Affaires policières et juridiques

Réseau de braconniers démantelé

Par Antoine Rivard-Déziel, journaliste, graffici.ca
Les individus fautifs chassaient et pêchaient en dehors des périodes permises, pratiquaient la chasse de nuit, dépassaient les quotas permis et d’adonnaient à la vente.

Les individus fautifs chassaient et pêchaient en dehors des périodes permises, pratiquaient la chasse de nuit, dépassaient les quotas permis et d’adonnaient à la vente. Photo : Johanne Fournier

Des agents de la protection de la faune ont récemment mis fin aux activités d’un important groupe de braconniers actifs dans les secteurs de Saint-Maxime-du-Mont-Louis, de Murdochville et dans la réserve faunique des Chics-Chocs. 

Au total, 25 personnes ont été appréhendées après trois années d’enquête. Le groupe chassait principalement l’orignal, l’ours noir en plus de pêcher l’omble de fontaine.

Les individus fautifs appréhendés chassaient et pêchaient en dehors des périodes permises, pratiquaient la chasse de nuit, dépassaient les quotas permis et s’adonnaient à la vente.

L’enquête a démontré que les suspects pouvaient récolter illégalement jusqu’à 22 orignaux par année.

Le relationniste de presse au ministère du Développement durable, de l’Environnement de la Faune et des Parcs, Éric Santerre, précise que les braconniers utilisaient leur véhicule pour estropier les orignaux par impact pour ensuite les récupérer. «Nous pouvons qualifier cette technique de barbare», dit-il.

Aide du public

M. Santerre souligne que c’est grâce à la dénonciation de citoyens que les 65 agents de la faune mobilisés pour cette enquête ont pu réunir suffisamment de preuves pour mettre fin aux activités illégales.

Les présumés braconniers devront faire face à la justice afin de répondre à plusieurs chefs d’accusation. Les perquisitions effectuées ont mené à la saisie de neuf armes à feu, deux arbalètes, un véhicule et de 500 kilogrammes de viande d’original. Au total, 219 chefs d’accusation ont été comptabilisés.

S’ils sont reconnus coupables, les individus impliqués sont passibles d’amendes pouvant totaliser 240 000$.

Cette enquête n’est pas reliée à l’opération Fova, qui a récemment mis fin à d’autres activités de braconnage dans le secteur de Cap-Chat, dans les MRC de Bellechasse, des Etchemins, de Montmagny, de l'Amiante et dans la réserve faunique de Dunière, située dans la Matapédia.

1 commentaire

Albert Picard a écrit le 19 décembre 2012

Des barbares sans aucun code d'honneur. Vite en prison, mieux enfermons-les dans une fourrière, dans une cage isolée afin qu'ils ne contaminent pas les chiens.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.