Art, culture et loisirs, Développement économique et exportation

Réouverture du Centre d’interprétation du cuivre : un nouvel élan?

Par Geneviève Gélinas, journaliste, graffici.ca
Le Murdochvillois Jean-Pierre Chouinard et sa famille ont légué au Centre d’interprétation du cuivre le vieux casque de mineur de son père Félix.

Le Murdochvillois Jean-Pierre Chouinard et sa famille ont légué au Centre d’interprétation du cuivre le vieux casque de mineur de son père Félix. Photo : Geneviève Gélinas

MURDOCHVILLE – Les administrateurs du Centre d’interprétation du cuivre (CIC) de Murdochville comptent sur sa réouverture en grande pompe pour lui donner un nouvel élan.

Un CIC flambant neuf a été inauguré jeudi, 15 mois après sa destruction par un incendie. La reconstruction du principal attrait touristique de Murdochville, au coût de 1,3 million de dollars, a été payée par l’assureur.

« Comme il a déjà été »

« On prévoit que le CIC va se repositionner comme il a déjà été, indique le président du CIC, William Hogan. On a un bon plan de communication et la réouverture grandiose va aider. »

Le CIC, qui date de 1988, accueillait 4000 visiteurs ces dernières années, mais en a déjà reçu plus de 7000. Il avait rouvert de justesse au printemps 2011, après que la municipalité ait épongé une dette de 60 000 $.

L’attrait rouvre à temps pour accueillir les anciens de Murdochville qui participeront aux fêtes du 60e de la fondation de la ville, fin juillet.

Le CIC a aussi obtenu à nouveau la permission d’Xstrata d’emmener ses clients sur le site de l’ancienne mine à ciel ouvert, indique M. Hogan, même s’il reste « quelques ficelles à attacher ».

L’expo rafraîchie

Le bâtiment neuf est presque identique à l’ancien. Les visiteurs pourront toujours descendre dans la galerie Miller habillés en mineurs. Quant à l’exposition sur la géologie, l’histoire de Murdochville et l’utilisation du cuivre, elle a été rafraîchie.

« On a réadapté le contenu en prenant en considération les commentaires sur le comportement des visiteurs », explique Mario Longpré, de Médialog, la firme qui a réalisé l’exposition.

Des souvenirs de famille

Le CIC a regarni sa collection d’artéfacts, partie en fumée, grâce aux souvenirs de famille des Murdochvillois. Jean-Pierre Chouinard a légué le casque de mineur de son père, qui a travaillé à la mine de  Murdochville de 1954 à 1991. « Le premier trou de drift en-dessous de la terre, c’est mon père [Félix Chouinard] et son frère Yvon qui l’ont fait. »

Quelques artéfacts retrouvés dans les cendres, dont une lampe de mineur et une lunette d’arpenteur, sont aussi exposés.

Envoyer un commentaire

Votre commentaire pourrait être modéré ou retiré s'il ne respecte pas notre politique de publication.