Politique

Roy veut renforcer le lien entre le Québec et le Nouveau-Brunswick

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a rencontré la presse régionale mardi matin à Carleton-sur-Mer.

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, a rencontré la presse régionale mardi matin à Carleton-sur-Mer. Photo : Antoine Rivard-Déziel

Le député de Bonaventure, Sylvain Roy, souhaite renforcer la coopération entre le Québec et le Nouveau-Brunswick. 

M. Roy, qui agit aussi à titre de vice-président de l’Association parlementaire Nouveau-Brunswick-Québec (APNBQ), estime que les deux provinces pourraient davantage travailler ensemble, notamment sur le plan touristique.

À son avis, la Gaspésie et le Nord du Nouveau-Brunswick représentent une «zone touristique» cohérente, dont les artisans auraient intérêt à s’associer pour attirer plus de visiteurs.

«Souvent, les gens vont faire le tour de la pointe acadienne pour ensuite faire le tour de la Gaspésie. Je suis certain que les deux provinces peuvent s’entendre pour développer des stratégies de communication afin de se doter d’une force de frappe commune», a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse tenue mardi à Carleton-sur-Mer, pour présenter le bilan de ses 100 premiers jours comme député.

M. Roy souhaite également profiter de son implication au sein de l’APNBQ pour relancer les discussions autour de la mise en place d’infrastructures partagées. «Je verrais d’un bon œil l’établissement d’un traversier entre l’Acadie et la Gaspésie. Il me semble que ce serait une bonne façon de redorer l’image de la Baie-des-Chaleurs», a-t-il poursuivi.

Expertise

Le député de Bonaventure croit que l’échange d’expertise entre les deux provinces serait aussi profitable pour le domaine de l’éducation en Gaspésie. M. Roy pense notamment au petit campus universitaire de l’Université de Moncton à Shippagan. «Je souhaite rencontrer les gens de cet établissement pour comprendre de quelle façon ils fonctionnent. Il s’agit peut-être d’un modèle que nous pourrions implanter en Gaspésie», dit-il

Bilan

Plus de 100 jours après avoir été élu, M. Roy reconnaît que sa présence dans la circonscription de Bonaventure n’a pas été à la hauteur de ses attentes. «Les dernières semaines ont été intensives. Et j’ai réalisé l’importance d’être à Québec pour défendre les dossiers de la région corps à corps auprès des ministres», souligne-t-il.

M. Roy a tenu à rappeler les projets qui ont été appuyés par son gouvernement au cours des derniers mois, dont notamment des investissements de 120 000$ pour Les Reboiseurs de la Péninsule inc, de 150 000$ pour la scierie Rosario Poirier de Saint-Alphonse et de 63 000$ pour l’Association forestière de la Gaspésie.

Le péquiste dit avoir fait «énormément d’interventions» auprès de la première ministre, Pauline Marois, et de la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellette, pour revendiquer la reconduction des programmes sylvicoles, dont le Programme de création d’emploi en forêt et celui de la mise en valeur des ressources du milieu forestier Volet II.

Dossiers prioritaires

L'élu mentionne par ailleurs que la cimenterie de Port-Daniel, le projet d’Atlantic Fiber à Chandler, la reconduction des programmes forestiers et le financement des organismes communautaires, seront ses dossiers prioritaires au cours des prochains mois.

Les travaux du comité ministériel responsable du plan de développement de la Gaspésie se poursuivront, note M. Roy. «Dès le début 2013, nous débuterons les consultations afin de répertorier les projets qui offrent le plus de potentiel pour la région. Les CLD ont des listes de projets promoteurs, et nous sommes maintenant prêts à les appuyer», soutient le député. 

Cet article a été mis à jour le vendredi 21 décembre 

4 commentaires

JF a écrit le 21 décembre 2012

@Bilbo Cyr Tu devrais faire de la politique tu serais distrayant.

Bilbo Cyr a écrit le 21 décembre 2012

La Baie des Chaleurs, qui est reconnue comme étant l'une des plus belles du monde, ne pourra être protégée qu'en s'unissant à nos voisins. Tant qu'on imaginera une ligne au milieu du plan d'eau pour séparer les deux provinces, on sera à la merci des cupides grambitionneux et des politiques rétrogrades d'Harper et sa clique.

JF a écrit le 20 décembre 2012

@ Marie-Ève Vous devriez vous lancer dans l'humour! C'est une excellent blague que vous venez de faire. En plus chaque village de la péninsule aurait son Tim Horton's et les accents seraient encore plus prononcés.

Marie-Eve Tessier a écrit le 18 décembre 2012

Bonne idée :) je trouve qu'on ressemble beaucoup plus au gens du nouveau-brunswick qu'à ceux de Québec. Parfois je rêve d'une province ou d'un pays avec l'est-du-canada. On serait ben ... Un traversier entre Caraquet et Paspébiac, ça serait aussi bienvenue pour que les Gaspésiens voyagent plus facilement au Nouveau-Brunswick et l'inverse ! On pourrait aussi leur donner des trucs pour le recyclage et le compostage qui sont presque inexistant là-bas ;o)

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.