Politique

Sondage : Damien Arsenault profite de l’effet Normandeau

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le candidat libéral est en bonne position pour remporter l'élection partielle dans Bonaventure le 5 décembre prochain.

Le candidat libéral est en bonne position pour remporter l'élection partielle dans Bonaventure le 5 décembre prochain. Photo : Antoine Rivard-Déziel

À moins d’une semaine des élections partielles, le candidat libéral Damien Arsenault, surfe sur la vague de satisfaction de sa prédécesseure et semble en bonne position pour maintenir le comté de Bonaventure sous la bannière libérale. C’est ce que révèle un sondage Segma-GRAFFICI.CA/CIEU FM.

Selon cette enquête menée samedi et dimanche auprès des citoyens de la circonscription, le libéral récolterait 49 % des voix si l’élection avait lieu ces jours-ci. Son plus proche rival est le péquiste, Sylvain Roy, qui obtient l’appui de 35 % des personnes interrogées.

 

Pour tous les détails.

«Sans dire que la partie est jouée, l’avance du candidat libéral est confortable et les risques de surprises sont minces le 5 décembre prochain», commente le président de Segma Recherche, Raynald Harvey.

Un sondage publié au début de la campagne donnait 52 % des voix au libéral et 36 % au péquiste. «En considérant les marges d’erreur, on peut dire qu’il n’y a pas beaucoup de mouvement dans la bataille électorale», poursuit-il.
 
M. Harvey note que le seul changement significatif est l’appui envers la candidate de Québec solidaire, Patricia Chartier, qui est passée de 5 % à 9%, depuis le sondage publié au début de la campagne. «C’est la seule qui a fait des gains significatifs. C’est probablement un signe qu’elle mène une bonne campagne», analyse-t-il.

Selon le sondeur, l’adéquiste, Georges Painchaud (4%), le vert Jean Cloutier (3%) et l’indépendant Martin Zibeau (0,4%) doivent se contenter d’un rôle de «simples figurants».

L’effet Normandeau

Pour Raynald Harvey, il ne fait aucun doute que Damien Arsenault profite du travail accompli par la députée sortante Nathalie Normandeau. «Sans son héritage, la campagne serait beaucoup plus serrée.»

Parmi les personnes interrogées qui ont l’intention de voter pour le Parti libéral (PLQ), 44 % sont motivées par leur satisfaction envers le travail de Mme Normandeau, 35 % par le candidat, 15 % par le bilan du gouvernement et 3 % par le programme du parti.

«Sans l’ancienne députée, les autres partis auraient normalement profité beaucoup plus de la grogne populaire envers le gouvernement», analyse M. Harvey.

L’insatisfaction à l’égard du gouvernement Charest motive 55 % des personnes interrogées à voter pour un autre parti que le PLQ. Et seulement 4 % des répondants ont l’intention de voter contre le Parti libéral parce qu’ils sont insatisfaits du travail de Mme Normandeau.

Quelque 40 % des sondés pourraient changer d’idée

Pas moins de 59 % des électeurs sondés affirment que leur choix est définitif, alors que 40 % admettent pouvoir encore changer d’idée d’ici le 5 décembre.

Ces chiffres ne devraient cependant pas influencer le résultat de l’élection. «Il y autant d’électeurs qui pourraient changer d’idées chez les libéraux que chez les péquistes», explique M. Harvey.

Même s’il estime que les intentions de vote n’ont pas beaucoup de chance d’évoluer d’ici le 5 décembre, il n’exclut pas l’idée d’un revirement. «Ce n’est pas impossible, il n’y a rien de jouer. On a vu par le passé que l’humeur électorale peut changer rapidement», dit-il en faisant référence à la vague orange qui a favorisé le Nouveau Parti démocratique lors des dernières élections fédérales en mai.

À son avis, les «machines à faire sortir le vote» pourraient cependant avoir un impact important.  «Habituellement, entre le quart et le tiers des électeurs font leur choix le jour du vote. Si un parti parvient à faire participer ses électeurs, il pourrait y avoir du changement.»

