Suspendus pour avoir participé à une marche contre l’intimidation

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Les instigatrices de la marche, Jessy Fournier et Joannie Therrien, entourées de quelques parents et élèves qui ont pris part à la marche pour dénoncer l’intimidation à l’école.

Les instigatrices de la marche, Jessy Fournier et Joannie Therrien, entourées de quelques parents et élèves qui ont pris part à la marche pour dénoncer l’intimidation à l’école. Photo : Johanne Fournier

Une dizaine d’élèves de l’école Gabriel-Le Courtois de Sainte-Anne-des-Monts ont appris que la direction de l’établissement les suspendait cinq jours pour ne pas être allés en classe vendredi après-midi.

Ceux-ci ont préféré participer à une marche initiée par des parents et des élèves afin de dénoncer le phénomène de l’intimidation et qui consistait aussi à honorer la mémoire de Marjorie Raymond, qui s’est suicidée après s’être plainte de ce problème.

«C’est con, c’est ridicule, fustige l’une des élèves suspendues. On fait ça pour que l’intimidation arrête! «C’est une forme d’intimidation», ajoute une autre élève suspendue.

Pour une mère, Annie Daraîche, dont le fils Brian est victime d’intimidation, cette suspension est un non-sens. «Mardi, au lendemain du suicide de Marjorie, les élèves étaient libres de ne pas aller en classe, raconte-t-elle. Ils pouvaient aller où ils voulaient. On les retrouvait chez Hart ou chez Tim Hortons à flâner. Mais là, ils se font suspendre pour avoir participé à une marche pour une bonne cause.»

Un phénomène d’une ampleur considérable

La marche, qui a pris naissance devant l’Aréna J. Robert-Lévesque, pour se diriger vers le centre-ville et prendre fin à son point d’origine, a réuni une centaine de parents et de jeunes qui, selon les deux organisatrices, Jessy Fournier et Joannie Therrien, ont, pour la plupart, vécu de l’intimidation.

Plusieurs parents qui, comme leurs enfants, ont poursuivi leurs études secondaires à l’école Gabriel-Le Courtois, rappellent que le problème de l’intimidation ne date pas d’hier. «Ça fait vingt ans que je me bats pour vivre ce que je vis maintenant, soit de dénoncer l’intimidation, lance Martine Roy avec beaucoup d’émotion. J’ai été victime d’intimidation et mon fils l’a été aussi. Moi, j’ai fini par décrocher, mais mon fils a été plus fort que moi. Il a passé au travers et a fini ses études. Dès ma première année de secondaire, j’ai commencé à vivre de l’intimidation. Cette bâtisse-là, elle est damnée!»

«On est ici pour que la planète se rende compte qu’on est des humains et que si personne ne fait rien, que tout le monde se regarde le nombril et que personne ne bouge, il va y avoir d’autres suicides, continue la mère de famille. Il y a des jeunes dans la polyvalente qui vivent la même chose que Marjorie et qui sont obligés d’endurer ça.»

Une autre maman, qui désire conserver l’anonymat, ajoute que son fils a pensé au suicide. «Cette marche, je la fais pour lui et pour ma nièce, souligne-t-elle. La direction va les suspendre pour avoir participé à la marche, alors qu’ils veulent que le message se rende plus haut. Mais ça n’ira jamais plus loin que ça parce que nous, en Gaspésie, on s’est toujours battus tous seuls.»

Beaucoup de compassion pour Marjorie Raymond

Une amie de Marjorie Raymond, Julie Daraîche, en avait gros sur le cœur. «Ça faisait longtemps que Marjorie me parlait qu’elle était tannée de l’école, qu’elle n’était plus capable de se faire tout le temps tabasser, relate-t-elle. Mais nous, on la ramenait à la raison. Sinon, ce serait arrivé plus tôt. Il faudrait que ça bouge quelque part, que le monde se réveille, qu’ils voient que ce n’est pas rien! C’est gros, l’intimidation. Ça l’a amenée à se suicider! Nous autres, on a perdu une grande amie…»


19 commentaires

André Neveu a écrit le 9 décembre 2011

Dans certains cas les écoles ne prennent pas leurs responsabilités parce qu'ils ne veulent pas avoir de troubles (les dirigeants et même des professeurs). Dans certains cas parce que les intimideurs sont des chouchoux de certains professeurs, dans certains cas parce que les intimidants sont des enfants de parents influants dans certains villages et les écoles ne veulent pas brasser et punissent même les enfants qui se font intimider. Je parle en connaissance de cause. Je me faisais écouerer quand j'étais jeune. Je pourrais en dire long sur ce sujet surtout en parlant de l'attitude des écoles. Je m'excuse pour les fautes.

