Service Canada : Mouvement action chômage dénonce les délais

Par Thierry Haroun, journaliste, graffici.ca
C’est au tour du Mouvement action chômage de la Gaspésie, Gaétan Cousineau, de dénoncer  les délais de traitement des demandes d'Assurance-Emploi dans la région.

C’est au tour du Mouvement action chômage de la Gaspésie, Gaétan Cousineau, de dénoncer les délais de traitement des demandes d'Assurance-Emploi dans la région. Photo : Thierry Haroun

Après la Fédération des travailleurs du Québec, c'est au tour du coordonnateur du Mouvement action chômage de la Gaspésie, Gaétan Cousineau, de dénoncer les délais de traitement des demandes d'Assurance-Emploi dans la région.

«Régulièrement depuis trois ou quatre mois, on reçoit des appels de personnes dont le dossier n'est toujours pas réglé. Et quand ils réussissent à parler à un agent pour connaître l'état de leur demande, ils sont référés à la ligne téléphonique info-chômage. Et même là, il y a un problème parce que, autrefois, on pouvait s'attendre à une réponse dans les 48 heures, alors que maintenant ça peut prendre jusqu'à cinq jours!», s'insurge Gaétan Cousineau.

Ce dernier confirme qu'en Gaspésie, tout comme ailleurs dans la province, on note des délais allant de «six à huit semaines, facilement. C'est inacceptable! Il y a des gens qui attendent tellement qu'ils doivent faire une demande à l'aide sociale en attendant. Et là, il y a encore des délais le temps de faire une enquête pour savoir s'ils y ont droit. C'est une situation alarmante pour beaucoup. J'ai aussi en tête le mari et la femme qui ont tous deux perdu leur emploi et il a fallu huit semaines pour régler leur dossier. On remarque aussi des gens qui sont en déprime en raison des délais.»

Pressions

M. Cousineau compte bien faire des pressions auprès du gouvernement fédéral «pour faire bouger les choses». Plus tôt cette semaine, la FTQ dévoilait qu'à l'échelle de la province près de 80 000 dossiers sont présentement en attente de traitement, dont plus de 20 000 ont dépassé le délai de 28 jours ouvrables prescrits par la législation. La restructuration chez Services Canada n'est pas étrangère à ce problème. De plus, des coupures de 65 postes sont attendues aux bureaux de New Richmond, Rimouski et Sept-Îles, selon la FTQ.

2 commentaires

Alexandre a écrit le 15 février 2019

J'habite en Gaspésie et je suis en attente de traitement pour avoir une réponse pour savoir si je suis accepté ou pas depuis le 31 décembre. À cause du manque de clarté de l'information sur mon dossier canada, je me suis rendu compte que la demande que j'avais fait et qui était, selon ce que j'avais compris, accepté ne l'était pas finalement. Ils n'avaient que réactivé ma demande refusée au mois d'octobre. Alors je déclarais mes revenus aux 2 semaines pour rien car j'étais selon eux non disponible pour travaillé. Quand je m'en suis rendu compte j'ai tenté de les rejoindre mais la ligne n'était jamais disponible car il y avait trop l'achalandage. Après 5 tentatives, je réussi à parler à quelqu'un pour me faire dire qu'ils ont trois semaines pour me donner une décision. Après les 3 semaines, aucune nouvelle. Ils avaient jusqu'au 12 février pour me contacter alors je les rappelle le 13 pour me faire dire qu'ils ont changé la priorité de mon dossier et qu'ils ont 5 jours ouvrables pourme rejoindre pour mettre à jour l'information de mon dossier et me demandé des détails sur ma situation. Je demande si après ce délai de 5 jours j'ai des recours quelconque mais elle me répond qu'ils n'ont aucuns délais légal pour me donner une réponse et que la seule chose que je peux faire est de les rappeller pour qu'ils changent de nouveau la priorité de mon dossier. Présentement nous sommes le 15 février et aucune nouvelle. Ma demande initiale de chômage a été faite au mois d'octobre. Elle a été refusé. J'ai refais ma demande le 31 décembre. Je n'arrive plus à payer mes comptes ma carte visa n'a jamais été aussi pleine et évidemment les frais d'intérêts que je paie par leur faute ne sont pas déductible d'impôt. Je travaille à temps partiel comme enseignant au primaire. Je n'ai pas demandé de chômage depuis 5 ans mais cette année je n'ai pas un gros contrat mais je fais de la suppléance en plus et j'ai vraiment besoin de cette aide qui me reviens de droit mais je dois attendre et continuer de me démener pour faire manger mes 2 enfants. En plus ils osent dire qu'ils ont raccourci le délai d'attente de deux semaines à une semaine. Ahah.

Alexandre a écrit le 15 février 2019

J'habite en Gaspésie et je suis en attente de traitement pour avoir une réponse pour savoir si je suis accepté ou pas depuis le 31 décembre. À cause du manque de clarté de l'information sur mon dossier canada, je me suis rendu compte que la demande que j'avais fait et qui était, selon ce que j'avais compris, accepté ne l'était pas finalement. Ils n'avaient que réactivé ma demande refusée au mois d'octobre. Alors je déclarais mes revenus aux 2 semaines pour rien car j'étais selon eux non disponible pour travaillé. Quand je m'en suis rendu compte j'ai tenté de les rejoindre mais la ligne n'était jamais disponible car il y avait trop l'achalandage. Après 5 tentatives, je réussi à parler à quelqu'un pour me faire dire qu'ils ont trois semaines pour me donner une décision. Après les 3 semaines, aucune nouvelle. Ils avaient jusqu'au 12 février pour me contacter alors je les rappelle le 13 pour me faire dire qu'ils ont changé la priorité de mon dossier et qu'ils ont 5 jours ouvrables pourme rejoindre pour mettre à jour l'information de mon dossier et me demandé des détails sur ma situation. Je demande si après ce délai de 5 jours j'ai des recours quelconque mais elle me répond qu'ils n'ont aucuns délais légal pour me donner une réponse et que la seule chose que je peux faire est de les rappeller pour qu'ils changent de nouveau la priorité de mon dossier. Présentement nous sommes le 15 février et aucune nouvelle. Ma demande initiale de chômage a été faite au mois d'octobre. Elle a été refusé. J'ai refais ma demande le 31 décembre. Je n'arrive plus à payer mes comptes ma carte visa n'a jamais été aussi pleine et évidemment les frais d'intérêts que je paie par leur faute ne sont pas déductible d'impôt. Je travaille à temps partiel comme enseignant au primaire. Je n'ai pas demandé de chômage depuis 5 ans mais cette année je n'ai pas un gros contrat mais je fais de la suppléance en plus et j'ai vraiment besoin de cette aide qui me reviens de droit mais je dois attendre et continuer de me démener pour faire manger mes 2 enfants. En plus ils osent dire qu'ils ont raccourci le délai d'attente de deux semaines à une semaine. Ahah.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.