Fou allié

ROUVRIR L'ARRIÈRE PAYS AUX RÉFUGIÉS

Par Dominic Lemyre, blogueur, graffici.ca
Brasseur artisabal, Dominic Lemyrele considère la bière comme

Brasseur artisabal, Dominic Lemyrele considère la bière comme " le lubrifiant social idéal pour approfondir les sujets de discussion dans la convivialité conjointement avec la gastronomie gourmande gaspésienne ". Photo : OFFERTE PAR L'AUTEUR

BAIE-DES-CHALEURS —Après New-Carlisle, New-Richmond, pourquoi pas un New-Syrie? et un New-Ci et un New-Là? Le déplacement de populations, à travers l’adaptation aux changements climatiques, est une dymanique chaude du prochain siècle. Il faut développer une vision pour répondre à cet enjeu pour ne pas manquer le bateau. À l’approche du 500e de l’arrivée de Jacques Cartier à Gaspé, quoi de mieux que l’émergence d’un nouveau programme d’infrastructures fédéral pour entreprendre la construction de ce qui fut un emblème du début de la confédération: un navire!

La Petite Hermine ou L’Emérillon?

La Petite Hermine semble être un nom plus modeste. Sachant qu’à terme elle inspira une plus grandeur, La Grande Hermine, cela m’évoque un potentiel de croissance, une seconde phase plus ambitieuse. Faut tout de même avoir en garde la vision péjorative de la proximité de “hermine” avec la vermine, ce fléau qui terrorise quantité de gens.

Ainsi, au lieu de quasiment “parachuté” des gens par avion ici et là, le périple par la mer permet plein d’avantages:
La rencontre de comparses et la création des liens sociaux avant le choc résultant la perte de repère.
Un temps d’apprentissage du lieu d’accueil et d’une nouvelle langue dans une dynamique transtioire
Un temps de réflexion, d’adaptation par l’influence regénérative des eaux
J’en passe

Comme la plupart de nos ancêtres, les réfugiés pourraient à leur tour se réjouir de pouvoir s’exclamer : “Terre, Terre”. Le débarquement du bateau pourrait se faire sous une forme de renaissance à travers une glissade par un long canal rose à l’emplacement du Berceau du Canada à Gaspé. Les réfugiés attendraient en se berçant que tout soient prêt pour amorcer la découverte de leur terre d’accueil.

Ne serait-ce pas dès lors une occasion de mettre en place un vaste développement agroforestier par des entités coopératives qui ferait honneur à la vision d’Edras Minville? Pour intégrer des gens, il faut un projet évocateur, rassembleur, prenant, ennivrant. Le pays-sage gaspésien a bien plus ce potentiel qu’une banlieue d’une ville secondaire ou que des tours à logement de la ville ou des campements d’une base militaire.

30

NOTE SUR L’AUTEUR
Dominic Lemyre est originaire de l'Est (Cantons de l'Est, Est de Montréal) et s'est établi à l'est de la Baie-des-Chaleurs suite à plusieurs arrêts dans les régions de l'est du Québec. Ayant étudié et oeuvré en développement économique et en conservation de milieux naturels, Dominic Lemyre aime élargir les perspectives et utilise parfois l'excentricité pour jouer avec les perceptions. Brasseur artisanal, la bière est pour lui le lubrifiant social idéal pour approfondir les sujets de discussion dans la convivialité conjointement avec la gastronomie gourmande gaspésienne.



Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.