Politique

Sylvain Roy s'attend à une campagne propre

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Sylvain Roy et Damien Arsenault lors d'un débat tenu dans le cadre de la dernière campagne électorale.

Sylvain Roy et Damien Arsenault lors d'un débat tenu dans le cadre de la dernière campagne électorale. Photo : Antoine Rivard-Déziel

CARLETON-SUR-MER - Alors que Damien Arsenault représentera le Parti libéral dans Bonaventure au prochain scrutin, le député Sylvain Roy s'attend à une campagne propre.

Après avoir affronté deux fois M. Arsenault, le péquiste se dit prêt à retrouver son adversaire sur son passage. M. Roy soutient que les échanges ont généralement été courtois avec le libéral et s'attend à la même dynamique lors de la prochaine campagne. « Il défend ses idées politiques et ne m'attaque pas personnellement. Et je ne l'attaque pas personnellement. Je crois nous serons en mesure de faire une campagne propre », pense le député.

De vives critiques

Cette déclaration survient quelques jours après que M. Roy ait reçu de vives critiques du camp libéral lors de l'investiture du parti, qui a réuni quelque 1500 militants dimanche dernier à Bonaventure.

Présent à l'événement, le leader parlementaire de l'opposition officielle, Pierre Moreau, n'a pas été tendre envers l'élu. « On m'a dit que la personne la plus absente dans le comté, c'est M. Roy, le député actuel. Si M. Roy voit ce qui se passe ici aujourd'hui, si j'étais lui, j'investirais dans mon REER. Je pense qu'il va en avoir besoin avant longtemps », a-t-il déclaré à la presse régionale, avant de tirer à boulets rouges sur le bilan économique du gouvernement.

Pour sa part, M. Arsenault n'a pas aussi perdu de temps pour critiquer le Parti québécois, l'accusant ne pas agir suffisamment pour stimuler l'économie. « Il y a biens des promesses, mais peu de réalisations », a-t-il reproché.

Roy les rejette

M. Roy rejette du revers de la main cette analyse, en affirmant que plusieurs gestes ont été posés. « Pour Bonaventure, on a fait débloquer le dossier du projet éolien des Micmacs. On a fait des annonces très importantes en marge du caucus à Carleton. Il y a beaucoup de dossiers qui ont été débloqués et qui ne bougeaient pas dans l'ancien gouvernement », s'est-il défendu. 

1 commentaire

Bilbo Cyr a écrit le 16 septembre 2013

Messieurs les candidats, une lecture en guise de préparation: Pas de BAPE=Pas de plan d'urgence. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/387574/quebec-refuse-d-exiger-des-plans-d-urgence

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.