Affaires policières et juridiques

Saint-Omer : les deux jeunes disparus retrouvés sains et saufs

Par Nelson Sergerie, journaliste, graffici.ca
Deux jeunes dans la vingtaine étaient portés disparus depuis lundi soir dans l'arrière-pays de Saint-Omer, dans la Baie-des-Chaleurs.

Deux jeunes dans la vingtaine étaient portés disparus depuis lundi soir dans l'arrière-pays de Saint-Omer, dans la Baie-des-Chaleurs. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Les deux jeunes dans la vingtaine, portés disparus dans la forêt depuis lundi soir dans l'arrière-pays de Saint-Omer ont été retrouvés sains et saufs, mercredi en fin d'après-midi.

Un bénévole qui participait aux recherches a localisé la jeune femme de 21 ans et le jeune homme de 26 ans près de la rivière Angers, à Saint-Jules, vers 17 h 30.
 
Les deux personnes, originaires de Carleton-sur-Mer, étaient en bonne santé, malgré le fait qu'elles se trouvaient en forêt, sans ressource, depuis près de 48 heures. «Étant donné qu’ils sont détrempés et qu’ils ont eu froid, ils vont bien dans les circonstances», dit le porte-parole de la Sûreté du Québec, Claude Doiron.
 
Par mesure préventive, les deux jeunes ont été transportés à l'hôpital de Maria pour recevoir des soins, puisqu'ils se trouvaient à plusieurs kilomètres de l'endroit où ils avaient été aperçus pour la dernière fois.
 
 Les événements se sont amorcés lundi soir alors que cinq jeunes se sont rendus en forêt à bord d'un véhicule de type 4 x 4. Ils se sont enlisés dans la neige, toujours présente dans l'arrière-pays.

Trois d'entre eux ont décidé de partir à pied à la recherche de secours, laissant sur les lieux leurs deux camarades.
 
Lorsque les secours étaient finalement arrivés en forêt, mardi matin, ils avaient constaté que les deux personnes ne se trouvaient plus sur les lieux.

Mercredi matin, la Sûreté du Québec avait érigé un poste de commandement à Saint-Omer. Plusieurs policiers, aidés de véhicules tout terrain et de deux hélicoptères ont participé aux recherches. Plusieurs bénévoles se trouvaient également sur le terrain pour aider les autorités.
 
«À la demande des familles, les personnes ne seront pas identifiées», indique M. Doiron.

Cet article a été mis à jour le mercredi 9 mai à 18h30.

1 commentaire

Mathieu Fournier a écrit le 9 mai 2012

Apparemment, on les as retrouvés grâce à leur carré rouge. Je blague (c'est que je suis soulagé).

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.