Politique

Sondage : rien de gagné selon le candidat péquiste Gaétan Lelièvre

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Plusieurs des candidats dans la circonscription de Gaspé prennent avec un grain de sel les résultats du sondage Segma-GRAFFICI.CA.

Plusieurs des candidats dans la circonscription de Gaspé prennent avec un grain de sel les résultats du sondage Segma-GRAFFICI.CA. Photo : Geneviève Gélinas

Le candidat péquiste Gaétan Lelièvre incite les électeurs à «ne pas se laisser distraire» par le sondage qui le place 37 points devant son adversaire libéral, et à «aller voter selon leur conscience».

Dans la circonscription de Gaspé, un sondage effectué par Segma pour le compte de GRAFFICI.CA donne 57 % des intentions de vote au candidat péquiste Gaétan Lelièvre, comparativement à 20 % pour le député libéral sortant, Georges Mamelonet.

M. Lelièvre assure que son «plan de match va se dérouler comme prévu, en faisant abstraction des sondages. Je respecte ces technologies, mais un sondage, ça peut se tromper. On est cinq candidats. J’ai du mal à croire qu’il y aura des écarts aussi importants le jour du vote.»
«C’est important que les gens ne se laissent pas influencer, ajoute le péquiste, et qu’ils votent selon leur conscience. […] Je serais fier qu’on ait un mandat fort, mais ça ne viendra pas tout seul.»

Un «risque»

M. Lelièvre admet qu’il existe «un risque» à être aussi en avance dans un sondage. Il rappelle qu’aux élections fédérales de 2011, le candidat bloquiste [Daniel Côté] avait perdu face au néo-démocrate Philip Toone, même si un sondage Segma-GRAFFICI lui donnait presque la moitié [48 %] des intentions de vote à trois semaines du scrutin. «Il faut apprendre de cette situation, croit M. Lelièvre. La victoire n’est pas acquise.»

Mamelonet ne commente pas

«Je n’ai jamais de réactions aux sondages, dit M. Mamelonet. Je ne les ai même pas regardés [les résultats]! Ma campagne va très bien et il y a une bonne réponse des gens. On a un vote le 4 septembre, et c’est là que ça va se passer!»
Blanchard «encore confiant»

Yvan Blanchard, de la Coalition avenir Québec (CAQ), a «du mal à croire» aux 57 % d’intentions de vote pour le Parti québécois. Il se dit également «surpris» des 13 % d’intentions de vote qu’il obtient, nettement sous les appuis de la CAQ au national.

«Je suis encore confiant, affirme M. Blanchard. On aura les vrais résultats le 4 septembre. Je sais que les Gaspésiens et les Gaspésiennes veulent du changement, avec tout ce qui s’est passé avec le libéral dans le comté et avec les libéraux au Québec.»

«Votez avec votre cœur», dit Boucher

Le candidat de Québec solidaire, Éric Boucher, invite les électeurs à «voter avec leur cœur». «Pendant la campagne, tellement de gens nous ont dit : "vos valeurs sont les miennes mais je vais voter stratégique pour sortir le Parti libéral", rapporte-t-il. Dans Gaspé, la différence est tellement grande [entre le péquiste et le libéral], qu’ils n’ont plus besoin de voter stratégique.»
Même si les 7 % d’appui à Québec solidaire sont «un peu en-dessous» de ses attentes, M. Boucher se dit «très heureux». En mai, Québec solidaire n’avait même pas d’organisation formelle dans Gaspé, fait-il remarquer. «À la fin de la campagne, on aura une centaine de membres, pas loin de 4000 $ d’amassés et une dizaine de personnes qui auront travaillé d’arrache-pied, dit M. Boucher. On aura réussi à ce que les Gaspésiens sachent que Québec solidaire fait partie du paysage politique.»

Deux tiers de souverainistes, analyse DeRoy

Selon l’analyse du candidat d’Option nationale, Frédérick DeRoy, «67 % du comté est souverainiste ». Il arrive à ce résultat en additionnant les intentions de vote du PQ, de Québec solidaire et d’Option nationale. M. DeRoy se réjouit que «tous ces gens, en théorie, seraient prêts à voter "oui" à un référendum».
Quant à ses intentions de vote, «à 3 %, c’est ce que je visais. C’est la moyenne nationale [obtenue par Option nationale dans les sondages]», affirme M. DeRoy.
Option nationale défend des positions «très franches et très directes », note M. DeRoy. «Il va falloir que je discute avec les gens encore pendant quatre ans!», lance-t-il.

Cliquez ici pour les détails du sondage.

Méthodologie

Ce coup de sonde a été mené auprès de 504 répondants dans Gaspé du 27 et 29 août par voie d’entrevues téléphoniques automatisées. Les données ont été pondérées par la base du recensement de 2011 en fonction du sexe, de l’âge et de la répartition de la population dans les circonscriptions. Les résultats d’ensemble comportent une marge d’erreur de 4,4 % selon un intervalle de confiance de 95 %. Les résultats mentionnés dans l’article sont ceux obtenus après répartition des indécis.

6 commentaires

Geneviève Giguère a écrit le 31 août 2012

Il n'y a aucun risque à voter selon ses convictions. QS et ON ne divise pas le vote péquiste. Les plateformes et le projet de société sont bien différents. Votons selon nos convictions et non pas de peur!

Dany Blais Dansletrouble a écrit le 30 août 2012

Le 4 septembre sera un grand jour. Que Gaspé s'offre un beau cadeau. Ne divisez pas le vote entre PQ, QS et ON, c'est un grand risque qui serait inutile!!!!!!!!

Benoit Trépanier a écrit le 30 août 2012

M. Cartier, si vous lisez un peu plus haut (dernier paragraphe du texte), vous obtiendrez la réponse à votre question. 504 répondants dans Gaspé et 502 dans Bonaventure. 4,4 % de marge d'erreur. Nous ne prétendons pas détenir la vérité, mais notre sondage a été effectué par une firme spécialisée qui s'appelle Segma et nous avons confiance en leur méthodologie.

Graffici a écrit le 30 août 2012

Nous nous excusons pour l'erreur d’orthographe dans le titre.

Julien Cartier a écrit le 30 août 2012

Quelle horrible faute dans le titre... Et d'où viennent ces chiffres de sondage? Avez-vous interrogé 10 personnes seulement pour en arriver à un résultat si improbable...

Amandine Chapelle a écrit le 30 août 2012

Pardon mais l'erreur d'orthographe dans le titre me fait bondir : "rien de gagnER..." - "rien de gagné" serait plus juste....

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.