La Coalition avenir Québec peu populaire dans Bonaventure

Le sondage Segma-GRAFFICI.CA/CIEU-FM indique également que ce sont les péquistes qui auraient le plus à perdre si un candidat de la Coalition avenir Québec (CAQ) s’était présenté à cette élection partielle. La nouvelle formation politique de François Legault aurait arraché 17 % des voix au Parti québécois, comparativement à 8 % au Parti libéral.

De façon plus générale, la CAQ ne semble pas profiter d’une aussi grande popularité dans Bonaventure comparativement à d’autres régions du Québec. Seulement 15 % des répondants affirment qu’ils voteraient pour un candidat de la CAQ, si le parti avait participé à la campagne électorale.

Méthodologie

Au total, 439 entrevues téléphoniques ont été réalisées les 26 et 27 novembre 2011. Les données ont été pondérées sur la base du recensement de 2006 en fonction du sexe, de l’âge et de la répartition de la population de la circonscription. Les résultats d’ensemble comportent une marge d’erreur de 4,7 % selon un intervalle de confiance de 95 %. Les résultats mentionnés dans l’article sont ceux obtenus après répartition des indécis.

3 commentaires

Laliberté a écrit le 2 décembre 2011

Est-ce normal une publicité de Damien en plein sur la page du résultat des sondages?? Étrange...

Stéphane Desjardins a écrit le 30 novembre 2011

Une question pour : jcpomerleau . M. Pomerleau, je trouve que c'est très intéressant votre analyse sur les ressources naturelles, mais malheureusement je ne peu pas me fier seulement à la parole de juste un homme . Connaissez vous un site ou je pourrais avoir plus de donné sur le sujet?? Je voudrais bien m'informer sur le sujet avant les élections , pour être sûr de mon choix et choisir le bon candidat. Merci.

jcpomerleau a écrit le 29 novembre 2011

Le Devoir Ressources naturelles - Le gouvernement accusé du «vol du siècle» Marco Bélair-Cirino 23 novembre 2011 Québec Le porte-parole du groupe Maîtres chez nous - 21e siècle (MCN21), Daniel Breton, a déposé hier après-midi une plainte à la Sûreté du Québec (SQ) contre le gouvernement Charest, qu'il accuse d'avoir perpétré le «vol du siècle». MCN21 dénonce vigoureusement la décision du gouvernement de céder les droits sur les hydrocarbures (gaz et pétrole) appartenant à Hydro-Québec à des intérêts privés «à l'insu du peuple québécois». Daniel Breton montre du doigt la vente, effectuée en 2008, des permis d'exploration que possédait la société d'État sur l'île d'Anticosti à Petrolia pour un montant inconnu. Il taxe le gouvernement et Hydro-Québec d'avoir ainsi «volé» plus de 3000 milliards de dollars de la population en la «dépossédant» de l'équivalent de 30 milliards de barils de pétrole (valant chacun 100 $) qui seraient enfouis dans le sous-sol de la plus grande île du Québec. «Les évaluations [faites par la firme albertaine Sproule Associates Limited] seraient de l'ordre de 3000 milliards de dollars. Là, on n'a pas parlé des gaz de schiste, du vent, de tout ce qui à trait à l'énergie», a dit M. Breton. http://www.ledevoir.com/politique/quebec/336761/ressources-naturelles-le-gouvernement-accuse-du-vol-du-siecle ... Rappelon que Nathalie Normandeau, après s'être engagé à le faire, a refusé de dévoilé le montant des redevances que devrait versé Petrolia à Hydro Québec pour les droits bradé d'Anticosti. Elle a donc participé à ce détournement de bien publique.(le gouvernement n'avait aucun mandat pour privatiser cette ressources) Le fait qu'elle passe pour une grande dame dans le comté tient au fait que l'information est contrôlé.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.