Politique

Sylvain Roy s’engage à soutenir les organismes communautaires

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le candidat du Parti québécois dans Bonaventure, Sylvain Roy, accuse le gouvernement libéral d’avoir abandonné les organismes communautaires de la région.

Le candidat du Parti québécois dans Bonaventure, Sylvain Roy, accuse le gouvernement libéral d’avoir abandonné les organismes communautaires de la région. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le candidat du Parti québécois (PQ) dans Bonaventure, Sylvain Roy, promet de faire tout son possible pour assurer un financement aux centres l’Accalmie de Pointe-à-la-Croix et Émilie Gamelin de Chandler, s’il est élu le 4 septembre prochain.

«Je trouve déplorable que ces organismes soient abandonnés pour des raisons supposément financières. Ça ne prend pas un doctorat en sociologie pour comprendre que leurs services coûtent beaucoup moins cher que dans le réseau», a-t-il lancé en marge d’une conférence de presse tenue mardi à Pointe-à-la-Croix pour annoncer les positions du PQ en matière de services publics.

Rappelons que les maisons d’hébergement l’Accalmie et Émilie Gamelin ont fermé leurs portes pour des périodes prolongées afin d’abaisser leur déficit accumulé. Les démarches faites par leurs représentants auprès de l’Agence régionale de la santé et du ministère de la Santé visant à rehausser leur financement n’ont pas fonctionné.

Le ministre de la Santé, Yves Bolduc, leur a répondu qu’aucun argent neuf ne leur sera alloué et qu’ils devaient redéfinir leur mission. En cas de rupture de service, le ministre a indiqué que le réseau de la santé peut récupérer leur clientèle.

«On a dit [à leurs gestionnaires] qu’ils ne savaient pas compter, alors qu’on sait qu’ils ont donné de leur temps pour soutenir la communauté. C’est vraiment les traiter avec mépris», fustige le péquiste.  

M. Roy s’explique mal de voir les maisons d’hébergement de la circonscription de la région étranglées par des difficultés financières. Il estime que ces dernières offrent des services de proximité peu coûteux et que le gouvernement a le devoir de les soutenir financièrement. «Je m’engage à prouver qu’ils sont efficaces afin d’assurer leur pérennité», a-t-il promis.

À cet égard, son parti propose d'instaurer un mode de financement pluriannuel, plus stable et récurrent pour venir en aide aux organismes communautaires qui oeuvrent auprès des personnes souffrant de problèmes chroniques de santé mentale.

Autres engagements

Au-delà du soutien aux organismes communautaires, le candidat du PQ a fait connaître d’autres engagements de son parti en matière de services publics et de santé.

La formation politique menée par Pauline Marois s’engage notamment à abolir la taxe santé de 400 $ par famille, à adopter des mesures de prévention pour assurer une meilleure santé de la population et à favoriser le maintien à domicile des personnes âgées.

2 commentaires

Emilien Poirier a écrit le 15 mai 2013

Vous avez dit que vous allez soutenir les organisme communotaire. Nous les Chevaliers de Colomb St Etienne de New Carlisle avons besoin d'aide pour rénover notre local, situé au 114 Gérard D. Levesque à New Carlisle. Notre projet est de 96,000.00$. Je serais ravi que vous me dites que vous allez nous aider, et de savoir dans quel sens, Merci de me répondre Emilien Poirier, Sec. Fin. Conseil 3441 St Etienne de New Carlisle, Tel: 418-534-2248 P.S. Je n'ai pas votre numéro de téléphone à votre bureau,,, Est-ce secret? Merci,,,

Albert Picard a écrit le 24 août 2012

Le candidat du PQ promet de "faire tout son possible". Eh ben! "Faire tout son possible", ça veut dire travailler, faire son travail. Si je ne m'attendais qu'à cela d'une serveuse, je serais quand même bien servi si elle ne m'apportait pas mon repas. Monsieur Roy devrait promettre que les fonds requis par L'Accalmie et Émilie-Gamelin seront disponible sii son gouvernement accède au pouvoir, comme le fait Québec solidaire. J'ai l'impression que monsieur Roy improvise.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.