En route vers le 250e de Carleton-sur-Mer

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Carleton-sur-Mer célébrera son 250e anniversaire de fondation en 2017.

Carleton-sur-Mer célébrera son 250e anniversaire de fondation en 2017. Photo : Antoine Rivard-Déziel

La Ville de Carleton-sur-Mer mettra en place un comité de réflexion afin de jeter les premières bases du 250e anniversaire de sa fondation.

À cinq ans de cet anniversaire qui se tiendra en 2017, ce comité, composé de six citoyens et de deux employés de la Ville, aura comme mandat de proposer les grandes orientations et les thématiques de l’événement. Il devra aussi proposer des concepts pour commencer à définir sa programmation.

Le directeur responsable des loisirs, de la culture et du tourisme de la municipalité, Pascal Alain, explique que l’idée derrière l’implantation de ce groupe est l’organisation d’un événement à l’image de la communauté. «Ce sera l’anniversaire de la municipalité, mais aussi de tous ses résidents. La participation des citoyens est fondamentale pour en faire quelque chose proche des gens», mentionne-t-il.

Ce groupe de réflexion, poursuit M. Alain, sera composé de personnes dont les intérêts touchent un peu à tout. «On veut ratisser le plus large possible en incluant des gens des loisirs, de la culture, du monde des affaires et du tourisme», précise-t-il. Le comité aura une durée de vie de deux ans. Par la suite, il passera le relais à un comité organisateur.

L’Histoire au cœur de la fête

Sans entrer dans les détails, l’administration municipale a déjà ciblé certaines thématiques qu’elle souhaite mettre de l’avant. «C’est sûr que le volet historique sera un incontournable. Carleton-sur-Mer, dit Tracadièche, a été développée par des réfugiés acadiens. L’endroit a une histoire riche en couleur qu’on souhaite faire connaître», explique-t-il tout en ajoutant que le 250e pourrait être une occasion de produire des publications historiques sur la ville.
 
Développement des infrastructures ?
 
Les anniversaires de fondation des villes sont par ailleurs souvent des opportunités pour les municipalités de se doter d’infrastructures. Dans ce contexte, M. Alain souhaiterait que Carleton-sur-Mer profite de son 250e anniversaire pour concrétiser des projets de développement, comme celui d’un bâtiment multifonctionnel sur la pointe au bout de la route du camping. «Ça fait déjà un bon bout de temps qu’on en parle. Pourquoi ne pas se servir du contexte du 250e pour implanter ce bâtiment qui servirait à mettre la culture de la région à l’avant-plan», questionne-t-il ?

À cinq ans de l’événement, M. Alain ignore quel sera le budget disponible pour organiser les festivités. Il précise qu’il existe plusieurs programmes de subventions publiques disponibles et que la Ville de Carleton-sur-Mer sera appelée à contribuer.

Les gens intéressés à siéger au comité de réflexion doivent communiquer avec la Ville avant le vendredi 3 février. Le groupe se rencontrera de quatre à six fois par année.

2 commentaires

Monique Laviolette a écrit le 1 février 2012

Merci de veiller à la réalisation du 250ième anniversaire riche en histoire et de faire connaître notre belle station balnéaire. Pour ce qui du bâtiment multifonctionnel, je crois que nous avons assez d'expérience avec tout ce qui est arrivé pour éviter la construction à cet endroit. Est-ce que le projet envisagé de ce bâtiment multifonctionnel est associé au secteur touristique où à la population? Je crois que le coût d'un bâtiment multifonctionnel vaut la peine qu'il soit utilisé à l'année pour en faire profiter pleinement ses habitants et que s'il est situé à cet endroit il ne sera pas profitable. Je pense notamment à l'écomusée qui devrait ouvrir ses portes pour la période de l'ouverture de la piste cyclable afin que l'on puisse utiliser les services sanitaires et qui ne le sont pas. Cette façon de faire me rappelle que le secteur touristique est plus important que les habitants est-ce normal? Par la même occasion pourquoi ne pas faire plus de publicité sur la 132 afin d'annoncer les points forts de notre belle ville. En exemple, c'est seulement lorsque l'on arrive au coin de la rue de la Montagne que l'on peut apercevoir l'accès pour le Mont St-Joseph et pour les motorisés ce n'est évident de tourner rapidement alors plusieurs passe tout droit. Merci de lire ces lignes et d'en prendre considération.

Gilles Cloutier a écrit le 1 février 2012

Bonjour, je viens de lire que monsieur Alain souhaite un bâtiment au bout de la pointe, mauvaise idée, détruire un paysage naturelle,,en plus de futur problèmes dû au condition climatique, le niveau de la mer augmente et cela va s'accentuer, soyons réaliste la dessus! Déjà que la beauté du mont St-Joseph disparaît avec la construction de chalets (destruction d'un paysage naturelle). Les touriste aiment voir la nature et non des structures érigées par l'être humain (de ces paysage ils en ont plein en ville pas besoin d'en avoir en campagne). Et finalement veillée à ce que nos taxes ne montent pas pour cet évènement n'agissez pas comme nos gouvernement à faire des choses en hypocrite, en pensant que les gens ne s'en rendent pas compte!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.