Michael a écrit le 8 décembre 2011

en temps que ex intimider de cette ecole c dla criss de marde jai froller le suicide a cette ecole dans ma jeunesse et les professeur icit participent meme a lintimidation ( experience personnel) jai ete chanceux davoir une mere qui ma fait demenager dans mon montreal ( montreal nord) meme cetait du gateau comparer a saint anne des monts coter intimidation

Pierre Desrosiers a écrit le 6 décembre 2011

À voir la qualité des écrits ici, au lieu de susprendre les élèves, on aurait plutôt dû les forcer à suivre des cours de français. Ça se serait avéré plus positifi

Johanne Fournier a écrit le 6 décembre 2011

Je suis l'auteure de ce texte. Je tiens ici à préciser qu'il ne s'agit pas d'une campagne de désinformation. Quatre jeunes m'ont fait cette affirmation. Il était de mon devoir de valider cette information auprès de la direction, mais je me suis butée à une boîte vocale, sans avoir de retour d'appel. Plus tôt, je m'étais fait expulser de l'école en me faisant pousser par le bras, alors que je ne résistais même pas. Du côté de la Commission scolaire, on n'accordait plus d'entrevues. Si vous lisez le texte qui a suivi cette nouvelle, j'ai accordé un autre article complet sur le point de vue de la Commission scolaire qui dément cette information provenant de certains élèves. C'est ça, l'objectivité!

Denis Pelletier a écrit le 5 décembre 2011

Ça suffit la campagne de désinformation! Il n'y a aucun éleve qui a participé à la marche qui a été suspendu... Les journalistes devraient valider leur source avant d'écrire tout ce qu'ils entendent.... La question du suicide chez les jeunes est toujours déroutante, tragique et innacceptable. Essayer de trouver un coupable ou une explication à ce geste peut donner l'illusion pour un moment de comprendre cet acte, mais c'est une problématique beaucoup plus complexe et multifactorielle que ça... C'est un problème de société qu'il faut travailler tous ensemble. Personne n'est indifférent. Tout le monde fait le maximum pour changer les choses. Et le milieu scolaire également.

Marie-Claude Veilleux a écrit le 5 décembre 2011

Mais où est la tolérance et le droit au respect.

Marlène a écrit le 5 décembre 2011

Moi,j'espère que cela va aller plus haut ,car en région éloigné ,on ne peut pas changer nos enfants d'école.Il faut vraiment que sa bouge.Moi je suis originaire de matane et je fesais rire de moi mais aujourd'hui j'ai 2 enfants et même si je suis à Québec ,il y en a aussi .Ma grande fille a voulu lâcher l'école mais elle a persévéré.Combien de fois je suis aller voir la direction et que c'est nos enfants qui doivent trouver des trucs pour gérer le problème pas l'intimateur et mon jeune vit lui aussi des situations.Il faut les écouter nos jeunes et les appuyer et aller plus haut que l'école .J'ai changé mon jeune d'école mais il y a ...des lagunes même au privé.Nous sommes fières de nos enfants qui veulent apprendre quelque chose autre que l'intimidation .Il faut perséver .....Bonne chance à nous tous et dans tout ça c'est les parents qui croient que leurs enfants sont parfais et ne souffre pas les yeux.........

Kathy a écrit le 5 décembre 2011

Voila ses pas vrais que les enfants ont été suspendu !!!

Stéphane Lemaire a écrit le 5 décembre 2011

A entendre cette histoire, sa démontre un peu le pourquoi de l'intimidation dans cette école,.... la direction qui suspend des jeunes qui ont une volonté de voir du changement ne sont certainement pas assez intelligent pour enrayer l'intimidation par eux-mêmes... Heeeellllloooooooo y -as tu quelqu'un qui dort sur la switch...... Ramener ces jeunes en classe au plus vite et remettez leurs une médaille pour avoir fait preuve d'une chose que vous ne semblez pas avoir, du courage et de la détermination à enrayer ce fléau qu'est l'intimidation,,.,,, Wake up la direction....

