Politique

Sylvain Roy promet de s’attaquer au monopole de l’asphalte

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le candidat péquiste, Sylvain Roy, dénonce l'attitude du gouvernement Charest dans le dossier du monopole de l'asphalte en Gaspésie.

Le candidat péquiste, Sylvain Roy, dénonce l'attitude du gouvernement Charest dans le dossier du monopole de l'asphalte en Gaspésie. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le candidat du Parti québécois dans Bonaventure, Sylvain Roy, promet de s’attaquer au monopole de l’asphalte en Gaspésie, s’il est élu le 5 décembre prochain.

Rappelons que selon une enquête publiée dans Le Devoir en septembre dernier, les municipalités gaspésiennes paieraient entre 30 et 50 % de plus que le ministère des Transports pour l’asphalte. Une situation qui serait liée au monopole que détient la firme Pavages Beau Bassin.

Lui-même conseiller à Escuminac, Sylvain Roy considère qu’il est en bonne position pour témoigner de cette problématique. «On sait qu’il y a une surfacturation. Alors il faut commencer par la chiffrer et ensuite agir le plus rapidement possible», mentionne-t-il.

À son avis, une solution envisageable serait de créer un regroupement de municipalités pour leur permettre d’avoir un meilleur pouvoir de négociation avec les compagnies d’asphalte.

Selon lui, ce regroupement pourrait même passer par le ministère des Transports pour aller en appels d’offres. «Il faut être en mode solution et étudier toutes les avenues possibles pour obtenir des prix équitables. Les municipalités ne peuvent pas se permettre de payer trop cher pour l’asphalte. Il y a tellement plein d’autres enjeux importants.»

Le péquiste dénonce par ailleurs l’attitude du gouvernement libéral dans ce dossier, pointant ainsi du doigt le ministre délégué aux Transports, Norman McMillan. «J’ai l’impression que le ministère ne se sent pas interpellé. Je trouve ça aussi étonnant que le candidat libéral ne se soit pas prononcé à ce sujet jusqu’à présent.»

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.