Société Gaspésie

Ève Woods-Lavoie estime que sa surcharge de travail entraîne une fatigue physique et mentale.
Gaspésie

Des vacances? Connais peu!

23 avril, 17h37 Par : Johanne Fournier, journaliste

SAINTE-ANNE-DES-MONTS, avril 2019- Pour Ève Woods-Lavoie, qui pratique depuis une vingtaine d'années à Gaspé, les semaines de travail sont de 80 heures. Elle soigne uniquement les petits animaux. « J'ai pris une semaine de vacances en cinq ans, s'attriste-t-elle. Je vis en Gaspésie et je n'en profite pas! » Pour la mère de deux enfants, la surcharge de travail la prive aussi trop souvent d'activités familiales. « La minute que je touche à un animal, je dois être disponible 24 heures sur 24, indique-t-elle. La fatigue physique et mentale s'installe. »

 

La maison Busteed n'est plus habitée depuis presque dix ans. Son état se détériore rapidement. Aucun projet précis n'est encore élaboré à Listuguj pour lui trouver une vocation.
Avignon

Quel sort pour la maison Busteed?

5 mars, 15h18 Par : Pascal Alain, chroniqueur

CARLETON-SUR-MER, mars 2019 -  Le sort de la plus vieille résidence de toute la Gaspésie, la maison Busteed à Pointe-à-la-Croix, a refait surface dans l’actualité ces jours derniers.

David Bigaouette, originaire de Saint-Siméon, est candidat à la maîtrise en histoire à l'UQAR.
Avignon

La maison Busteed : une maison, deux visions

15 février, 10h57 Par : David Bigaouette, blogueur citoyen

FÉVRIER 2019 - Une maison de Pointe-à-la-Croix, une des plus vieilles de la Gaspésie qui fut construite vers 1800 par le loyaliste Thomas Busteed, est aujourd’hui laissée à l’abandon. Classée par sa valeur historique en 1987, elle a été achetée par Ottawa en 2009 puis cédée au Conseil de bande de Listuguj.

 

La course des Galopeux a eu lieu à Pointe-à-la-Croix le 30 septembre dernier.
Gaspésie

Loisirs Avignon Centre : investir dans la qualité de vie!

7 juin, 14h52 Par : Marjolaine Mineau, Unité régionale loisir et sport

CAPLAN, juin 2018 – Pointe-à-la-Croix, Escuminac et Ristigouche-Sud-Est ont mis leurs efforts en commun pour développer les loisirs et l’activité physique sur leur territoire. Résultats : un parcours santé, des activités de pêche, des sentiers, des trajets pour aller à l’école à pied… Un bon exemple d’une entente qui permet d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

Jean-Michel Côté manie les commandes de sa camionnette adaptée, un des outils qui lui permettent d’être totalement autonome dans sa vie quotidienne.
Gaspésie

La bonne humeur "génétique" de Jean-Michel Côté

2 juin, 09h40 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ, juin 2018 – Jean-Michel Côté étudie en travail social, écrit des textes d’humour, s’entraîne trois à quatre fois par semaine, fait de la motoneige, du quatre roues et du bateau. Se retrouver en fauteuil roulant à 26 ans n’a pas obscurci son tempérament. « Je ne suis pas difficile à vivre, je suis de bonne humeur du matin jusqu’au soir. C’est génétique », dit-il.

Marie-Thérèse Forest déteste se faire dire qu’elle est « vaillante ». « Je suis pas plus vaillante qu’une autre… je roule, c’est tout! », lance-t-elle avec un fou rire contenu.
Bonaventure

« Avec ou sans jambes, je suis la même »

20 avril, 10h25 Par : Karyne Boudreau, journaliste

CAPLAN, AVRIL, 2018 – Marie-Thérèse Forest n’est pas née avec un handicap. « J’ai eu la chance de pouvoir l’apprivoiser », dit d’entrée de jeu celle qui a porté mille et une causes et dont la renommée dépasse les frontières de notre région. Tête-à-tête avec une battante.

Linda Plourde, à gauche, et la technicienne Judith Berthelot travaillent ensemble depuis plus de 12 ans pour le bien-être des animaux.
Gaspésie

Pénurie de vétérinaires

18 avril, 16h43 Par : Gilles Gagné, journaliste

CARLETON-SUR-MER, avril 2019- Comme les autres régions du Québec, la Gaspésie vit une pénurie de vétérinaires. Dix vétérinaires, six femmes et quatre hommes, travaillent dans la région, mais trois d’entre eux offrent aussi leurs services dans des régions limitrophes et ne se consacrent donc pas uniquement à la clientèle gaspésienne. On pourrait parler de sept postes à temps complet, en équivalence de disponibilité. Au cours de la prochaine décennie, trois ou quatre de ces 10 vétérinaires devraient prendre leur retraite. Seront-ils tous remplacés? Graffici se penche sur les conditions de pratique de cette profession exigeante et sur son avenir dans la région.

Alcide Proulx élève 40 bovins de boucherie; il en a déjà eu 125.
Rocher-Percé

50 ans de prothèses

12 avril, 10h45 Par : Geneviève Gélinas, journaliste


CAP-D’ESPOIR, avril 2018 – Bien des clients du kiosque à légumes d’Alcide Proulx, à Cap-d’Espoir, n’ont aucune idée que leur énergique fermier marche sur des prothèses depuis 50 ans. Dans sa vie bien remplie, l’homme de 71 ans a trouvé le moyen d’exploiter sa ferme et de travailler à temps plein malgré ses jambes amputés.