Sport, Tourisme

La saison de la motoneige s'annonce bonne

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Les intervenants touristiques et de la motoneige s'attendent à une bonne saison 2014.

Les intervenants touristiques et de la motoneige s'attendent à une bonne saison 2014. Photo : Mathieu Dupuis, ATRG.

CHANDLER – La neige abondante reçue en décembre donne beaucoup d'espoir aux principaux acteurs de l'industrie de la motoneige. Les conditions sur les sentiers sont bonnes partout en Gaspésie.

« On est chanceux. On a beaucoup de neige. À date, ça passe partout. C'est rare qu'on en ait autant », souligne la directrice générale de l'Association touristique régionale de la Gaspésie (ATRG), Joëlle Ross.

L'ATRG a beaucoup investi l'automne dernier pour vendre ce principal produit d'appel dans des salons en septembre. Elle s'est même rendue dans les zones frontalières américaines pour vanter les sentiers gaspésiens. L'organisme a consacré environ 150 000 $ pour promouvoir la Gaspésie en motoneige cette année.

« C'est impossible d'être pire que l'an passé. La saison n'avait duré que de deux à trois semaines », relate Mme Ross.

L'ATRG a imprimé 25 000 cartes de sentiers gaspésiens cette année pour répondre à la demande. Déjà, selon Mme Ross, plusieurs motoneigistes de l'extérieur arrêtent à Mont-Joli pour obtenir des renseignements sur les circuits gaspésiens.

Bon an, mal an, l'industrie de la motoneige rapporte quelque 40 millions de dollars dans la région. Cette somme est calculée en tenant compte des nuitées d'hébergement, de la restauration et de l'essence achetée par les motoneigistes. On estime qu'un motoneigiste dépense en moyenne 150 $ par jour.

Selon l’ATRG, les hôteliers enregistrent plusieurs réservations pour janvier et février.

Le gestionnaire du site infomotoneigegaspésie.com, Dale Fitzpatrick, constate le même engouement.

« Les demandes de renseignements et d'itinéraires vont bien. D'abord qu'on a de la neige et que ça continue d'aller comme ça », explique-t-il.

Les lignes téléphoniques « sont rouges » depuis le 20 décembre, dit-il. « Vu que les pistes sont ouvertes, c'est encore pire », laisse tomber M. Fitzpatrick.

Il espère qu'il n'y aura pas d'autres fortes pluies comme celles connues le 6 janvier. 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.