Sensibilisation pour intégrer les personnes handicapées sur le marché du travail

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le Regroupement des associations de personnes handicapées de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (RAPHGÎ) souhaite favoriser l’employabilité des personnes handicapées.

Le Regroupement des associations de personnes handicapées de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (RAPHGÎ) souhaite favoriser l’employabilité des personnes handicapées. Photo : GRAFFICI.CA

Le Regroupement des associations de personnes handicapées de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine (RAPHGÎ) organise une série de journées d’échanges pour favoriser l’intégration et le maintien des personnes handicapées sur le marché du travail.

Cette initiative vise  à sensibiliser les employeurs de la région au bassin de travailleurs handicapés ou vivant avec une incapacité fonctionnelle aptes à occuper un emploi.

La chargée de projet au RAPHGÎ, Nancy Girard, indique que 8 % de la population active de la Gaspésie, soit environ 5400 personnes, font partie de ce groupe, selon une étude publiée en 2009-2010. «On veut faire connaître ces personnes auprès des employeurs et surtout les informer des services disponibles dans la région, mentionne-t-elle. Beaucoup d’aides et de programmes existent pour soutenir ceux qui souhaitent engager des personnes handicapées, mais on se rend compte que ce n’est pas connu.»

Briser les tabous

Ces journées d’échanges serviront par ailleurs à briser certains tabous, poursuit M. Girard. «On entend souvent dire que les personnes handicapées ne sont pas formées, mais c’est faux. Au cours des dernières années, le nombre d’étudiants handicapés a augmenté de 300 % dans le réseau collégial et 200 % dans le réseau universitaire», explique celle qui considère que le préjugé du manque de formation ne devrait donc plus constituer un frein à l’embauche de personnes handicapées.

La responsable du projet soutient aussi que les employeurs craignent souvent que la main-d’œuvre handicapée soit moins productive et qu’elle doive s’absenter plus souvent. «Ce sont des tabous que nous voulons faire tomber. Et s’il y a une diminution de la productivité, il existe des mesures d’aide pour compenser ses pertes», dit-elle.
 
Les journées d’échanges visent par ailleurs à sensibiliser les personnes handicapées désireuses et aptes à occuper un emploi à la réalité du marché du travail. «Bien souvent, elles ont seulement besoin qu’on les encadre dans la recherche d’emploi. C’est ce que nous leur expliquerons lors de ces journées», précise M. Girard.

Les rencontres auront lieu le 14 février à Gaspé, le 15 février à Chandler, le 22 février à Sainte-Anne-des-Monts, le 1er mars à Carleton-sur-Mer, le 2 mars à Bonaventure et le 14 mars aux Îles-de-la-Madeleine.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.