Politique

Roussy sera candidat à la mairie, pas à la CAQ

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
«Pour l’instant, je ne fais pas plus confiance à François Legault qu’à Jean Charest ou Pauline Marois sur leur volonté [de défendre les régions]», affirme le maire de Gaspé.

«Pour l’instant, je ne fais pas plus confiance à François Legault qu’à Jean Charest ou Pauline Marois sur leur volonté [de défendre les régions]», affirme le maire de Gaspé. Photo : Thierry Haroun

Le maire de Gaspé, François Roussy, compte briguer un troisième mandat à la mairie dans deux ans. Il met ainsi fin aux suppositions sur sa possible candidature pour la Coalition avenir Québec (CAQ) aux prochaines élections provinciales.

La semaine dernière, M. Roussy avait dénoncé «l’iniquité flagrante» entre régions et centres urbains, nourrie par les gouvernements. Le maire avait insisté sur le caractère «apolitique» de son discours.

En entrevue à GRAFFICI.CA, il confirme qu’il ne sera pas candidat aux prochaines élections provinciales, pour quelque parti que ce soit. «Pour l’instant, je ne fais pas plus confiance à François Legault qu’à Jean Charest ou Pauline Marois sur leur volonté [de défendre les régions] », dit-il. Selon lui, c’est en politique municipale qu’il peut avoir «le plus d’impact et les coudées franches sur [son] milieu.»

Lors de son passage à Gaspé, en septembre, François Legault, le chef de la CAQ, avait flirté ouvertement avec le maire Roussy. Ce dernier avait affirmé aux journalistes qu’il se positionnerait à la fin des consultations de la CAQ.


MacMillan réagit

Le ministre libéral des Transports, Norman MacMillan, de passage à Gaspé lundi, a réagi aux critiques de M. Roussy. «Je respecte l’opinion du maire, et je la respecte encore plus depuis qu’il a dit qu’il serait candidat à la mairie, et pas pour un autre parti», a lancé le ministre.

«Le Parti libéral a investi beaucoup dans les régions du Québec depuis 2003. Le taux d’assurance-emploi [en Gaspésie] est passé de 23 % à 12 %», s’est défendu M. MacMillan.

Selon le ministre, «la bonne manière» de servir la Gaspésie, «ce n’est pas de tirer sur les autres régions. La Gaspésie est aussi importante que le Plan Nord, et on veut faire la même chose avec votre région», a-t-il poursuivi.

M. Roussy reprochait au gouvernement de faire comme si la Gaspésie n’existait pas en annonçant 70 millions $ pour développer le tourisme dans le Grand Nord.

Le maire de Gaspé déplorait aussi la perte des circonscriptions électorales en région. Le ministre a déclaré que pour conserver les trois circonscriptions régionales, «il aurait fallu une décision majoritaire ou unanime [de l’Assemblée nationale]» et a sous-entendu que l’absence de consensus était la faute du Parti québécois.

2 commentaires

Annie Brodeur a écrit le 13 décembre 2011

Bien heureuse que François reste dans notre ville! On a besoin de lui pour que sa bouge.

mc a écrit le 13 décembre 2011

Que de sottises de la part du ministre MacMillan.... De dire qu'il respecte plus l'opinion du maire parce que ses ambitions politiques resteront au municipal? Le respect que l'on nous porte dépend de notre parcours professionnel??? On voit bien comment les libéraux ne sont disposés qu'à écouter ceux qui ne les contrediront pas. Aussi, il souligne que le taux d'assurance emploi est passé de 23% à 12%. Est-ce possible que cette baisse s'explique aussi par moins de gens qui se qualifient pour l'AE? Est-ce que le taux de chômage n'aurait pas été un meilleur indicateur de la vitalité de l'économie. Dommage que François n'a pas l'intention de passer pas à un autre niveau. On aurait besoin de notre Crosby de la politique au provincial. Sortez-le des ligues mineures!

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.