Sainte-Anne-des-Monts veut freiner la prolifération des panneaux publicitaires

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Une horde de panneaux défile, sans souci d’uniformité, en plein cœur de la ville de Sainte-Anne-des-Monts. Certains d’entre eux font même la promotion de commerces qui ont fermé leurs portes.

Une horde de panneaux défile, sans souci d’uniformité, en plein cœur de la ville de Sainte-Anne-des-Monts. Certains d’entre eux font même la promotion de commerces qui ont fermé leurs portes. Photo : Johanne Fournier

La Ville de Sainte-Anne-des-Monts, qui bat des records quant au nombre de panneaux publicitaires qui jonchent son territoire, cherche à trouver des moyens afin de réduire ce phénomène qui altère le corridor visuel de son réseau routier.

Même si la mairesse Micheline Pelletier déplore l’absence de coercition liée à cette situation, elle indique que la Ville est, pour le moment, en mode concertation et sensibilisation. Un comité composé de la Ville, de la Chambre de commerce de la Haute-Gaspésie et du ministère des Transports verra bientôt le jour.

Une réglementation qui n’est pas respectée

Plusieurs de ces panneaux, dont la plupart sont situés en bordure de la route 132, sont sous la juridiction du ministère des Transports. «Il y a une réglementation pour les annonceurs fautifs, mais les avis d’infraction doivent être signés par le sous-ministre et ça n’a jamais été fait», déplore Mme Pelletier. Par conséquent, personne n’est mis à l’amende.

Contribuables peu dérangés

«C’est important de savoir où sont les commerces, soutient un Annemontois qui désire garder l’anonymat. Ça prend de la publicité!  La Ville en pose elle-même!» «Je ne trouve pas ça laid», poursuit un autre.

Plus nuancé, un citoyen de l’endroit n’est pas opposé à cette forme d’affichage, dans la mesure que les panneaux soient installés aux extrémités de la Ville. «C’est bon pour les commerçants, donc pour l’économie», estime Marc Beaupré.

La mairesse de Sainte-Anne-des-Monts affirme être bien consciente de l’importance, pour les commerçants, de pouvoir s’annoncer. «On touche à quelque chose de très sensible, admet-elle. Mais il y en a beaucoup trop! Ça dévalorise notre patrimoine visuel.»

En lançant un appel à toutes les municipalités de la Gaspésie, Micheline Pelletier espère que le comité de partenaires en arrivera à trouver une façon plus esthétique de faire de l’affichage, idéalement dans un endroit commun situé aux entrées de la ville.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.