Sylvain Roy toujours confiant, malgré les sondages

Par ,
Sylvain Roy, candidat du Parti québécois dans Bonaventure, et député sortant.

Sylvain Roy, candidat du Parti québécois dans Bonaventure, et député sortant. Photo : Gilles Gagné

CARLETON-SUR-MER – Le député sortant et candidat du Parti québécois, Sylvain Roy, assure que son équipe et lui sont « très confiants » de l’emporter lors de l’élection du 7 avril, malgré l’avance conférée au Parti libéral dans les derniers sondages.

« Ça peut virer de bord sur un 10 cents. Samedi, il y avait un chiffre, dimanche, il y en avait un autre, et lundi, un autre. Il y a eu une tendance au début (favorisant le Parti québécois), puis il y en a eu une autre. Ils (les chiffres) sont mouvants », dit-il lorsque l’avance des libéraux dans les sondages est abordée.
 
Les sondages, rappelle-t-il, ont « un impact sur les indécis, probablement ». Il refuse d’autre part de voir l’annonce du 31 janvier à propos de l’appui financier proposé par Investissement-Québec et la Caisse de dépôt et de placement du Québec à Ciment McInnis comme un bonbon électoral.
 
« M. Beaudoin (Laurent, président du conglomérat Beaudier, le principal investisseur privé du projet) n’est pas venu pour soutenir le Parti québécois. Il est venu parce qu’il y a une occasion d’affaires », assure M. Roy.
 
Le député sortant a conclu la question du sondage en affirmant ne pas croire qu’en 18 mois, les libéraux aient « changé de stratégie politique et qu’ils aient coupé les liens avec les gens » qui ont justifié la tenue de la Commission Charbonneau.
 
Sylvain Roy a du reste profité d’une rencontre de presse pour dévoiler ses engagements électoraux, ou ses « défis », en matière d’éducation, de santé et de tourisme.
 
Plus de cours universitaires

Il voit ainsi le prochain gouvernement du Parti québécois assurer une offre accrue de cours universitaires en Gaspésie, des certificats pour des adultes voulant se professionnaliser, des maîtrises en administration des affaires et un baccalauréat en gestion d’entreprises touristiques. Il voit l’Université du Québec prendre cette responsabilité et offrir la formation en ligne, en raison de la grandeur du territoire et des budgets limités pour les infrastructures.
 
« Je suis convaincu que les gens vont s’inscrire », dit-il, rappelant qu’il a lui-même donné des cours à distance pour le réseau de l’Université de Moncton.
 
Rénovations de l’hôpital de Maria

En santé, son prochain dossier consiste à rénover l’infrastructure du centre hospitalier de Maria. « Je ne fais pas la promesse que le projet va se faire automatiquement (…), mais je vais tout faire pour que ça se fasse. C’est le premier sur la liste », dit M. Roy, qui assure aussi que le CLSC de Paspébiac conservera sa vocation d’établissement ouvert jour et nuit.

Priorité au nautisme

En tourisme, il précise que le secteur du nautisme dans la Baie-des-Chaleurs, maintenant qu’il a sécurisé ses infrastructures, doit maintenant offrir une plus grande gamme de services. « Il faut que la Baie-des-Chaleurs soit incluse dans le plan Saint-Laurent ».
 
Sylvain Roy note d’autre part qu’un plan de développement de la pêche blanche dans le secteur de Pointe-à-la-Garde et d’Escuminac est sur le point de voir le jour, afin de prendre avantage des nombreuses personnes parcourant de bonnes distances pour s’adonner à ce loisir.
 
Un gouvernement du Parti québécois tenterait par ailleurs d’appuyer les entrepreneurs désireux d’améliorer l’offre en matière de motoneige et de véhicules tout-terrain. L’hébergement doit aussi émerger dans certains secteurs.
« Ça prend des auberges en forêt (…) gérée par les MRC selon une formule coopérative », conclut-il.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.