Société Gaspésie

Historien de formation, Pascal Alain est détenteur d’une maîtrise en développement régional. Passionné de sa région, il a cofondé, il y a 16 ans, votre GRAFFICI.
Gaspésie

SOLIDARITÉ, ES-TU À L’ÉCOUTE?

25 mars, 17h48 Par : Pascal Alain, blogueur

CARLETON-SUR-MER, 25 mars 2016 – Ces 18 derniers mois, l’austérité a fait son nid et a fait des petits, ici comme ailleurs au Québec. Sournoisement. Subtilement. Égoïstement. La famine, la guerre civile, la petite vérole ou l’hécatombe socioéconomique ne sont pas encore à nos portes direz-vous… Et vous avez raison. N’empêche que la Gaspésie, à mes yeux, a reculé au cours de la dernière année…  

Linda Langlais, responsable du comptoir alimentaire de l’Accueil Blanche-Goulet
Gaspésie

DES REFUGES POUR LES LAISSÉS-POUR-COMPTE

14 décembre, 14h30 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ, décembre 2015 – Ils font face à des problèmes de santé mentale, sont aux prises avec une dépendance, forcés à l’itinérance ou vivent simplement « une mauvaise passe ». Ces laissés-pour-compte, quatre maisons d’hébergement les accueillent en Gaspésie et les aident à se refaire une santé physique et mentale. Sans ces refuges, près de 400 personnes se seraient retrouvées à l’hôpital ou dans la rue au cours de la dernière année. GRAFFICI a visité l’une de ces maisons et traite, dans son journal de janvier actuellement présent dans 170 points de chute sur le territoire, de différents aspects de leurs oeuvres et de leurs défis quotidiens.

« Des fois, on se plaint pour rien. Des problèmes, ça se règle. T’es bien mieux là que dans un lit d’hôpital
Côte-de-Gaspé

UN GREFFÉ DU CŒUR PÉTANT DE SANTÉ

27 juillet, 00h00 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ – Deux ans après sa greffe du cœur, Jean-Sébastien Synnott, de L’Anse-au-Griffon, respire la santé. Et le jeune homme, plaidoyer vivant en faveur du don d’organes, est en contact avec la mère du donneur.

Jolyane Annett et ses collègues du CALACS ont entendu 44 dévoilements d'agressions sexuelles l'an dernier, presque deux fois le nombre habituel.
Gaspésie

AGRESSIONS SEXUELLES : VAGUE DE DÉNONCIATIONS

29 juin, 10h28 Par : Geneviève Gélinas, journaliste

GASPÉ, juin 2015 – Les dénonciations d’agressions sexuelles ont presque doublé l’an dernier dans les bureaux du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de la Gaspésie (CALACS). L’omniprésence du sujet dans les médias peut avoir entraîné cette vague, dans une région où ces crimes sont plus fréquents qu’ailleurs, et où l’inceste fait des ravages.

Auteure, metteure en scène, mère, enseignante, directrice de production, membre de moult conseils d’administration, Myreille Allard pose ici alors qu’elle dirige les comédiens du Clan Destin dans leur dernière production.
Avignon

UNE VIE À MOURIR DEBOUT… MAIS RIEN DE PRESSE

23 juin, 10h00 Par : Karyne Boudreau, rédactrice en chef

CARLETON-SUR-MER – La première fois qu’elle s’est engagée, elle avait 13 ans. C’était dans le club 4H. Elle a vite pris les rênes de l’affaire. Depuis, Myreille Allard s’implique, se dévoue, dirige, accompagne et inspire ceux et celles qu’elle sait si bien entraîner dans ses passions : notamment le théâtre et l’éducation, deux éléments à l’avant-scène d’une vie bien remplie pour cette femme sans âge au quotidien toujours empressé.

Marie-Thérèse Forest est un nom attaché au féminisme en Gaspésie depuis 30 ans. Elle a notamment travaillé à la création de la Table régionale des groupes de femmes, qu’elle a coordonnée pendant 17 ans, jusqu’à sa retraite prise l’an dernier.
Bonaventure

LE FÉMINISME, « QU’OSSA DONNE? »

7 avril, 08h47 Par : Karyne Boudreau, rédactrice en chef

CAPLAN – Elle est petite, l’air presque fragile dans son fauteuil roulant. Mais l’énergie qui se dégage de cette dame aux cheveux rouges est terriblement forte et communicative. GRAFFICI a rencontré la militante féministe « récemment retraitée » Marie-Thérèse Forest dans sa maison de Caplan pour lui poser une question toute simple : « Le féminisme, qu’est-ce que ça donne? ».

En cette journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté, 45 personnes ont été reçues à diner au local de Centr'Elles de Carleton-sur-Mer, secteur St-Omer.
Gaspésie

9000 Gaspésiens sous le seuil de la pauvreté

17 octobre, 14h10 Par : Karyne Boudreau, journaliste

CARLETON-SUR-MER —  En cette Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté, le Collectif gaspésien pour un Québec sans pauvreté s’interroge sur les choix « douteux » du gouvernement Couillard en ce qui a trait aux actions de lutte à la pauvreté et de « rigueur budgétaire ».