Santé, services sociaux et communautaire

Santé des enfants : les Gaspésiens ne se distinguent pas

Par La rédaction, graffici.ca
Les enfants de la maternelle en Gaspésie ne se distinguent pas des autres Québécois de leur âge, selon une étude provinciale.

Les enfants de la maternelle en Gaspésie ne se distinguent pas des autres Québécois de leur âge, selon une étude provinciale. Photo : Nelson Sergerie

GASPÉ - L’Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle conduite à l'échelle de la province par l’Institut de la statistique du Québec indique que les Gaspésiens ne se distinguent pas des autres Québécois de leur âge.

L'étude visait à dresser un portrait de ces jeunes durant l’année scolaire 2011-2012 et ce, pour les cinq domaines mesurés par l’Instrument de mesure du développement de la petite enfance, soit la santé physique et le bien-être (développement physique général, motricité, propreté, alimentation et habillement), les compétences sociales (confiance en soi, habiletés sociales, sens des responsabilités, respect des pairs), la maturité affective (comportement prosocial et entraide, crainte et anxiété, comportement agressif, hyperactivité et inattention, expression et émotion), le développement cognitif et langagier (lecture, écriture) et les habiletés de communications et les connaissances générales.

Échantillonnage important

La collecte de données faite auprès de 665 enfants des quatre commissions scolaires de la région démontre qu'un enfant sur quatre présente une vulnérabilité dans au moins un des cinq domaines de développement. Que les garçons sont proportionnellement plus nombreux à être vulnérables que les filles dans le domaine de développement (maturité affective). Que les garçons sont proportionnellement plus nombreux à être vulnérables que les filles dans au moins un des domaines étudiés. Et que les enfants qui ont reçu les services d'au moins un professionnel non enseignant à l'école (orthophoniste, psychoéducateur ou travailleur social) sont plus nombreux à être classés vulnérables dans au moins un des domaines de développement que les enfants n'ayant reçu aucun service à l'école. Ces constatations sont pour l'instant préliminaires.

Analyse plus poussée

Au cours des prochaines semaines, la Direction de la santé publique de la Gaspésie-les-Îles (DSP) procédera à des analyses plus poussées de façon à produire un rapport régional et des rapports locaux couvrant le territoire de chacun des réseaux locaux de services de santé et sociaux. « À compter de ces analyses, les principaux acteurs régionaux et locaux se concerteront de manière à revoir l’offre de services aux familles ayant de jeunes enfants et afin d’ajuster celle-ci pour mieux répondre aux besoins mis en lumière par les résultats de l'enquête », note la DSP dans un communiqué. Les acteurs  concernées seront appelés à prendre part aux travaux à venir, ajoute en entrevue la coordonnatrice en santé communautaire à la DSP, Christiane Paquette.

« Nos partenaires que nous allons solliciter sont par exemple les parents, les CPE, les maisons de la famille, les municipalités, le réseau de la santé, etc. »

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.