La TDLG dans le New York Times : l’effet est immédiat

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Les participants à la TDLG skieront une journée complète à Forillon cette année.

Les participants à la TDLG skieront une journée complète à Forillon cette année. Photo : Gracieuseté - ricochetdesign.qc.ca

La parution récente d’un texte dans le New York Times a eu un effet immédiat sur la popularité de la Traversée de la Gaspésie à ski de fond (TDLG), qui aura lieu du 16 au 23 février. 

Les places de la TDLG étaient déjà toutes réservées, mais l'article paru dimanche dans le journal américain a suscité l’intérêt. «On a reçu énormément de demandes des États-Unis par courriel, rapporte Hélène Francoeur, chargée de projet pour la TDLG. On est en train de voir si on peut augmenter le nombre d’inscrits cette année pour accommoder quelques skieurs.»

La grande majorité des 200 skieurs de la TDLG sont Québécois, à l’exception d’une quinzaine en provenance de la France, de la Belgique, du Danemark, de l’Ontario et du Nouveau-Brunswick. Aucun n’est Américain, mais l’organisation espère que l’article aura «un effet de promotion» dans les années à venir.

Re-skier des coups de cœur

«Cette année, on revisite des tracés qui ont été des coups de cœur du côté nord de la Gaspésie», explique Mme Francoeur. Les skieurs glisseront dans le parc de la Gaspésie, notamment sur le mont Albert et dans le sentier du Porc-Épic.

Ils se dirigeront ensuite vers Marsoui, puis parcourront l’arrière-pays de Petite-Vallée. L’avant-dernière journée sera entièrement consacrée au parc Forillon, et la dernière, à l’arrière-pays de Gaspé.

Inaugurer L’Éveil collectif

Contrairement aux années précédentes, l’arrivée des skieurs à Gaspé n’aura pas lieu sur la rue de la Reine. Les participants aboutiront plutôt sous l’arche L’Éveil collectif, une œuvre d’Armand Vaillancourt érigée derrière la nouvelle gare. On en profitera pour l’inaugurer en présence de l’artiste. La population est invitée à se joindre aux skieurs vers 13 h 30 le 22 février.

Pas de conférences

Cette année, la TDLG n’offrira pas les conférences aux écoliers et au grand public. La diminution de son financement public oblige l’organisation à se serrer la ceinture. «On prend une année d’arrêt, on verra la réaction du milieu», affirme Mme Francoeur.  Si la demande est forte, la TDLG interpellera ses partenaires financiers pour inviter à nouveau des conférenciers.

Le budget de la TDLG est de 650 000 $. 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.