Kathy a écrit le 5 décembre 2011

Bon arrêter de critiquer l"école car les enfants NON pas été suspendue !!!!!

micheline dumont a écrit le 5 décembre 2011

MON DIEU'MONDIEU.MAIS C EST L ENFER ...SI PLUSIEURS PARENTS, TROUVER QUE ÇA DUR DEPUIS TROP LONGTEMPS ,LEVEZ-VOUS S.V.P. ET DEMANDER UNE RENCONTRE AVEC LE DIRECTION ET VOTER POUR FAIRE DÉMISSIONNER CES IMCOMPÉTANTS ÇA PAS D ALLURE ILS FONT DE L INTIMIDATION ET EN PLUS DES MENACES....SI VOUS ENTREZ PAS ...5 JOURS DE SUSPENSION CEST A CROIRE QUE LES ÉLÈVES SONT PLUS RÉALISTE QUE LA DIRECTION .COMME DIRAIT M.DENIS LÉVESQUE"UN PTIT J EN REVIENT PAS CE SOIR "

Laurence Cuisset a écrit le 5 décembre 2011

Et tout cela roule sur le net, d'un bout à l'autre de la planete ! Cela ressemble à une sanction électoral, non mais c'est pas drôle ! Comment faire passer des collègues pour des imbéciles incompétants? Pire ou égal au comportement de nos dirigeants ? La Charge est peut être trop lourde pour vous la direction ? Je ne payerai pas cher si les parents votaient pour vous élir ! Des fois le silence est d'OR !

Kathy a écrit le 5 décembre 2011

Je ne sais pas si ses vrais que les enfants ont été suspendue ... avais communiquer directement avec l'école ????? Car j'en connais qui ont été a la marche et il sont a l'école aujourd'hui !!!!

nancy fortin a écrit le 5 décembre 2011

Réveillez vous quelqu'un.......c'est a ne rien y comprendre. Ils sont pour ou contre l'intimidation et perdre un jour c'est pire quand perdre 5.....wtf comme dirait les jeunes. Et c'est eux qui on l'avenir de nos jeunes entre leurs mains ?C'est à se questionner.

JoAnne a écrit le 5 décembre 2011

Voyons donc, c'est égal à une minute de silence pour la suicider... à respecter. On dirait que la direction veut se battre pour l'intimidation en la conservant dans son roulement... entre ses murs. La direction mériterait une suspension lollllllllllllllll, c'est pour une bonne cause... personne ne peut être suspendu pour une seule journée d'absence... 9 jours chez un employeur donne droit à un congédiement... et les absences ont sûrement été motivés par les parents.... wowwwwww... comment enrayer le problème si les gens ne démontrent pas leur non appréciation d'un problème persistant faut croire dans le domaine scolaire... se taire et punir les aidants pas une solution... allo la commission scolaire vous dormez.....????? Réintégrer les enfants... situation non coutumière... exceptionnelle!

Emile Proulx a écrit le 5 décembre 2011

Vous suspendez des jeunes qui ont une cause à coeur? Qui veulent du changement pour un avenir meilleur? Que faites-vous de la participation citoyenne? Ces jeunes, qui ont sortie dans les rues manifester, seront les leaders de demain et vous, vous les suspendez? Mais voyons donc! Où va ce monde! Moi je dis à ces jeunes là, FONCEZ! Faites-le! Sortez dans les rues! Au final, c'est quoi 5 jours de suspensions pour vouloir enrayer cette problématique? Prenez en un autre 5 jours pour continuer à vous batte contre cette vermine! N'ayez pas peur de porter plainte contre la direction! C'est totalement RIDICULE comme réaction de leur part! Ils découragent les jeunes à s'impliquer!

Colette Pelletier a écrit le 5 décembre 2011

Qu'est-ce qui se passe à SADM.......???????.Les dirigeants vous avez perdu le contrôle?????....Revenez sur la Map....et protégez les enfants.....ils sont tous là à vouloir un changement et vous ne semblez pas d'accord?????...VOUS DEVEZ PARTICIPER À LEUR DEMANDE....pour que les jeunes puissent poursuivre leurs études dans un climat agréable et sain pour eux....se sont nos futurs dirigeants......DONNEZ LEUR UNE CHANCE......

louise gagne a écrit le 5 décembre 2011

moi j y etais a la marche et je ne le regrette pas mes pour ma fille ils ont pas voulut quelle sorte de l ecole ses une gang qui dise que l intimidation est 0 accepter mes eu x ses quoi de ne pas avoir vulus que ma filles sorte de l ecole moi j appelle sa de l intimidation d avoir dis si vous aller a la marche suspention de 5 jours tout sa pour vous dire qu ils faut faire quelque chose dans cette ecole et meme un gros menage

Germain Brodeur a écrit le 5 décembre 2011

Ce sont les membres de la direction qui devraient être suspendus ou tout simplement ,pour ne pas avoir répondu aux cris d'alarmes de la petite Marjorie , et maintenant pénaliser ceux qui veulent dénoncer l'intimidation....un gros " ménage " à faire la...

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.