Succès pour la collecte de matériel électronique

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Quelque 80 tonnes de matériel électronique ont été détournées des sites d'enfouissement sanitaire de la région depuis juin dernier dans les MRC de la Côte-de-Gaspé et du Rocher-Percé.

Quelque 80 tonnes de matériel électronique ont été détournées des sites d'enfouissement sanitaire de la région depuis juin dernier dans les MRC de la Côte-de-Gaspé et du Rocher-Percé. Photo : Nelson Sergerie

GRANDE-RIVIÈRE – Lancé en juin dernier dans les MRC de la Côte-de-Gaspé et du Rocher-Percé, le recyclage du matériel électronique connaît un vif succès alors que 80 tonnes ont été amassées jusqu'à maintenant par le centre de tri de Grande-Rivière.

« En moins d'un an, on a envoyé 4 camions-remorques. C'est environ 80 tonnes. C'est assez performant comme système en place », explique la directrice du centre de tri de Grande-Rivière, Nathalie Drapeau.
L'organisme a lancé la collecte avant même l'application du tarif Écofrais le 1er octobre dernier. Ces frais, qui apparaissent sur la facture du consommateur et modulés selon l'article acheté, servent à gérer la collecte, le tri et l'envoi de ces matières vers des sites spécialisés de traitement.
Dans l'est de la péninsule, neuf points de collecte ont été créés près des déchèteries ou des garages municipaux à Gascons, Percé, Grande-Rivière, Gaspé, Rivière-au-Renard, Murdochville, Cloridorme et Grande-Vallée.
« Sur le plan du fonctionnement, je pense qu'on est assez performant », assure Mme Drapeau pour expliquer la quantité de matière recueillie jusqu'à maintenant.
C'est que la région a choisi un modèle différent de collecte alors qu'ailleurs, le consommateur doit aller porter les produits recyclables dans des magasins identifiés.
« Chez nous, on a fonctionné autrement pour être efficace. L'objectif est de détourner ces matières des sites d'enfouissement », dit Mme Drapeau.
Pour l'instant, le centre de tri ne sait pas si la gestion de la collecte des matières électroniques génèrera des surplus. C'est qu'il a dû acquérir de l'équipement pour lancer l'opération.
Mais Mme Drapeau garde espoir de générer un surplus d'ici deux ans alors que les frais de démarrage auront été amortis.
Sans frais supplémentaire pour les municipalités, cette nouvelle collecte a permis de créer un emploi saisonnier au centre de tri de Grande-Rivière.

2 commentaires

Maxim Chartrand a écrit le 5 mars 2014

Belle initiative, maintenant il faut penser à créer un centre spécialité de traitement en Gaspésie au lieu d'envoyer le matériel à l'extérieur de la région. Il faudrait aussi considérer la revalorisation des produits qui pourrait encore servir après réparation. À quand la création d'une entreprise similaire à Insertech en Gaspésie?

Frédéric Samuel-Bond a écrit le 5 mars 2014

Bonjour , C'est Frédéric Samuel-Bond,Voici un court résumer de mon entreprise. Mon entreprise de recherches, recyclage et multi-service:(recyclage de matérielles informatiques et toutes composantes électrique ou électronique exemple; ordinateur, imprimante, clavier, micro-onde, télévision, cuisinière, cellulaire, tube fluorescent, plinthe électrique... et promouvoir via le multi-service les procédés de transformations et apprentissages). En gros je développe la réutilisation des composantes déjà fonctionnelles par la suite, les restes passe par des étapes de transformation affin d'en extraire les composantes ou matériaux brutes et tout cela sans avoir aucun déchet pour mon entreprise et en 1 ans de services je n'ai pas produit aucun déchets. Je ne veux pas nécessairement revendre en lot a Québec ou Montréal car le transport est la plus grandes causes de pollution au Canada je transforme ici et éviter la pollutions par le transport.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.