Répit pour le banc des Américains

Par ,
Le banc des Américains est une zone maritime de 1050 km2 qui côtoie les parcs nationaux de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé au sud-ouest et Forillon au nord-ouest.

Le banc des Américains est une zone maritime de 1050 km2 qui côtoie les parcs nationaux de l’Île-Bonaventure-et-du-Rocher-Percé au sud-ouest et Forillon au nord-ouest. Photo : Julie Delisle

CARLETON-SUR-MER – « C’est un répit pour le banc des Américains ». Sylvain Archambault, porte-parole de la Société pour la nature et les parcs, décrit ainsi la décision du gouvernement du Québec d’annuler un appel d’offres visant à déterminer le potentiel économique des hydrocarbures du golfe Saint-Laurent.

L’appel d’offres a été annulé parce qu’aucune firme d’expertise-conseil n’avait déposé d’offres, il y a 10 jours, à l’échéance du processus d’invitation à soumissionner.

Lancé en décembre, l’appel d’offres visait en priorité le banc des Américains, un secteur connu par les pêcheurs commerciaux depuis des générations, et Old Harry, une aire marine au large des Îles-de-la-Madeleine.

Du 17 décembre au 28 janvier, l’invitation de l’État québécois a été vertement dénoncée par plusieurs groupes, dont Sylvain Archambault, de la Société pour la nature et les parcs, la SNAP, qui déplorait il y a cinq semaines le « faible intérêt pour la protection marine » du gouvernement.

Avant d’être annulé, l’appel d’offres a été ponctué de changements de cap, entre autres la décision du 8 janvier de Martine Ouellet, ministre des Ressources naturelles, qui a indiqué que « les appels d'offres pour des rapports établissant le potentiel économique des hydrocarbures dans ce secteur ont d'abord pour but de mieux le protéger ».

Le 13 janvier, le gouvernement « a changé les exigences (…) en les réduisant, surtout sur le plan économique » note Sylvain Archambault, qui se déclare « satisfait » de l’abandon de l’appel d’offres. L’État n’a pas annoncé cet abandon. Il fallait consulter son registre d’invitations à soumissionner pour s’en rendre compte, ce qu’a fait M. Archambault, « par hasard », le 28 janvier.

Il n’est toutefois pas entièrement surpris de la tournure des événements. « Les délais étaient extrêmement courts, parce qu’on voulait un rapport à la mi-avril. On demandait quelque chose d’extrêmement complexe (…) Les entreprises qu’on connaît qui pouvaient faire le travail sont situées dans l’ouest », dit-il.

 M. Archambault signale que le devis requérait « un travail d’interprétation de données datant de plusieurs années, des données incomplètes souvent, où il fallait réanalyser des forages effectués il y a 30, 40 et même 50 ans (…) Ce qui nous surprend, c’est qu’ils auraient pu le prolonger (l’appel d’offres) ».

Il croit que l’État québécois relancera l’appel d’offres avant longtemps pour le secteur Old Harry et le reste du golfe, moins le banc des Américains, une zone riche et fragile sur le plan biologique. Elle prend la forme d’une bande s’étendant du large de Gaspé au large de Percé.

La décision du gouvernement du Québec d’aller en appel d’offres avait d’autant plus surpris qu’elle entrait en contradiction avec une démarche du ministère fédéral des Pêches et des Océans de protéger le banc des Américains.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.