Sport

Risques d’avalanche : les sportifs de plus en plus sensibilisés

Par Johanne Fournier, journaliste, graffici.ca
Lors des Journées de sensibilisation aux avalanches dans les Chic-Chocs, l'équipe du Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie offrent des démonstrations aux visiteurs.

Lors des Journées de sensibilisation aux avalanches dans les Chic-Chocs, l'équipe du Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie offrent des démonstrations aux visiteurs. Photo : Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie

Les adeptes de la montagne sont de plus en plus sensibilisés aux risques d'avalanche dans les Chics-Chocs, constate le Centre d’avalanche de la Haute-Gaspésie. 

«C'est rendu plus la norme que l'exception, observe le directeur général de l'organisme, Dominic Boucher. Ça doit sûrement se refléter sur le nombre d'accidents liés à des avalanches qui ont été évités.»

Cette sensibilisation est notamment le fruit de plusieurs actions posées par le Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie, dont l'organisation des Journées de sensibilisation aux avalanches dans les Chic-Chocs, qui se tiendront pour une neuvième année. L'événement aura lieu samedi et dimanche dans le parc national de la Gaspésie.

Destinées au grand public et adeptes de plein air, les activités poursuivent un objectif de sensibilisation aux risques associés à la pratique des sports d'hiver en montagne. L'événement est une initiative du Centre canadien des avalanches, grâce à qui des activités semblables peuvent se tenir dans plus de 40 communautés de montagne à travers le Canada.

Mandat: sensibilisation

L'événement s'inscrit dans le mandat du Centre d'avalanche de la Haute-Gaspésie qui vise à informer les usagers du parc de la Gaspésie et de la Réserve faunique des Chic-Chocs sur les risques d'avalanches. «On multiplie toujours les efforts, souligne M. Boucher. En plus d'organiser un événement comme celui-ci, on publie des informations sur notre site Internet, on émet un bulletin de neige aux deux jours et on donne des informations dans le parc.»

Risques

Le directeur du Centre d'avalanche ne peut évaluer les risques ou les probabilités, pour un randonneur, d'être victime d'une avalanche. «Ça dépend des activités qu'on fait, indique-t-il. Si on fait du ski hors piste, les risques sont plus grands. Ça dépend aussi vraiment où on est. Mais c'est un phénomène qui existe et plus il y aura de gens dans la montagne, plus les risques et les probabilités augmenteront.»

À ce chapitre, Dominic Boucher confirme une augmentation constante de la clientèle dans les Chic-Chocs. «C'est de plus en plus une destination hivernale», constate-t-il.

Selon lui, une centaine d'avalanches sont observées ou rapportées annuellement dans le parc de la Gaspésie et la Réserve des Chic-Chocs. «Ça a été exceptionnel la semaine dernière à cause des tempêtes», souligne le directeur général du Centre d'avalanche. 

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.