Politique

Selon les libéraux, la Gaspésie est malmenée par le Parti québécois

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Dominique Vien exhorte le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, à avoir plus de vision concernant le développement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine.

Dominique Vien exhorte le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, à avoir plus de vision concernant le développement de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine. Photo : Nelson Sergerie

SAINTE-ANNE-DES-MONTS - L'opposition critique sévèrement le gouvernement du Parti québécois, particulièrement le ministre délégué aux Régions, Gaétan Lelièvre, que les libéraux l’accusent de manquer de vision pour la Gaspésie.

«Je tombe en bas de ma chaise quand je vois l'allure du gouvernement péquiste et quand j'approche ma lentille sur la Gaspésie et les Îles-de-la-Madeleine. Ce que je vois n'est vraiment pas beau, surtout quand je regarde au niveau du comité interministériel», estime la porte-parole de l'opposition officielle en matière de régions et de ruralité, Dominique Vien. Elle fustige par rapport à «l'inaction du gouvernement et au peu de considération apportée aux principaux enjeux de la région».                 

«La première ministre s'était engagée à former ce comité au lendemain des élections, rappelle Mme Vien. Huit mois plus tard, il n'y a rien de fait. On est en train de tromper les Gaspésiens. Ça a pris six mois à juste s'entendre sur les dates des rencontres.»

Où est passée l'enveloppe?

La parlementaire se demande également ce qu'il est advenu de l'enveloppe de 6 millions de dollars prévue dans le budget du Parti québécois pour soutenir les projets identifiés par le comité interministériel de la Gaspésie et des Îles. «Les 6 millions de dollars n'existent plus, allègue-t-elle. Où sont-ils allés? Quelle facture ont-ils payée avec ça? C'était l'argent réservé aux Gaspésiens!»

«M. Lelièvre, je l'aime bien, mais il magane les régions, poursuit Dominique Vien. L'appel d'offres de 700 MW, pourquoi tarde-t-il tant à l'annoncer? Il y a trois députés du Parti québécois dans votre région et c'est inquiétant de voir que rien n'avance! Je leur rappelle que le taux de chômage est de 17,4 % en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine et qu'il ne cesse d'augmenter.»

6 commentaires

Richard Leonard a écrit le 8 mai 2013

L'incompétence a atteint de nouveaux sommets Péquistes qui ne seront égalés que par l'augmentation du chômage et de la pauvreté en Gaspésie et au Québec.. On promet 400$ millions des minières et on en récoltera à peine 50$. Cela veut tout dire et nous annonce tout la suite...

Alex Caron a écrit le 7 mai 2013

Ne vous en déplaise M. Poirier, le projet de formation professionnelle à SADM a été piloté contre vents et marées par l'ex député Mamelonet pendant près de 2 ans en collaboration avec la mairesse et la CS Chic-Chocs. L'annonce de la semaine dernière n'en a été que l'aboutissement. Il faut bien que M. Lelièvre fasse une quelconque impression de résultats en dépit de son immobilisme actuel et de celui de son gouvernement.

Gaston Poirier a écrit le 3 mai 2013

Drôle de hasard, cette sortie libérale tombe le même jour où le gouvernement annonce un investissement de 8 millions$ en éducation ()formation professionnelle) en Haute-Gaspésie, pour un dossier qui a traîné tout le long des 9 années de règne libéral! Le P.Q. a fait plus pour la région en 8 mois que les libéraux en 9 ans! Allez vous coucher, Mme Viens et, sans jeu de mots, reVENEZ nous voir quand vous aurez quelque chose de constructif à nous dire!

