Affaires policières et juridiques

Série de vols à Murdochville : la SQ arrête quatre individus

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
La SQ a élucidé une série de vols survenus à Murdochville, en novembre et décembre 2011.

La SQ a élucidé une série de vols survenus à Murdochville, en novembre et décembre 2011. Photo : Nelson Sergerie

MURDOCHVILLE - Quatre individus, dont un d’âge mineur, ont été arrêtés par la Sûreté du Québec (SQ) à la suite d’une enquête effectuée après une série de vols survenus à Murdochville, en 2011.

Alain Ouellet, 40 ans, un ancien résident de Murdochville et Yvon Daraiche, 23 ans, de Gros-Morne, ont comparu au palais de justice de Sainte-Anne-des-Monts pour répondre à plus de 48 chefs d’accusation. Ils ont été remis en liberté avec conditions. Ils devront revenir devant le tribunal le 27 mai pour y subir leur procès.

Le troisième suspect, Armand Laflamme, 54 ans, résidait également à Murdochville, et est détenu dans la région de Montréal. Il était recherché en vertu d’un mandat relativement avec des infractions pour non-respect des règles de liberté sous caution. 

Les trois individus sont notamment accusés de vol, d’introduction par effraction et de méfaits pour des gestes qui se seraient produits dans le secteur du lac York, en novembre et décembre 2011. À ce moment, quelque 25 plaintes avaient été enregistrées à la SQ pour des vols.

«Certains des individus arrêtés étaient connus des milieux policiers», précise le porte-parole de la SQ, Claude Doiron.

L’individu d’âge mineur qui a été arrêté est aussi originaire de Murdochville. Il fera face à des chefs d’accusation qui ne sont pas encore déterminés.

Bébé d’un an décédée à Gaspé

La SQ a ouvert une enquête à la suite du décès d’une fillette d’un an, survenu jeudi dernier dans une garderie en milieu familial de Pointe-Navarre.

La fillette avait été retrouvée inconsciente dans sa couchette par la personne responsable. L’enfant a été transportée au Centre hospitalier de Gaspé où son décès a été constaté.

«À première vue, il n’y a pas d’élément criminel dans ce dossier», indique Claude Doiron. Une autopsie sera pratiquée sur le corps de l’enfant afin de déterminer les causes du décès.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.