semaine par le député fédéral de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Philip Toone, et des groupes écologistes, Québec maintient qu’il ne peut demander un BAPE dans le dossier de la cimenterie de Port-Daniel.

C’est la réponse du ministre responsable de la région, Gaétan Lelièvre, à la suite de plusieurs sorties cette semaine où les intervenants demandaient à Québec un Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

« Un BAPE, c’est consultatif. Mais en fonction des règles actuelles, le gouvernement ne peut demander un BAPE », explique le ministre.

« Plus de 300 questions ont été posées au promoteur. Si on a pris la peine de poser les questions au promoteur, c’est qu’on est soucieux des impacts sur la communauté. Moi, ça me porte à croire qu’on traite ce dossier avec toute la rigueur possible », soutient le député-ministre.

Pétrole albertain

La sortie du député Toone et des groupes écologistes pour réclamer ce BAPE survenait à la suite d’une nouvelle parue plus tôt cette semaine à l’effet que la cimenterie de Ciment McInnis pourrait être alimentée par du coke de pétrole provenant des sables bitumineux de l’Alberta. L’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique et Greenpeace soutenaient que la cimenterie deviendrait ainsi le plus gros incinérateur de pétrole de coke au Québec et un grand émetteur de gaz à effet de serre.

« Un BAPE, ce n’est pas la solution à tous les problèmes. Au-delà de ça, le gouvernement veut s’assurer de mettre les conditions les plus rigoureuses et responsables possibles dans ce projet », dit M. Lelièvre.

Le député de Gaspé soutient que son gouvernement vise à respecter « les plus hauts standards dans le monde », dans le projet de cimenterie.

Ciment McInnis réagira

Le président-directeur général de Ciment McInnis, Christian Gagnon, a convoqué la presse vendredi à Chandler afin de transmettre « des informations sur les impacts récemment soulevés par les groupes environnementaux ».

Il sera accompagné du conseil des maires de la MRC du Rocher-Percé.

5 commentaires

mamelonet georges a écrit le 8 octobre 2013

Le coke de pétrole est une avenue facile qui ne prend pas en compte l'élément régional du développement d'énergie. Des projets de granule ont été travaillés depuis quelques années et ceux de granule torréfiés pourraient être analysés comme fournisseurs d'énergie tout en garantissant au secteur forestier une voie d'utilisation de leurs résidus. La torréfaction et la production de granules ne sont pas des activités compliquées et les équipements pour se faire sont disponibles. Une belle avenue de développement pour nos coopératives forestières régionales. La cimenterie est effectivement un projet créateur d'emplois et de richesse et qui doit être vu comme tel mais en tenant compte des aspects environnementaux, visuels, sociaux et énergétiques, ce que Ciment McInnis a semblé tenir compte dans son projet mais l'analyse de l'utilisation des granules a-t-elle été effectuée ?

Joseph Leblanc a écrit le 4 octobre 2013

Vus qu'on peut pas éditer je met le lien pour le député Dépensier ...........http://www.radio-canada.ca/regions/est-quebec/2013/10/02/010-depense-deputes-federal.shtml

Joseph Leblanc a écrit le 4 octobre 2013

En passant au lieu d'aller manger dans la main des bapeux Vous auriez pus poser des question a télé thoone sur c'est dépenses de 450 000 $, et sur son vote pour l' appui financier a terre-neuve pour le cable de haute tension sous-marin ça c'est sa juridiction.

Joseph Leblanc a écrit le 4 octobre 2013

@ Bilbo vous avez bien réussi votre triangle cet semaine Tsé Le devoir,Le Soleil et ,Graffici...............Toutes des articles écrit par des journaliste qui collaborent ensembles. Ça c'est un triangle collusionnaire n'est ce pas................

Bilbo Cyr a écrit le 4 octobre 2013

Ce n'est pas que Québec ne peut pas mandater le BAPE. C'est que Québec ne VEUT pas. La loi attribue au ministre du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs le pouvoir d’ordonner la cessation de travaux ou d’activités lorsque ceux-ci représentent une atteinte ou un risque d’atteinte sérieuse à la santé humaine ou à l’environnement. La quantité de coke de pétrole qu'on envisage d'incinérer dans cette cimenterie, sur une période d'un siècle, rend les affirmations de M.Gagnon complètement farfelues.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.