Michel L. Fréchette a écrit le 3 mai 2013

Attention Mme Vien, si vous tombez en bas de votre chaise, c’est très probablement dû à votre manque d’équilibre qu’exige le redressement d’une région dite ressource utilisée comme sujet de nouvelle quand on veut se rendre populaire. Taper sur ceux qui cherchent à se défendre contre les manigances du fédéral dans plusieurs domaines, les grandes entreprises qui veulent bouffer les ressources sur l’os et sucer la moelle pour sortir les dividendes et enrichir les investisseurs étrangers, est facile. Décrire un manque de vision quand on est soi-même incapable de comprendre les enjeux que nous devons relever en partant de si loin ne me convainc pas que vous avez la bonne approche surtout si cette sortie vous a été autorisée par votre nouveau chef non encore élu. Je ne sais pas ce que vous connaissez à la Gaspésie et aux îles de la Madeleine mais cette région est faite de gens dignes et travailleurs. Des infatigables qui aiment plus leur coin de Pays beaucoup plus qu’il est nécessaire pour un résident du Plateau Mont Royal de respecter sa rue et sa ville surtout dans l’état où elle est décrite. Cela prend du courage et une foi inébranlable dans la grandeur de l’Homme pour y habiter et y travailler (quand c’est possible). Nous y avons nos familles et notre patrimoine loin des grandes spéculations urbaines. La diriger et accompagner son développement prennent beaucoup plus de compétence, de probité et d’abnégation que nous avons pu en disposer depuis 2003. Nous vivons avec le même dollar mais tout est plus cher. Nous occupons une partie du territoire de l’avenir du Québec et nous serons là quand le Québec en aura besoin. Le fait d’insulter et de ne pas considérer le travail qui se fait dans la volonté de reprise en main de son destin plombé par des enjeux plus structuraux qu’événementiels signe votre arrogance et votre appartenance dans ce dossier. Après tant d’années de partisannerie inutile, de sectarisme, d’élu(e)s trop près de leurs intérêts personnels, d’opportunisme politique, de complaisance envers le nombreuses démocraties municipales qui s’embourbent dans de multiples conflits d’intérêt, la population a fait un choix et ce n’est pas après 8 mois, seulement 8 mois d’examen des dommages causés qu’on peut avoir une vision de notre avenir lequel votre parti a si bien mis en veilleuse pendant près d’une décennie. Je regrette de vous le dire, mais c’est une insulte à ma dignité de Québécois et de Gaspésien que cette sortie de petite politique opportuniste. Encore pas plus tard qu’il y a quelques semaines, un des ex-députés de votre parti était sur le quai de Percé (maintenant désaffecté par le MPO) à chauffer la foule dans le dossier de la réforme de l’assurance-emploi (encore du fédéral) et militer pour la désobéissance civile en déposant en fidéicommis les sommes à verser, lui-même reconnu coupable par les tribunaux pour quelques gestes malheureux en matière de pêche. Disons que l’ensemble de l’œuvre mérite une appréciation plus globale. Laissez-nous tranquille, nous avons une région à rebâtir comme après chaque cataclysme naturel où les seuls à battre la campagne dans ces situations sont ceux qui viennent prendre des photos et parler des gens qui se « vautrent dans le BS économique » que nos ressources saisonnière nous permettent pour l’instant avec l’espoir de changer la donne pour citoyens actuels mais surtout pour notre descendance car le développement durable a ceci de particulier, c’est qu’il est long à installer quand le frigo est vide. Pour une fois que nous disposons de quelques instruments et d’une motivation, il ne faut pas nous leurrer avec vos miroirs aux alouettes et vos mauvais constats. Personnellement, je m’en tape mais de grâce, je vous invite à respecter les gens de la GIM car à travers ce type de jugement, c’est toute la population qui se voit atteinte. Je laisse le gouvernement actuel vous témoigner des actions posées car vous ne semblez pas avoir posé les bonnes questions aux bonnes personnes.

Gaston Langlais a écrit le 3 mai 2013

Bonjour, S'il est une personne qui connaît à fond tous les problèmes de la Gaspésie et toutes les solutions qui devraient être apportées c'est bien M. Gaétan Lelièvre. Personne à Québec ne peut lui faire la leçon à ce sujet surtout pas ceux et celles qui une fois ou deux par décennie réalisent pendant quelques brèves minutes que la Gaspésie est encore habitée. Nous avons besoin au poste de premier (première) ministre d'une personne de la trempe de M. Bernard Landry. Mme. Pauline Marois va-t-elle y arriver? Peut-ëtre. Mais lorsqu'il est question de rattrapage ici, il faut considérer qu'un dossier qui se règle en six mois à Montréal doit se régler en trois mois en Gaspésie. Ce n'est malheureusement pas le cas. En Gaspésie, il faut attendre trois fois trois ans. Je suggère à Mme. Marois de parler rapidement avec M. Bernard Landry qui pourra lui prodiguer d'indispensables conseils sur l'action politique à entreprendre en vue de supporter toutes formes de développement durable chez-nous. En Gaspésie, il faut aussi s'aider en déclenchant une guerre sans merci à l'incompétence. Gaston Langlais - Gaspé.

Albert Picard a écrit le 3 mai 2013

Le PLQ passe sous silence que nous avons perdu notre économie en l'espace de 9 ans de pouvoir libéral. Le PLQ l'a ruinée tout juste après avoir perdu son sens de la morale. Tant qu'au PQ, il n'a pas l'air très acharné à la tâche de recouvrer celle-ci.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.